Recherche
Catégories
Archives

Vous parcourez actuellement les archives de la catégorie LITTERATURE.

Archive pour la catégorie ‘LITTERATURE’

Alabama senator calls for removal of Toni Morrison novel aligned with Common Core…

HUNTSVILLE, Alabama — One week after facing an official GOP reprimand for failing to oppose Common Core, Sen. Bill Holtzclaw is calling upon state educators to ban a novel used in conjunction with the national standards.

Holtzclaw objects to “The Bluest Eye,” Toni Morrison’s first novel, being included on high school reading lists. He said was unaware whether the book was in high school libraries, but that he would also support removal from school libraries.

“The book is just completely objectionable, from language to the content,” said Holtzclaw, who points out the novel includes depictions of incest and child molestation.

The American Library Association lists “The Bluest Eye” as the 15th most commonly banned or challenged book in the United States from 2000 through 2009. Morrison, who released the novel in 1970, later won the Pulitzer Prize and Nobel Prize for literature.

More here: http://blog.al.com/wire/2013/08/sen_bill_holtzclaw_calls_for_r.html

(Posted by Vintage Books & Anchor Books)

LA REPUBLIQUE SUPPLICIEE

En cours au lycée de M'Baïki - Centrafrique

LA REPUBLIQUE SUPPLICIEE Préface du Professeur François ZONZAMBE Spécialiste de littératures Française et Comparée à l’Université de BANGUI.

LA REPUBLIQUE SUPPLICIEE du Docteur Adolphe PAKOUA de Bilolo, est à la fois un roman et une véritable chronique du CENTRAFRIQUE que symbolise GBAZABANGUI, une « chaîne de montagnes pierreuses, verdoyantes et giboyeuses », qui surplombe et encaisse BANGUI, la capitale centrafricaine. Cette chronique de GBAZABANGUI se situe entre les années 1960 et 1996. Le romanesque transpire dans la scène où JOUDA, fille de Tuby DANGAYE, est frappée de mutisme. Phénomène qui se produit dès l’arrestation de son père et qui, à partir de ce moment-là, la rend visionnaire auprès de sa mère qu’elle va diriger jusqu’à recouvrer la parole à la libération de son père. Le romanesque transpire aussi dans la scène où, JOUDA, victime de mutisme, va converser avec sa mère MUNDY à travers des rêves où elle lui fera des révélations sur la vie de son père incarcéré dans la geôle de SARAGBA où un graffiti va apparaître à DANGAYE pour, à son tour, lui faire des révélations à propos de son séjour en prison et de son avenir. Le romanesque culmine enfin dans la scène où le visage d’une fée ou d’une nymphe apparaît à son tour dans le graffiti pour hanter plus tard MUNDY et devenir son double en vue de l’aider à venger son mari Tuby DANGAYE, injustement incarcéré. Ainsi, après avoir aidé l’homo duplex MUNDY, alias OREADE, à régler leurs comptes aux multiples tortionnaires et ennemis de son mari Tuby DANGAYE, la nymphe déclarera : « Mission terminée ». Romancier, le Docteur Adolphe PAKOUA de Bilolo, n’en demeure pas moins un chroniqueur qu’un caméraman. Son œuvre demeure tout objective à l’instar de René MARAN dans « BATOUALA », véritable chronique de la GBAMBA, petit affluent de l’OUBANGUI, qui traverse la ville de GRIMARI, ancien district de KREBEDGE, qu’il symbolise en OUBANGUI-CHARI. Chroniqueur à l’instar de FROISSART et de JOINVILLE, le Docteur Adolphe PAKOUA de Bilolo restitue fidèlement tous les événements vécus en CENTRAFRIQUE entre les années 1960 et 1996. Ainsi, sa plume se métamorphose en pinceau pour peindre les différents paysages centrafricains qu’il traverse, et ses yeux, comme l’œil d’une caméra, filme tout sur son passage, dans les sentiers de la forêt équatoriale, des savanes, des villages, dans les rues et boulevards de la capitale BANGUI. La photo du bac traversant, en quatrième de couverture du roman, la rivière KADEI à NOLA, symbolise la virginité de cette forêt riche en faune et havre de paix. A travers un style narratoire et pittoresque, le Docteur Adolphe PAKOUA de Bilolo, nous a parlé le SANGHO, le BANDA, le SARA, le MBOUM, le FOULBE et le PYGMEE, toutes langues centrafricaines, en FRANCAIS de MOLIERE, de LA FONTAINE et de Victor HUGO, pour exprimer les joies et les tristesses du peuple centrafricain après l’indépendance.

LA REPUBLIQUE SUPPLICIEE

Préface du Professeur François ZONZAMBE

Spécialiste de littératures Française et Comparée à l’Université de BANGUI.

LA REPUBLIQUE SUPPLICIEE du Docteur Adolphe PAKOUA de Bilolo, est à la fois un roman et une véritable chronique du CENTRAFRIQUE que symbolise GBAZABANGUI, une « chaîne de montagnes pierreuses, verdoyantes et giboyeuses », qui surplombe et encaisse BANGUI, la capitale centrafricaine. Cette chronique de GBAZABANGUI se situe entre les années 1960 et 1996.

Le romanesque transpire dans la scène où JOUDA, fille de Tuby DANGAYE, est frappée de mutisme. Phénomène qui se produit dès l’arrestation de son père et qui, à partir de ce moment-là, la rend visionnaire auprès de sa mère qu’elle va diriger jusqu’à recouvrer la parole à la libération de son père.

Le romanesque transpire aussi dans la scène où, JOUDA, victime de mutisme, va converser avec sa mère MUNDY à travers des rêves où elle lui fera des révélations sur la vie de son père incarcéré dans la geôle de SARAGBA où un graffiti va apparaître à DANGAYE pour, à son tour, lui faire des révélations à propos de son séjour en prison et de son avenir.

Le romanesque culmine enfin dans la scène où le visage d’une fée ou d’une nymphe apparaît à son tour dans le graffiti pour hanter plus tard MUNDY et devenir son double en vue de l’aider à venger son mari Tuby DANGAYE, injustement incarcéré.

Ainsi, après avoir aidé l’homo duplex MUNDY, alias OREADE, à régler leurs comptes aux multiples tortionnaires et ennemis de son mari Tuby DANGAYE, la nymphe déclarera : « Mission terminée ».

Romancier, le Docteur Adolphe PAKOUA de Bilolo, n’en demeure pas moins un chroniqueur qu’un caméraman. Son œuvre demeure tout objective à l’instar de René MARAN dans « BATOUALA », véritable chronique de la GBAMBA, petit affluent de l’OUBANGUI, qui traverse la ville de GRIMARI, ancien district de KREBEDGE, qu’il symbolise en OUBANGUI-CHARI.

Chroniqueur à l’instar de FROISSART et de JOINVILLE, le Docteur Adolphe PAKOUA de Bilolo restitue fidèlement tous les événements vécus en CENTRAFRIQUE entre les années 1960 et 1996. Ainsi, sa plume se métamorphose en pinceau pour peindre les différents paysages centrafricains qu’il traverse, et ses yeux, comme l’œil d’une caméra, filme tout sur son passage, dans les sentiers de la forêt équatoriale, des savanes, des villages, dans les rues et boulevards de la capitale BANGUI.

La photo du bac traversant, en quatrième de couverture du roman, la rivière KADEI à NOLA, symbolise la virginité de cette forêt riche en faune et havre de paix.

A travers un style narratoire et pittoresque, le Docteur Adolphe PAKOUA de Bilolo, nous a parlé le SANGHO, le BANDA, le SARA, le MBOUM, le FOULBE et le PYGMEE, toutes langues centrafricaines, en FRANCAIS de MOLIERE, de LA FONTAINE et de Victor HUGO, pour exprimer les joies et les tristesses du peuple centrafricain après l’indépendance.