Recherche
Catégories
Archives

Vous parcourez actuellement les archives de la catégorie SPORTS.

Archive pour la catégorie ‘SPORTS’

LES RAISONS D’UNE ELIMINATION

ELIMINATOIRES DU MONDIAL 2014 -

LES RAISONS D’UNE ELIMINATION

samedi 15 juin 2013 à 17:13 – à 18:50

Coupe du monde 2014 : la Centrafrique battue au Botswana

L’équipe de la République centrafricaine s’est inclinée 3-2 au Botswana, ce 15 juin 2013 à Gaborone. Nicaise Ozingoni a signé un doublé pour les Fauves du Bas-Oubangui (33e, 50e). Mais les Botswanais ont répondu via Jérôme Ramatlhakwane (41e sur penalty), Mogakolodi Ngele (74e) puis Ofentse Nato (86e). Les Centrafricains ont joué à dix contre onze après l’expulsion d’Ali Calvin Tolmbaye. La rencontre était sans enjeu, les deux sélections figurant dans le groupe A sont déjà éliminées de la course à la qualification pour la Coupe du monde 2014.

COUPE DU MONDE 2014 : RÉSULTATS ET CLASSEMENT DU GROUPE A
2 juin 2012 -
Centrafrique - Botswana 2-0
3 juin 2012 -
Afrique du Sud – Ethiopie 1-1
9 juin 2012 -
Botswana – Afrique du Sud 1-1
10 juin 2012 -
Ethiopie - Centrafrique 2-0
23 mars 2013 -
Afrique du Sud - Centrafrique 2-0
24 mars 2013 -
Ethiopie - Botswana 1-0
8 juin 2013 -
Botswana-Ethiopie 1-2
Centrafrique-Afrique du Sud 0-2
15 juin 2013 -
Botswana - Centrafrique 3-2
Equipes J G N D B C Diff. Pts
1. Ethiopie 4 3 1 0 6 2 +4 10
2. Afrique du Sud 4 2 2 0 7 2 +5 8
3. Botswana 5 1 1 3 5 8 -3 4
4. Centrafrique 5 1 0 4 4 10 -6 3

J : joués ; G : gagnés ; N : nuls ; D : défaites ; B : buts marqués ; C : encaissés ; Diff. : différence de buts ; Pts : points

Source : http://www.rfi.fr/sports/20130615-coupe-monde-2014-centrafrique-battue-botswana

Au vu du tableau des éliminatoires de la coupe du monde Brésil 2014, la République Centrafricaine occupe le dernier rang de son groupe de qualification, en d’autres termes, la confirmation d’une élimination trop certaine. Cette élimination est venue à la suite de deux matchs disputés, l’un au Cameroun à cause de l’insécurité en Centrafrique où devait avoir lieu le match-retour Centrafrique-Afrique du Sud, et l’autre au Botswana, que le Centrafrique avait battu par un score de deux buts à Zéro au match aller. A cette époque-là,  le Centrafrique avait trois matchs à jouer avec des chances de qualification certaines. Malheureusement, la situation politique du pays est venue effondrer tous les espoirs. Il va sans dire que cette situation était déjà très chancelante lorsque l’équipe centrafricaine faisait des pieds et des mains pour montrer que la jeunesse de ce pays avait des armes à faire valoir. Que ceux qui demandent qu’on arrête de faire participer l’équipe centrafricaine aux diverses compétitions auxquelles elle pourrait participer prennent un peu de temps pour réfléchir. Avec les éléments qui composent l’équipe nationale aujourd’hui, prendre une telle mesure serait les pousser au découragement et pousser d’autres à ne pas s’aventurer un jour à porter le maillot de Centrafrique, vu l’expérience de leurs aînés. Ce serait une grave erreur que de prendre une telle décision. On ne peut pas condamner les joueurs centrafricains pour les deux défaites qui les ont écartés du mondial du Brésil. Quand vous avez des dirigeants politiques qui changent à tout va, quand ceux qui arrivent laissent derrière eux les viols de vos soeurs, de vos mères, de vos tantes, de vos cousines, de vos fiancées, et se permettent de piller, de voler tout ce que vos pères ont gagné durant toute leur vie, comment pouvez-vous avoir le coeur et la volonté de hisser le drapeau de ceux-là mêmes qui sont vos propres bourreaux ? Il faut encourager la jeunesse centrafricaine en dépit de ce qui leur arrive aujourd’hui, car les fossoyeurs de la République centrafricaine ne sont qu’au début de leur destruction de ce pays, les défaites sportives faisant partie de cette destruction programmée, comme on a déjà vu avec le saccage des églises et des temples. Nous ne demandons pas seulement aux jeunes sportifs centrafricains d’avoir de l’espoir pour leur pays, mais de ne pas tourner le dos à ce pays, tout comme nous adressons cette demande à toute la jeunesse car le pays, c’est elle. Elle n’est pas l’avenir du pays, elle est le pays. Les vautours, les charognards, et les hyènes d’aujourd’hui passeront un jour, le pays restera toujours. Et tant que le pays restera, la jeunesse sera toujours là. Courage à vous jeunes, merci les sportifs centrafricains.

Adolphe PAKOUA