Articles avec le tag ‘gouvernance’

CENTRAFRICAINS, N’AIDONS PAS A TUER LE PAYS DE BOGANDA


Le CENTRAFRIQUE et son peuple vivent depuis le 24 mars 2013, des périodes de leur histoire, aussi douloureuses parfois plus douloureuses que les affres de la colonisation et les dérives de gouvernance de certains fils non soucieux du bien-être de leurs propres frères et sœurs.

La raison de cet enfer immérité vient de ce que Bozize, en dénudant les forces armées centrafricaines, a exposé le CENTRAFRIQUE et son peuple à la merci des envahisseurs étrangers. Il avait déjà montré le chemin en allant chercher de l’aide auprès de son mentor devenu finalement son bourreau, à qui il a demandé du renfort armé pour s’emparer du pouvoir de Bangui.

Quand on fait une telle démarche, on ne fait rien de moins que trahir son pays, son peuple, même si l’intention était de sortir ce peuple d’une certaine difficulté. C’est dire qu’un tel problème aurait dû se régler exclusivement avec la participation, uniquement que, des centrafricains. Aujourd’hui, Bozize, après avoir plongé le pays et son peuple dans une situation honteusement pitoyable et douloureuse, se permet de dire qu’il est prêt à retourner à BANGUI, pour reconquérir le pouvoir qu’il a perdu. Personne ne peut se fier à de tels propos si ce n’est que croire que celui qui les tient doit avoir des fourmis dans la tête. Prendre une telle position n’est pas non plus donner un quitus au chef de la SELEKA qui a décidément mis les pas dans ceux de BOZIZE.

La réalité est que comme BOZIZE, il s’est entouré de troupes étrangères pour conquérir le pouvoir de BANGUI, et comme BOZIZE qui n’écoutait personne, il est décidé à mourir s’il le faut, pour conserver ce pouvoir car dit-il «  je n’ai pas peur de mourir ». Pendant ce temps, ses hommes tuent les centrafricains dont il est chargé de la protection, sans qu’il parvienne à les en empêcher. Bref, faudrait-il qu’il soit encore vrai centrafricain pour ne pas laisser toutes les dérives caractérisées par les tueries, les enlèvements, les viols, les saccages, les pillages et les réquisitions arbitraires des logements des pauvres centrafricains illustrer le nouveau mode de gouvernance qui est celui de la SELEKA .

Gouverner un pays, ce n’est pas faire des nominations à longueur de journée. Gouverner un pays, ce n’est pas badigeonner les murs des vieux bâtiments pour leur donner une apparence nouvelle. Gouverner un pays ce n’est pas changer les dénominations des institutions majeures, pour faire croire à une rénovation. C’est une méthode qui rappelle étrangement les gouvernements d’Afrique des années soixante-dix, où il suffisait de changer le nom d’un pays, le nom de sa capitale, le drapeau parfois, le nom d’un aéroport ou d’un stade pour faire la une des journaux nationaux et internationaux.

Nous ne sommes plus à cette époque-là. Aujourd’hui, on parle de grands chantiers et d’avenir. Débattre de la question des FACA qui doivent devenir un ARC est un non-sens, alors, ce sujet ne mérite même pas un débat car on voit bien que c’est du divertissement, mais un divertissement dangereux. Car, après cela, il suffira de penser à changer le nom de BANGUI, de CENTRAFRIQUE, de refaire une autre devise, de changer les noms de toutes les institutions pour que la boucle soit bouclée et que vive l’islamisation camouflée, qu’on ne veut pas brandir aujourd’hui. La tombe de BOGANDA n’avait-elle pas été déjà saccagée ? Un signe qui ne trompe pas ?

Le chef de la SELEKA ignore ou fait semblant d’ignorer que le pays est dans une période de transition et que le travail d’une transition n’est pas celui qu’il est en train de conduire. A quoi sert la feuille de route de la transition ? Faut-il attendre de passer un voire deux ans avant de penser à la mise en place réelle de cette feuille de route ? L’aboutissement final de cette feuille n’est-elle pas la sécurisation du pays et l’organisation d’élections libres et transparentes ? L’armée centrafricaine, les FACA doivent rester entièrement une armée centrafricaine, qui ne doit compter que des nationaux centrafricains en son sein. Le seul soudanais ou tchadien qui serait admis dans cette institution serait une grave atteinte à la sûreté de l’État et les centrafricains ne devraient pas accepter une telle entorse à leur sécurité. Et même les tchadiens qui occupent des postes ministériels aujourd’hui dans le gouvernement constituent une honte pour le pays tout entier et nous renvoient à l’époque de l’empire, où nous étions une curiosité mondiale.

Les mêmes erreurs qu’a commises BOZIZE en son temps sont en train de se répéter, aggravées de «  l’acceptation des hommes étrangers dans l’administration centrafricaine ». Seuls les centrafricains peuvent dire non à cette humiliation et refuser de collaborer avec un tel système. Cela passe par la manifestation d’être centrafricain, d’être fier de l’être et par l’honneur d’être un homme comme tout autre et de refuser de se soumettre à un pouvoir dans lequel on ne se reconnaîtrait pas.

La FRANCE a souffert du nazisme à une époque donnée de son histoire, elle a su tirer les leçons de cette période pour retrouver son statut de pays libre et fort. La délation et la collaboration avaient favorisé cet état de soumission, la solidarité et le patriotisme ont permis à la FRANCE de relever la tête. Tirons une bonne leçon de cette grande histoire.

Adolphe PAKOUA

CENTRAFRIQUE : LES POUVOIRS DE L’OCCULTE

Dieu a créé le monde et l’a peuplé de toutes les espèces vivantes et inorganiques qui lui sont venues à l’esprit. Parmi les espèces vivantes caractérisées plus particulièrement par l’espèce animale, il y a l’homme. L’homme est une créature qui se distingue des autres par son intelligence. Cette intelligence a traversé des siècles et des siècles, pour connaître une évolution fulgurante et faire que l’homme soit capable aujourd’hui, de voyager à des milliers et des milliers de kilomètres, loin de chez lui, loin de sa planète.

Ceci a été possible parce que l’homme était happé par l’esprit de transcendance, pour dans un premier temps se défaire de certaines pesanteurs nées de la tradition, afin de faire des choix judicieux capables de le faire avancer, de lui faire améliorer son environnement, de lui rendre faciles les corvées domestiques quotidiennes et d’assurer avec un peu moins de tracasseries, les besoins vitaux élémentaires.

L’homme occidental a, avant tout le monde et mieux que tout le monde, compris cela et il n’est donc pas étonnant que le monde d’aujourd’hui se subdivise en catégories de pays avec d’un côté les pays avancés, au niveau desquels d’autres essaient de s’élever en se hissant dans la catégorie de pays émergents, et de l’autre, le reste des pays, empêtrés encore dans des difficultés de développement liées à leur manque de richesses ou à leur mode de gouvernance enchaîné dans des archaïsmes éculés, si la redondance peut être à juste titre pardonnée.

Le CENTRAFRIQUE fait partie de la dernière catégorie de pays, ceux-là mêmes qui peinent à trouver leur chemin dans le processus du développement économique et social, non pas à cause d’une absence de richesses, mais davantage à cause de la gouvernance du pays, qui fait l’unanimité dans toutes les analyses économiques et politiques.

Sans revenir à l’histoire, pour dénoncer une énième fois les défaillances des uns et des autres, force est de constater qu’en cette année 2013, le CENTRAFRIQUE est plus pauvre qu’il n’était en 1960, année de son émancipation. Il suffit de s’en référer au seul budget de l’État pour se rendre à l’évidence. Ainsi, de nos jours, l’État est incapable de subvenir aux besoins de son propre fonctionnement, quand il le faisait sans la moindre inquiétude dans les années soixante.

Cette dégringolade, qui ne se caractérise pas seulement par la capacité de l’État à fonctionner normalement, trouve aussi son explication dans la défaillance des hommes, dans la piètre formation de beaucoup d’entre eux, à laquelle s’ajoutent les lourdes responsabilités publiques qui leur sont, de surcroît, confiées, en dépit de leur incompétence.

Pour s’en convaincre, et les bras nous en tombent quand certains continuent d’évoquer les FACA alors que cette institution a disparu depuis bien longtemps, lorsque les zaraguinas semaient déjà la terreur dans les provinces. Elle n’était plus qu’une coquille pleine de silhouettes d’officiers généraux, de colonels et autres officiers subalternes. C’est pourquoi, en tant que telles, cette colonne d’officiers supérieurs est restée muette comme une bande de carpes, pendant que des centrafricains se faisaient détrousser sur les routes et parfois dans les champs.

Sur le plan de la gouvernance générale, avec un gouvernement bien assis, pendant que les ponts s’écroulaient dans Bangui, pendant que des sous-préfets et des médecins se faisaient molester ou tuer dans les provinces, qu’ont fait les ministres concernés à l’époque ? Ils n’avaient rien vu, rien entendu.

Aujourd’hui, la population de BANGUI est obligée de faire chanter les casseroles pour faire entendre ses cris de détresse. Un ministre de la République avoue aller à son bureau par ses propres moyens parce que d’autres, plus forts que lui, lui ont confisqué son véhicule de fonction. Quelle est la réaction des autres membres du gouvernement par rapport à cette aberration ? Quelle est la réaction de l’autorité qui l’a nommé à ce poste ? Dans d’autres cieux, ne dit-on pas qu’un gouvernement est une équipe qui joue dans le même sens, et ne parle-t-on pas de solidarité gouvernementale ?

A Bangui, comme dans tout le CENTRAFRIQUE, tout le monde sait ce que signifie l’expression «  KOBE TI YANGA ».

A y voir de plus près, il ne s’agit plus d’une expression, mais d’un système. Un système de gouvernance où seul l’individu est placé au cœur du pouvoir. Un individu totalement démuni, à qui l’on fait croire qu’il est puissant alors qu’il n’est qu’un simple ver, car il suffit de le dépouiller de la veste qu’on lui a collée sur le dos, pour qu’il se rende compte de sa nudité, et pour qu’il ne soit plus capable de faire quoi que ce soit.

A ce système s’ajoutent les menaces de la tradition, que beaucoup négligeraient car imbus du raisonnement scientifique. Ainsi surviennent ce que nous appelons les pouvoirs de l’occulte, avec tout le fétichisme « ethnique » que cela suppose et toute la prolifération des croyances sectaires que le pays recouvre.

Ce n’est donc pas pour rien qu’ayant pris en compte toutes ces considérations, l’on se pose moins la question de savoir pourquoi un fervent avocat des droits de l’homme, une fois rentré dans les costumes du pouvoir, n’a plus la langue tranchante du défenseur des hommes opprimés, pour alléger les souffrances du peuple dont il a la charge ? Sous quelle intimidation occulte est-il assujetti ?

Nous apprenons par ailleurs les menaces de mort que certains font sur d’autres pour les empêcher de parler de ce qu’ils savent.

Est-ce ainsi que le CENTRAFRIQUE pourra se mettre debout ? Est-ce à force d’envoûtements, d’intimidations « magiciennes » ou magiques, pour taire tous les esprits ouverts à l’innovation et au changement véritable de pratiques, en vue du développement souhaité par tous, qu’on arrivera à bâtir ce pays ?

Les vrais ennemis du CENTRAFRIQUE sont ceux qui empêchent les centrafricains de parler, de dire ce qu’ils ont à dire. Chacun à le droit de parler, tout comme chacun a le droit de répondre pour défendre ses points de vue, ses idées. Cela ne peut pas se faire dans ou sous la menace, cela ne peut pas se faire à travers les insultes.

La faiblesse des dirigeants centrafricains, qui a entraîné la ruine du pays, vient de ce qu’ils n’ont jamais voulu entendre les idées contraires aux leurs, les idées dont ils n’ont pas été à l’origine et les idées vraies, qui les ont souvent mis mal à l’aise. Cette faiblesse se trouve amplifiée avec l’entêtement à vouloir détenir le pouvoir jusqu’à la mort, en faisant recours à des puissances inavouées et malicieuses, souvent éphémères et assassines. Il suffit de faire un tour d’horizon du milieu politique centrafricain, pour se rendre compte que le pays est aussi l’un des rares pays au monde à avoir perdu précocement la plupart de ses dirigeants politiques d’expériences, et qu’on y trouve très peu de références, sinon aucune. Le CENTRAFRIQUE sortira de ce gouffre quand ses dirigeants auront compris les dégâts de la double nature.

Adolphe PAKOUA

BIYA-BOZIZE : LES DEDALES D’UN HEBERGEMENT

Trois mois sont déjà passés depuis la prise du pouvoir par la SELEKA le 24 mars 2013.
Que s’est -il passé pendant tout ce temps que certaines personnes considèrent comme un changement ?
Au Cameroun, le Président déchu François BOZIZE qui était de passage dans ce pays, y est encore et cela laisse l’homme fort de Centrafrique en éveil.
Djotodia n’arrive toujours pas à contenir ses troupes aussi bien dans la capitale que dans les autres villes de province et de savoir que l’ancien président Bozizé réside juste dans le pays voisin lui donne l’idée que ce dernier est entrain de préparer sa revanche. Ceci inquiète le chef de la coalition SELEKA qui de surcroît n’a pas eu l’honneur d’être reçu par Paul BIYA, président du Cameroun.
Depuis son entrée en Centrafrique, la SELEKA a posé des actes qui ont fragilisé la population Centrafricaine : pillages en tous genres, séries de viols et de meurtres impardonnables,… Le pays se trouve encore dans l’insécurité totale et au lieu de penser à trouver des solutions immédiates à toutes ces exactions, le nouveau pouvoir de Bangui préfère se pencher sur le dossier Bozizé qui semble être une priorité pour lui. Aurait -t-il oublié que sa prise du pouvoir a été accompagné d’actes considérés de crimes contre l’humanité ? Est ce pendant une période de transition que les dossiers du genre Bozizé doivent être traités? Quel est le rôle du Conseil National de Transition ? Sécuriser son fauteuil de chef d’État serait-il plus important que servir et protéger son pays ?
Des cris s’élèvent de partout : la population est toujours victime de pillages, de viols, d’arrestations arbitraires. Elle n’arrive pas à faire face aux problèmes de santé, d’alimentation et ne parlons pas de l’éducation, où l’on peut déjà penser à une année perdue pour nos enfants et pour l’avenir du pays. Les cinq verbes de la Centrafrique (instruire, nourrir, soigner, loger et vêtir) n’existent plus dans le quotidien des centrafricains, tout comme la constitution a disparu au terme d’une seule phrase. Nos enfants naissent sans espoir d’être nourris, soignés, instruits,…
Combien de dirigeants se sont déjà succédé depuis la colonisation ? Ont-ils vraiment défendu les causes de la population ou ont-ils servi leurs propres intérêts ?
Bozizé arrive au pouvoir par un coup d’état en 2003 : il éjecte de ce fauteuil en or Ange Félix Patassé. 10 ans plutard, c’est son tour d’être éjecté de la même manière (chacun son tour chez le coiffeur). Même procédure de prise de pouvoir : coup d’état avec ses corollaires ; même méthode de gouvernance et de sortie de crise. Les intérêts des populations sont foulés au pied : le président déchu vivait dans un pays  sans en connaître la réalité. Un des dirigeants de ce pays a dit après sa chute : « c’est mon entourage qui m’a induit en erreur ». La lucidité lui est revenue tout d’un coup après coup.
A quand le changement ? A-t-on pensé aux stratégies à mettre en place pour sortir ce pays de ce cycle infernal ?
En Afrique, en général et particulièrement en Centrafrique, c’est le président qui décide de tout ; les ministres et les députés ne font qu’exécuter les commandements qui descendent de sa volonté. Jusqu’où irons-nous si nos dirigeants ne se réveillent pas de cet aveuglement et de ce sempiternel  sommeil. Nous sommes tous enfants de notre pays et tant que nous n’aurons pas tiré les leçons du passé et de notre histoire, ce sera un éternel cycle : même résultat pour une même procédure.
Que vient faire Paul Biya dans tout cela ? Aujourd’hui pour avoir décidé d’héberger aussi longtemps que prévu un sans domicile fixe, ses frères africains veulent unir leur force pour le faire partir de son fauteuil. En tenant compte de l’histoire, nous pensons que Bozizé à Yaoundé , c’est mieux que Gbagbo à la CPI car, il est encore dans nos murs et peut être jugé par les siens à tout moment.
Jacqueline GBANDO

L’AMATEURISME POLITIQUE AU POUVOIR

Six cent vingt-deux mille kilomètres carrés

Près de quatre millions d’habitants

Cinquante trois ans d’indépendance

Six chefs d’État

Aujourd’hui un gouvernement de plus de trente membres

Aujourd’hui un Conseil National de Transition de cent trente cinq membres

Bilan :

Un seul hôpital général

Une seule université

Un seul aéroport de « renommée » internationale

Une seule route nationale à moitié bitumée de cinq cents kilomètres

Trois hôtels de plus de cent chambres

Une seule brasserie ( symbolique du développement industriel )

Un seul stade de plus de dix mille places (les férus diront vingt mille places)

Cent cinquante élèves par classe dans le primaire et dans le secondaire

VOILA LE CENTRAFRIQUE GRANDEUR NATURE

Au vu de ces données que beaucoup prendraient pour une présentation pas trop réaliste de la carte postale de CENTRAFRIQUE, en ceci que toutes les données ne seraient pas prises en compte, nul ne mettrait en doute le fait que les seules qui sont fournies ici sont celles que tout centrafricain reconnaît comme réalités palpables.

Ce profil du pays, presque statique depuis des décennies est le résultat d’un laisser-aller dramatique au niveau de la gouvernance du pays. En effet, rares seraient les dirigeants qui se vanteraient d’avoir laissé à la postérité et au bénéfice des centrafricains, des réalisations pouvant prouver leur passage à la direction du pays. Comment peut-on expliquer une telle défaillance étalée sur une aussi longue période qu’est un demi-siècle ?

Les changements politiques se sont faits en CENTRAFRIQUE sur un coup du hasard, concrétisés dans un coup d’État pour la plupart. Cela n’empêche pas qu’on puisse faire un coup d’État et réaliser de bonnes choses par la suite. Mais un coup d’État, c’est souvent une action rapide, qui ne demande pas trop de temps de préparation à cause des fuites qui pourraient tout faire rater.

Donc celui qui arrive au pouvoir par cette voie n’a pas de programme politique arrêté, qui puisse le guider dans ses orientations politiques, économiques et sociales. Tout ce qu’il se mettra à faire sera le fruit de l’improvisation. Et l’on sait ce que produit une improvisation routinière.

De la même façon que les chefs militaires qui se sont emparés, sans le moindre programme politique, du pouvoir en CENTRAFRIQUE, les autres, civils, n’ont pas de leur côté exercé ce pouvoir sur la base d’un programme bien défini, pouvant aider à asseoir les fondations d’un processus de développement économique, social et politique.

Dans ce pli qui est le propre des hommes « politiques » centrafricains, l’on ne peut guère s’étonner aujourd’hui de voir à quel point le chef de la transition politique de CENTRAFRIQUE et son équipe ont du mal à gérer les affaires publiques. Ils ont vécu dans la routine, ils ne peuvent pas sortir de la routine.

Ce n’est donc pas pour du beurre que tout ce qu’ils peuvent faire ne peut consister qu’à faire des nominations : on forme un gouvernement sans savoir qui fera réellement quoi, on donne des grades quand bien même les nouveaux gradés ne savent qu’appuyer sur une gâchette, et pire, parce que la coutume veut qu’on nomme des ministres résidents qui ne servent strictement à rien ( à quoi servent alors les députés ou pour respecter la nouvelle appellation les conseillers nationaux de transition), alors, il faut faire plaisir à ces « sinistres » en faisant d’eux des « ministres résidents » de telle ou telle préfecture. Pendant que les galons fleurissent çà et là, le peuple se fait violer et massacrer.

La politique, ce n’est pas ça du tout. Le pays est malade depuis parce que les hommes ne font pas la vraie politique, dans le sens des responsabilités publiques qu’ils peuvent assumer, mais la politique des manœuvres néfastes, qui ne font rien avancer mais soutiennent plutôt la régression générale ou généralisée. La démonstration est faite quand on voit l’état dans lequel se trouve le CENTRAFRIQUE en ce Dimanche 23 Juin 2013.

C’est dire qu’on attend autre chose de la transition, autre chose de ce que produiront les élections d’après la transition. On n’a plus besoin de partis politiques qui se considèrent comme tels, quand bien même ils sont incapables de produire le moindre programme qui pourrait faire leur originalité, leur spécificité et témoigner de leur crédibilité.

POUR AVANCER, LE CENTRAFRIQUE DOIT EN FINIR AVEC LA ROUTINE ET LES ROUTINIERS.

Adolphe PAKOUA

Les raisons d’un blog

Une génération sacrifiée, qui se bat

Chers amis,

La République Centrafricaine traverse depuis la fin de l’année 2012 une de ces crises que très peu de pays africains en général ont connues. Une crise née de l’entêtement d’un homme entouré d’une équipe de conspirateurs et de traîtres de la République, à vouloir à tout prix gouverner le pays comme bon leur semblait, en toute impunité en dépit des exactions dont certains des membres étaient devenus vedettes, des détournements des deniers publics au vu et au su de tout le monde, de la dégradation généralisée de tous les services publics, entraînant une réelle coupure entre la capitale et tout le reste du pays, de l’effondrement ou plus précisément de la mise à mort de ce qui restait et qui faisait office d’armée nationale, sans compter la mise en place d’une Assemblée Nationale fantomatique. Toutes ces extravagances ont conduit  au mécontentement de la classe politique d’opposition qui a dû mettre en place un organe appelé FARE 2011, pour tenter d’atténuer et de ralentir la course effrénée du pouvoir vers la dictature. Les actions de cette coalition politique n’ayant pas eu assez rapidement les résultats escomptés par les uns et par les autres, les branches rebelles armées, dispersées çà et là sur tout le territoire, ont saisi l’opportunité d’une coalition pour réussir là où les partis politiques d’opposition n’ont pas été efficaces. Aujourd’hui, la République Centrafricaine et son peuple sont à la merci de ces groupes armés, avec à leur tête un chef au passé obscur et aux desseins réellement insaisissables. La SELEKA, puisque telle est la dénomination de cette coalition hétéroclite, ne s’est, depuis que le pouvoir est entre ses mains, jamais positionnée comme une force de défense du pays et de son peuple. Ceci se comprend facilement quand on sait que des éléments tchadiens et soudanais composent une bonne partie de cette armée qui n’a rien d’une vraie armée à part le fait de porter des armes. des éléments donc, qui n’ont rien à “f……” de la protection du Centrafrique et de son peuple.  Il n’est donc pas surprenant qu’ils poursuivent leurs exactions, leurs pillages, leurs viols et leurs assassinats sur des populations qui leur sont étrangères, quand bien même ces populations seraient chez elles. Et voilà qu’on se trouve dans une situation d’invasion, et d’agression par des forces extérieures. Le patriotisme voudrait donc qu’on défende la patrie pour la libérer de ces envahisseurs. Sans parler des accords de Libreville qui consistaient à trouver une issue honorable à la crise du Centrafrique, nous assistons aujourd’hui à une dérive politique où il est bien difficile de savoir dans quelle direction va le pays. La raison est toute simple : le bicéphalisme. Et Boganda, en son temps, avait fermement condamné ce système de gouvernance qui selon lui conduisait droit à l’échec. Aujourd’hui, nous avons d’un côté le chef d’Etat de la transition, que d’autres ne voudraient pas appeler Président de la République à cause des conditions dans lesquelles il est parvenu à cette posture, et de l’autre le Premier Ministre qui réellement devrait être l’homme de la situation, vu la reconnaissance internationale qu’on lui a conférée et dont il n’a pas su tirer avantage pour s’affirmer en tant que tel et prendre des décisions fermes et déterminantes pour la réussite de la transition. L’une des conséquences néfastes de ce bicéphalisme pour le pays est bien la concurrence que se livrent, de manière larvée, les deux hommes : quand l’un ramène un troc du Tchad, l’autre gagne un prêt du Congo, et dans cette course à qui ramènera au pays le plus gros lot, la composition d’un nouveau gouvernement en paie lourdement le prix et tarde à se faire jour. Ainsi va le Centrafrique, ainsi va la transition, objectif élections dans quelques mois. Pauvre pays dont les enfants doivent savoir qu’il ne leur reste plus que la solidarité et la détermination à vouloir à tout prix survivre, et tout faire pour arriver à survivre, sinon, ils n’auront plus que les yeux pour pleurer.

Ayant déjà écrit un grand nombre d’articles sur la situation centrafricaine et encouragé par beaucoup de lecteurs, nous avons décidé de donner le jour à ce blog, pour leur permettre de continuer à nous lire et d’apporter leurs commentaires et suggestions dans les analyses que nous faisons. C’est avec un plaisir indicible que nous recevrons leurs réactions, pour  constructives qu’elles seront, comme nous aussi, essayons d’apporter notre contribution à la construction d’un nouveau Centrafrique.

Avec mes amitiés, en toute fraternité.