février 2011
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28  
Commentaires récents
    Catégories

    Archive pour le 17 février 2011

    Sept jours trois vers

    Sept jours trois vers

    Mon poème renaît

    Volant dans la nudité

    Du présent trop pressé

    Aux fenêtres du silence

    Plus rien ne bouge !

    Sept nuits trois vers

    Une main inévitable

    Caresse l’oiseau

    L’effraie

    La mesure bouge

    Plus rien ne l’arrête !

    Maria Zaki (Et le cheval se relève, 2009).

    Commentaires :

    Lotfi dit :

    23/02/2011 à 18:09

    Sénèque a dit que la caresse n’éveillait ni la rudesse ni l’effroi, mais il n’a rien dit à propos de la peur…
    Amicalement

    Écrire une réponse

    Houria dit :

    18/02/2011 à 13:51

    Doit-on comprendre que L’oiseau ne supporte d’être caressé que des yeux ?