février 2011
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28  
Commentaires récents
    Catégories

    Archive pour le 2 février 2011

    Ton ruisseau murmure

    Ton ruisseau murmure

    Dans ma poitrine

    Eveillant au moins

    Deux de mes jardins

    Le premier

    A peine atteint

    Le second

    Déjà fleurissant

    Entre tes mains


    Il suffit que ma veille

    Se prenne pour du sommeil

    Pour que je rêve de toi


    Je ne peux te toucher

    Mais je t’entends

    Du couchant à l’aurore

    Depuis que le jamais

    Est devenu l’encore !

    Maria Zaki (Inédit, 2011).

    Commentaires :

    bahia dit :

    09/02/2011 à 23:30

    Bonsoir Maria,
    Ton poème m’a énormément touchée ,il est magnifique , quand on aime on est hanté par l’autre personne jour et nuit surtout comme tu l’exprimes si bien : Du couchant à l’aurore.

    Écrire une réponse

    Jacques Herman dit :

    07/02/2011 à 22:39

    Les veilles se prenant pour du sommeil, ce sont celles qui sonnent les heures les plus claires de la poésie!

    Écrire une réponse

    Houria dit :

    02/02/2011 à 11:29

    En amour, l’encore l’emporte toujours sur les multiples jamais, car ne peut cesser d’aimer que celui ou celle qui n’a pas vraiment aimé.