Archive pour la catégorie ‘Ma vie’

IB 100

Le ciel pend fané
Le fardeau des roses pend fané
Au mur de fond et de ruine
La lampe au coeur de lumière

Nous avons fermé le verrou devant la mort
Je suis un mort qui chemine
Je suis un mort anonyme
Inconnu écarté doté de rien

Ma langue parlée est ma maison
Ma langue écrite est mon palais
MA LANGUE DÉRIVE À TRAVERS LES LANGUES
Je ne peux plus vivre parmi les humains

Porter la mort quand on peut porter la vie ?
C’est le déluge
J’aime voir la colombe
Et rien que la colombe

Lao 54

Ne sois pas pas courageux sans miséricorde
Ne sois pas généreux sans frugalité
Ne te prétends pas le premier
Sans te placer au dernier rang

D’aucune façon ne courtise la mort
Le rempart est victoire
Sois secourable envers le miséricordieux
Fais lui un abri de sa miséricorde

Un bon chef de guerre ne déploie pas son armée
Un bon guerrier n’a pas de colère
Eviter l’adversaire c’est le conquérir
On se soumet pour vaincre

La vérité est vertu
La vertu évite la rivalité
La vertu est bon usage des compétences
La vertu se marie au ciel

IB 80

Voir le 1 / 10 / 2018

Le vieillard dit quelque chose
Le jeune homme dit : “Encore !”
L’amour est entraîné par le souvenir
Les livres sont morts

Le pouls de la nuit n’arrête pas de battre
La douleur va te faire la leçon
La vie est un mot et une conquête du monde
L’heure est bleue C’est l’heure bleue

La jeune fille se tait
C’est un miracle qui recommence
Les talents tombent des étoiles
Il faudrait ajouter des anémones

Je saute dans les cerceaux
Je traverse le feu du monde
On m’envoie charitablement l’étoile du soir
La jeune fille se tait toujours

IB 69

Les corbeaux sont rusés
Et néanmoins sympathiques
Leur pays de cocagne
Est un simulacre de mousse

Sur le pont d’or nous jurons
Que la maison est hantée
Le jeu est fini
Une fois de plus

Les chemises pouffent
Nous quittons les nuages du souffle
Les destins se ressemblent
La vague est annoncée

On tire le chariot de l’ornière amollie
Chaque dimanche est un jour perdu
Il nous faut sept pierres
Pour le chemin de l’homme perdu

AW 55 et fin ( “Aphorismes” d’Oscar Wilde )

Il n’y a que les miroirs à regarder
Nous avons plusieurs visages
Les aphorismes doivent être contradictoires
Ils ressemblent à nos proverbes : “Tel père tel fils” “A père avare fils prodigue”
Je commence à me répéter

Hélas ma vie ne ressemble pas à une oeuvre d’art
Je ne serai jamais un dandy
Je ne suis pas un non-conformiste
Je ne suis pas pour “l’art pour l’art”

Titres improbables :
Crime et mensonge
Une femme sans importance soi-disant
Le silence de l’amour
La bonne critique est créatrice
L’âme socialiste ?
Portraits et prison
Constance et inconstances
Être sérieux ( “earnest” ) en toutes circonstances
La ballade des lettres
Amour et scandale
Je ne suis pas le fils d’Oscar Wilde ….

IB 38

Je ne voudrais pas te détacher
De l’écume des jours
De la pente du temps
Du fleuve de soleil

Lorsque la lune arbore
Un visage effrayant
Mon âme revit
Dans l’écume d’argent

Ne me regarde pas
Surtout pas
Les bienheureuses torches
Sont consumées par leurs propres flammes

Je sais que ta folie est sacrée
Les enfants se font signe
Les petites filles hurlent
Ton coeur conserve des provisions d’amour

VV 25

Je suis tranquille dans ma demeure
Dans ma paisible demeure
Je m’habitue de loin
Aux violentes voix de la tempête

Pourquoi le coeur
Reste-t-il marqué par les teintes
Et les formes
De la fleur de cerisier ?

La montagne est belle et lointaine
Qui grimpera sur le tapis de mousse
Rocher après rocher
Pour quelques fleurs de cerisier ?

Dans la pluie de mai
Le soleil est caché
Dans les nuages entassés
Un passereau passe criant

IB 19

L’ombre est également lumière
La lumière s’étend infiniment
Sur la corde du silence
J’entends un chant

Le chant est douleur toute vive
Pire que l’angoisse dans mes rêves
La douleur se déchaîne
Son écume bouillonne

Nous arrivons enfin à la nuit étoilée
La reine de fraicheur
Transfigure le monde
Une incandescence jaillit

Les profondeurs de la mer sont muettes
A moi de me déchainer bêtement
Dans un lâcher d’écume
La lune parait heureuse dans les flots

Cit 110

La vérité sera un jour la puissance et la force
La vérité est planante
La vérité est une illusion
La vérité ressemble souvent au mensonge
On ne doit aux morts que la vérité
L’illusion est une vérité
L’âpre vérité
L’orgueil nous fait échapper à la vérité
La vérité tue
La vérité est ivre

Cit 95

Suggérer est le rêve du poète, sa noble ambition
Il n’y a pas de désespoir en soi
Mais il y a des situations désespérées
Le pire est la désespérance
Du riz pour le ventre, des fleurs pour la tête : le ventre n’est pas superflu
Il y a des supériorités pour toute situation
Il n’y a de véritable supériorité que de l’intelligence vertueuse
La superstition est victime des coïncidences, la sympathie est l’héroïne
Tout est symbole
L’humain se réalise dans le surhumain
Survivre avant de vivre
N’importe qui sympathise avec les souffrances d’un ami, moins avec ses succès