avril 2011
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  
Commentaires récents
    Catégories

    Archive pour avril 2011

    Je lis ton parchemin

    Je lis ton parchemin

    Ecrit à l’encre sympathique

    Puis le brûle

    A l’encens et au benjoin

    Senteurs florales

    Sans soucis de pérennité

    Trois mots dans le foyer :

    Epicé

    Balsamique

    Velouté !

    Trois plumes d’oiseau

    Caressent ma main

    En signe d’alliance

    Là où le dire se restreint

    L’intériorité commence

    Tes mots montent en moi

    De ciel en ciel

    Guidés par le maître-mot

    Confiance !

    Maria Zaki (Sur les dunes de l’aimance, 2011).

    Commentaires :

    El Alaoui Saïd dit :

    08/05/2011 à 21:02

    Ces nouveaux livres sont sans doute épicés, balsamiques et veloutés !!!
    Amitiés.

    Écrire une réponse

    Jacques Herman dit :

    30/04/2011 à 14:51

    Un très beau recueil que ces Dunes de l’Aimance qui vient de paraître et dont ce poème est extrait. Remarquable aussi “La Fable du Deuxième Sexe”, roman paru quasi simultanément.

    Quand l’univers

    Quand l’univers

    Et son âme suave

    Jaillissent à ma vue

    Je deviens folle

    Très sagement !

    Je me dis :

    Si dans la profondeur

    De ton être

    Le code de l’aimance

    Préserve l’invisible

    En le protégeant du

    Manifeste

    Et qu’un plateau

    De la balance

    Ne camoufle pas l’autre

    Tu mérites de vivre

    En toute inventivité

    Sans refoulement

    Ta sensibilité !

    Maria Zaki (Sur les dunes de l’aimance, 2011).

    Commentaires :

    Maria Zaki dit :

    30/04/2011 à 9:07

    Merci beaucoup chère Houria pour tes félicitations.
    Je remercie également toutes les personnes qui continuent à m’encourager par leurs visites et leurs commentaires.
    Je suis heureuse de constater que certains font des investigations sur l’Aimance. C’est un jardin nouveau, vaste et varié, à fleurir par l’art et la pensée.

    Écrire une réponse

    Houria dit :

    29/04/2011 à 11:35

    J’aime bien l’expression « le code de l’aimance », preuve s’il en est besoin que l’aimance, c’est l’amour follement sage ou sagement fou, au choix! Mais dans tous les cas, réfléchi, pensé…
    Félicitation pour ton nouveau recueil. J’ai hâte de le lire.

    Dans le temps consenti à l’Autre

    Dans le temps

    Consenti à l’Autre

    Accueille

    Sa gaité et sa détresse

    Sa force et sa faiblesse

    Mais n’accueille jamais

    Sa solitude

    Pour éviter d’en devenir

    Le chemin

    Maintiens-la à distance

    Sous une main

    Douce et ferme !

    Maria Zaki (Sur les dunes de l’aimance, 2011).

    Commentaires :

    El Alaoui Saïd dit :

    23/04/2011 à 19:11

    Moi, c’est le début du poème qui m’a le plus intrigué : “le temps consenti à l’Autre”, CONSENTI, nous dit-elle…

    Écrire une réponse

    Luc dit :

    23/04/2011 à 14:06

    L’objectif indiqué dans le poème est dur à atteindre mais j’aime beaucoup la chute avec son paradoxe qui ne me laisse pas indifférent : “Sous une main douce et ferme !”
    Bonne chance pour le maintien de votre blog !

    Quand tu entends

    Quand tu entends

    Les lignes de mes mots

    Se briser

    A l’Est des sources vives

    Ne me protège pas

    De la tyrannie du moi-poète !

    Je saurai comme toi

    Maintenir mon désir

    Allumé

    Pour traverser le désert

    Jusqu’au dépaysement

    De moi- même !

    Si un jour les dunes

    Viennent à moi

    Bras accueillants

    Me saluant

    M’enlaçant

    Je t’appellerai pour goûter

    A l’instant séparant

    L’éveil de l’enivrement

    Du grain de sable

    Au grain de peau

    Rien qu’un pas

    Sur un tapis de velours

    Que je déroulerai

    Devant ton âme

    Sans me presser !

    Maria Zaki (Sur les dunes de l’aimance, 2011).

    Les commentaires sont fermés.



    Avis

    Chers amis,

    Mon blog est momentanément bloqué à cause d’un problème de spams. Je vous remercie infiniment pour vos visites et vos commentaires encourageants et vous prie de patienter jusqu’à la résolution du problème.

    Amitiés,

    Maria Zaki.

    Les commentaires sont fermés.