mars 2011
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  
Commentaires récents
    Catégories

    Archive pour mars 2011

    Dans mon rosier

    Dans mon rosier

    Se cache

    L’infime rose

    L’ardente

    Qui s’offre

    Douce et lointaine

    Pleine de toi

    Celle qui se révèle

    La nuit ta proie

    Et se rit au réveil

    De mes peines

    Et mes joies !

    Maria Zaki (Inédit, 2011).

    Commentaires :

    Jacques Herman dit :

    22/03/2011 à 22:13

    Le langage de la rose naît du rosier et parle au coeur

    Écrire une réponse

    bahia dit :

    21/03/2011 à 12:02

    bonjour Maria,
    “Il n’y a pas de rose sans épines”dit un ancien proverbe!!!!!

    Je surmonte mes peurs

    Je surmonte mes peurs

    Affronte mes démesures

    Et te dis :

    Introduis-moi

    Dans les diaprures

    De ton être

    J’ai le sens de la révélation

    Et le secret

    Me remet dans l’ordre !


    A la fois libres et captives

    Tes merveilleuses teintes

    Autrefois mises en orbite

    Me frôlent à basse altitude

    Prendrai-je le risque

    De laisser mon âme se mêler

    A leur force expressive ?

    Maria Zaki (Inédit, 2011).

    Commentaires :

    Luc dit :

    13/03/2011 à 20:39

    La beauté de ce poème est dans ce qu’il décrit d’insaisissable : les diaprures de l’être, ses merveilleuses teintes…

    Écrire une réponse

    Houria dit :

    13/03/2011 à 18:03

    Chère Maria j’ai eu une inclinaison naturelle pour ce beau poème et surtout pour la chute!!!
    Si c’était moi, je répondrais : OUI

    Familière de lui

    Familière de lui

    Etrangère à tout

    Je me promène de nuit

    Dans les couloirs de l’esprit

    Quand ma folle sagesse

    Se revêt de lui

    Et qu’il devient un rêve

    Sans pardon ni trêve

    Je me réveille avant de choir

    Sous l’emprise de son regard

    Avant que ne me vienne

    Le bon ou le mauvais espoir !

    Maria Zaki (Le velours du silence, 2010).

    Commentaires :

    El Alaoui Saïd dit :

    08/03/2011 à 10:05

    J’aime beaucoup ce poème, il montre comment l’expression créatrice dans la langue poétique de Maria Zaki s’effectue. On ressent la présence d’une langue dans la langue…