Articles avec le tag ‘constitution’

BIYA-BOZIZE : LES DEDALES D’UN HEBERGEMENT

Trois mois sont déjà passés depuis la prise du pouvoir par la SELEKA le 24 mars 2013.
Que s’est -il passé pendant tout ce temps que certaines personnes considèrent comme un changement ?
Au Cameroun, le Président déchu François BOZIZE qui était de passage dans ce pays, y est encore et cela laisse l’homme fort de Centrafrique en éveil.
Djotodia n’arrive toujours pas à contenir ses troupes aussi bien dans la capitale que dans les autres villes de province et de savoir que l’ancien président Bozizé réside juste dans le pays voisin lui donne l’idée que ce dernier est entrain de préparer sa revanche. Ceci inquiète le chef de la coalition SELEKA qui de surcroît n’a pas eu l’honneur d’être reçu par Paul BIYA, président du Cameroun.
Depuis son entrée en Centrafrique, la SELEKA a posé des actes qui ont fragilisé la population Centrafricaine : pillages en tous genres, séries de viols et de meurtres impardonnables,… Le pays se trouve encore dans l’insécurité totale et au lieu de penser à trouver des solutions immédiates à toutes ces exactions, le nouveau pouvoir de Bangui préfère se pencher sur le dossier Bozizé qui semble être une priorité pour lui. Aurait -t-il oublié que sa prise du pouvoir a été accompagné d’actes considérés de crimes contre l’humanité ? Est ce pendant une période de transition que les dossiers du genre Bozizé doivent être traités? Quel est le rôle du Conseil National de Transition ? Sécuriser son fauteuil de chef d’État serait-il plus important que servir et protéger son pays ?
Des cris s’élèvent de partout : la population est toujours victime de pillages, de viols, d’arrestations arbitraires. Elle n’arrive pas à faire face aux problèmes de santé, d’alimentation et ne parlons pas de l’éducation, où l’on peut déjà penser à une année perdue pour nos enfants et pour l’avenir du pays. Les cinq verbes de la Centrafrique (instruire, nourrir, soigner, loger et vêtir) n’existent plus dans le quotidien des centrafricains, tout comme la constitution a disparu au terme d’une seule phrase. Nos enfants naissent sans espoir d’être nourris, soignés, instruits,…
Combien de dirigeants se sont déjà succédé depuis la colonisation ? Ont-ils vraiment défendu les causes de la population ou ont-ils servi leurs propres intérêts ?
Bozizé arrive au pouvoir par un coup d’état en 2003 : il éjecte de ce fauteuil en or Ange Félix Patassé. 10 ans plutard, c’est son tour d’être éjecté de la même manière (chacun son tour chez le coiffeur). Même procédure de prise de pouvoir : coup d’état avec ses corollaires ; même méthode de gouvernance et de sortie de crise. Les intérêts des populations sont foulés au pied : le président déchu vivait dans un pays  sans en connaître la réalité. Un des dirigeants de ce pays a dit après sa chute : « c’est mon entourage qui m’a induit en erreur ». La lucidité lui est revenue tout d’un coup après coup.
A quand le changement ? A-t-on pensé aux stratégies à mettre en place pour sortir ce pays de ce cycle infernal ?
En Afrique, en général et particulièrement en Centrafrique, c’est le président qui décide de tout ; les ministres et les députés ne font qu’exécuter les commandements qui descendent de sa volonté. Jusqu’où irons-nous si nos dirigeants ne se réveillent pas de cet aveuglement et de ce sempiternel  sommeil. Nous sommes tous enfants de notre pays et tant que nous n’aurons pas tiré les leçons du passé et de notre histoire, ce sera un éternel cycle : même résultat pour une même procédure.
Que vient faire Paul Biya dans tout cela ? Aujourd’hui pour avoir décidé d’héberger aussi longtemps que prévu un sans domicile fixe, ses frères africains veulent unir leur force pour le faire partir de son fauteuil. En tenant compte de l’histoire, nous pensons que Bozizé à Yaoundé , c’est mieux que Gbagbo à la CPI car, il est encore dans nos murs et peut être jugé par les siens à tout moment.
Jacqueline GBANDO

COMPLOT CONTRE LE PRESIDENT DU CAMEROUN

Complot contre le Cameroun: 5 Chefs d’Etat pour renverser Paul Biya – François Hollande, Idriss Deby, Goodluck Jonathan, Michel Djotodia et Obiang Nguema associés pour faire partir Paul Biya.

Publié par Maurice Wilfried SEBIRO le 21 juin 2013
indexSources: Épervier du Cameroun

Sérail: Un front pour «chasser» Paul Biya d’Etoudi

Les nouvelles en provenance des réseaux sociaux font état de ce que le Cameroun serait dans le collimateur «Franco-sous-régional» dont l’objectif serait de changer ou de provoquer coûte que coûte l’alternance au sommet de l’État du Cameroun.

Ce front qui aurait pour chef de file, le Président français estimerait quePaul Biya constitue un fardeau gênant dans la zone Afrique Centrale. Du fait non seulement de sa longévité au pouvoir, mais aussi de sa position dans la crise centrafricaine.

En effet, après avoir accueilli le Président centrafricain déchu, Paul Biyamalgré les jérémiades de ses pairs de la Cemac refuse de recevoirMichel Djotodia. Une situation qui ne plairait pas à ses pairs de la Cemac qui, de connivence avec le Président français, ficelleraient des plans noirs pour déloger par tous les moyens l’homme fort de Mvomeka’a.

STRATÉGIE

Tout comme Nicolas Sarkozy, Hollande aurait certainement compris que la déstabilisation du régime de Yaoundé serait complexe, s’il ne fait pas recours à la sous-région. Si la Tunisie, l’Egypte, la Lybie et la Côte d’Ivoire font partie des «fines» déstabilisés par Nicolas Sarkozy, François Hollande serait déterminé à faire plus que son prédécesseur, et sa première proie en Afrique, aurait été François Bozizé.

La situation du Cameroun au regard de son invulnérabilité reste préoccupante pour lui. Afrique en miniature, ce front satanique réussira-t-il à en découdre avec un peuple dont la diversité ethnique est un atout incomparable et résolument tournée vers la préservation de la paix.

Les appuis de François Hollande. Conscient de la complexité de la mission, le Président Français pourfendeur sans faille de l’homosexualité dans son pays compterait sur l’appui de Ndjamena, Abuja, Bangui deMichel Djotodia avec sa milice qui a éjecté du pouvoir François Bozizé.

La libération de la famille Moulin des mains des ravisseurs n’aura donc eu qu’un effet de courte durée. Juste le temps pour le Président Français de se rendre compte que Paul Biya, reste pour lui un obstacle dans la Françafrique.

Le sage comme l’appelle certains de ces pairs de l’Afrique, aurait des ennemis même au sein de la Cemac. La preuve après la Guinée Equatoriale, le Gabon où les camerounais ont été embarqués comme du bétail dans les gros camions pour les conduire à la frontière, le Congo Brazzaville de Denis Sassou vient aussi d’inscrire son nom sur la liste avec une dizaine de ressortissants camerounais, refoulée en fin de semaine dernière.

Au niveau des voies maritimes, la Guinée Equatoriale constitue un atout important pour déstabiliser le Cameroun. Cette hypothèse aurait été évoquée. Reste cependant pour le Président français d’infiltrer les compatriotes de Paul Biya dans cet orchestre, ce qui n’est pas impossible compte tenu des mécontentements que l’opération épervier a soulevé dans certaines régions.

La volonté pour d’autres de mettre fin à ce régime fait que le Cameroun compterait déjà des ennemis dans la maison. Ce n’est un secret pour personne, que l’ancien Minatd actuellement incarcéré à la prison secondaire du Sed, avait des connexions très pointues au sein de l’administration française.

L’ancien Président français qui a actuellement des démêlées judiciaires n’a pas caché sa préférence pour le natif de Garoua qui devait selon nos sources, remplacer Paul Biya en 2011 par le fait que ce dernier ne devait plus être candidat à sa propre succession. L’élection avec panache de Paul Biya dans ce scrutin du 09 octobre 2011 n’a pas ravi le Président français qui au lieu de féliciter son homologue s’est contenté de lui donner des leçons de démocratie.

Une étude sociopolitique réalisée auprès des camerounais ordinaires a permis de comprendre que, ces derniers n’accordent pas trop de crédits à la succession de Paul Biya. Leur Président reste un homme appelé à partir et à être remplacé par un autre compatriote, peu importe ses origines ethniques. Seuls la paix et le fonctionnement de l’État priment.

Ils n’éprouvent donc aucune gêne pour ce qui est de la longévité de leur Chef de l’État au pouvoir. L’arrivée de Paul Biya au pouvoir le 06 novembre 1982, était une grande surprise car il semblait être selon les observateurs, l’homme le plus inattendu pour remplacer Ahidjo, malgré le fait que la constitution en vigueur au Cameroun le prévoyait.

Car nul doute que le charisme et le pouvoir d’Ahidjo, pouvait faire basculer les choses à n’importe quel moment. Et nous connaissons parfaitement le portrait des dauphins à l’époque: Ayissi Mvodo, Maikano Abdoulaye, Samuel Eboua, Tandem Muna, John Ngu Foncha, Félix Sabal Lecco, Sadou Daoudou et dans une moindre mesure Eyinga Abel exilé en France et ressortissant d’Ondondo par Ebolowa.

Alors dans cette perspective, autant dire que Paul Biya a été choisi par les dieux et non pour sa force ou son intelligence. Selon certaines sources de la diaspora, il se raconte dans les chaumières, que tout comme Sarkozy ex-Président français, François Hollande dans son premier quinquennat devrait faire partir certains Chef d’Etat Africains parmi lesquels Paul Biya, dont la longévité selon lui, aurait dévalorisé la France auprès de l’Afrique centrale. D’autres sources annoncent que la France serait derrière Michel Djotodia qui a renversé François Bozizé en RCA dernièrement.

Publié dans MondeVedette
Par ALALENGBI SIMON - Publié dans : Actualités Nationales
Ecrire un commentaire