Eso 5

Un débiteur sommé de payer ses dettes
Se fit prêter une vieille truie
Et la prétendit féconde
Le créancier réclama de l’argent

Au temps de l’esclavage proclamé un maître
Se procura un garçon déguisé en fille
Il eut beau le nettoyer
Le garçon resta garçon

Une belette attrapa un coq
Et lui reprocha de faire du bruit la nuit
“Que nenni ! je réveille le monde au petit matin”
“Qu’importe ! Il faut que je te mange”

Un chat tuait et mangeait plein de rats
Ceux-ci s’enfuirent le chat fit le mort
Un vieux rat s’approcha :
“Pour mort que vous soyez,
Vous êtes trop vivant pour moi”

Une belette rendit visite à des poules malades
“Je peux vous soigner je suis un peu médecin….”
” Un peu ne suffit pas Il faudrait
Que tu ne sois plus du tout belette”

Une chèvre refusait de marcher avec le troupeau
Le chevrier lança une pierre qui brisa une corne
Il supplia la chèvre de ne rien dire au maître
“Mes cornes parlent toutes seules”, répondit-elle

Une chèvre était jalouse d’un âne surchargé de travail
Elle lui conseilla de simuler l’épilepsie
L’âne s’empressa de tomber pris de tremblements
On égorgea la chèvre pour soigner l’âne

Eso 4

Un aigle à toute puissance
Enleva un agneau
Un corbeau voulut faire de même
Il resta prisonnier de la laine naissante

Un aigle fut fait prisonnier
On lui rogna les ailes
Il marcha longtemps dans la basse-cour
Ses ailes repoussées
Il s’envola en tenant bien un lapin

Un aigle en haut des rochers
Fut blessé par une flèche
Portant ses propres plumes
Il mourut persuadé d’une ingratitude

Un rossignol chantait
Un épervier s’en empara
Il conserva le rossignol
Pour attirer d’autres proies

L’hirondelle souhaitait
Entendre le rossignol chanter avec elle
Le rossignol lui répondit que pour garder sa voix
Il lui fallait un désert

Eso 3

Les maux attaquent tous les jours
Le bien se cache
Les maux gagnent toujours
Sauf au fond des choses

Un pauvre homme fabriqua une petite statue
Et la mit en vente
En vantant ses vertus
Il lui fut répondu
Qu’il les garde pour lui-même

Un aigle victime de la famine
Dévora les renardeaux
Le renard fut terriblement atteint
Par l’impossibilité de se venger

Un aigle tua un lièvre
Devant un petit escarbot impuissant
L’aigle ne put rien pour protéger ses oeufs
De l’escarbot tout-puissant

Eso 2

Un guerrier soigna bien son cheval
En temps de guerre
Il l’abandonna en temps de paix
Le cheval devint un âne

L’olivier et le roseau
Se disputaient sans cesse
Le vent vint qui plia le roseau
Et déracina l’olivier

Un chameau traversant une rivière
Vit avec fierté son caca
Filer dans la rivière
“JE SUIS LE SEUL DANS CE CAS”

Le chameau prétendait être le roi
Mais l’éléphant aussi
Ils se tinrent cois devant le lion
Qui rugissait assez fort

Eso 1 Voir Esopiques*

Un cheval de course finit sa carrière
A tourner une meule dans un moulin
La vieillesse non seulement est pénible
Elle se voit souvent confier
De pénibles travaux

L’humain est un cheval un boeuf
Un chien un âne et bien d’autres animaux encore
Il est rapide fort fidèle ignorant
Et bien d’autres choses encore

Un maître étrillait son cheval
Mais ne lui donnait presque rien à manger
Le cheval lui dit un jour :
“Je serai plus beau si je mange mon picotin ”

Le cheval déjà chargé refusa de porter
Une partie de la charge de l’âne
L’âne en tomba malade Le cheval
Dut porter cette charge excédentaire *

* Voir “Esopiques” en février 2015

AA 25 et fin

“La Sinistre”, société anonyme, s’occupe de vos sinistres
Elle se spécialise dans les enterrements posthumes
C’est à dire “post – thunes”
Elevons-nous contre la licence des intérieurs et contre celle des inférieurs

Cheval de course à pied pied à terre de feu follet lait de vache
Face de bouc maker coeur de pirate se dilate
Le préfet de police Lépine a fondé le concours du même nom
Je dévore un feuilleton

J’aime les lectures substantielles
Le papier, c’est rigolo, la glu sur le papier, c’est pire
Le buffet Henri 2 est un chef d’oeuvre d’architecture
L’alcool est source d’immoralité

L’alcool est de trop sur terre
Il y a trop d’alcool dans un café
Le bistro, c’est deux fois trop
Il faut creuser l’idée

AA 24

Allais, à la terrasse d’un café, demanda un peu moins de vent
Son souvenir belge était un bouchon de liège
Il discutait de tout, y compris de ce qui ne l’intéressait pas
Il enferma le concierge dehors pour que celui-ci lui rembourse le pourboire qui lui avait permis d’entrer

“Vous êtes mille fois trop bon “, comme disait Allais à un critique qui voulait lui offrir une perruque
Il trouvait que la peinture est salissante
“Traire” répétait l’arbitraire
Mardi est le jour de Mars, en latin toujours

A un an près je ne jure de rien
Les dents en or ne se conservent pas très bien
Les cimetières sont pleins de gens ordinaires
La rive gauche est gauche, la rive droite est droite

ki a mal o ciboulo ?
Tout est différent et tout est la même chose
Les prospectus sont volants
C’est de mon plein gré que je m’obstine à vivre

AA 23

On ne donne pas l’heure, on la prête
Il n’y a pas d’heure, c’est sans heure
A cent heures à l’heure !
Il n’y a pas d’heure pour les mal venus

En latin on aurait dit l’heure de l’apertif
Gare à tes tifs ! garde ton soutif !
J’attends trois jours avant de lire une lettre, surtout le W
Allais disait : “Allez plus vite”

Renard écrivait ses propres livres
On peut être géniteur sans être génital
Ne t’avise pas d’avaler un ascenseur
Bien le bonjour , monsieur Allez-Va !

Il court après la connerie – Je parie pour la connerie
Un mendiant très gentil m’a demandé si j’avais cent sous
La lune est pleine – De quoi ?
Le pluriel va bien aux amours

AA 22

Les gnons ne sont pas des gnous manqués
Le feu d’artifice suscitait beaucoup d’intérêt chez feu Dard
Où sont passées les couleurs d’antan ? – Elles sont passées
Les livres sont écrits à l’encre volatile quand ils ne le sont pas à l’encre sympathique

Les casseroles carrées n’empêchent pas le lait de tourner
Les plantes grimpantes ne montent pas le courrier
Il n’y a pas de bleu dans le drapeau rouge
Les poissons sont timides On dit : “Timide comme un poisson”

Les escargots ne bavent pas
Il faut presser le papier plusieurs fois
Les crocodiles pleurent quand ils songent
Les porte-plumes n’ont pas de plumes

Nos chaussures sont ventilées
Le coton-tige est malicieux dans l’oreille
J’ai horreur de me réveiller en sursaut de puce
Le rouge et le noir ne signifie pas manque et passe

AA 21

Je me suis blessé en tombant de bas
Je me gare car je me range
Tu t’écartes des rangs où il n’y a rien à faire
Marc a dit : “bis !”

Lefort était fort dans le temps
T’es haut quand tu frimes, Théo
Un rat n’est pas pieux
Le poisson ne sent pas bon

Avoir quelqu’un dans le nez ne doit pas empêcher de respirer
On ne s’assied pas sur un banc de poissons
Je suis une brique, pas une briquette
Faire du feu est plus facile que faire du froid

Il est plus difficile qu’on ne croirait de déplacer les lignes
Par exemple l’équateur
Connaissez-vous des maladies qui ne sont pas infectieuses ?
Pas de sport sans entraîneur