octobre 2011
L Ma Me J V S D
« sept   nov »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
Commentaires récents
    Catégories

    Archive pour octobre 2011

    Pas de contrainte dans la foi !

    Pas de contrainte dans la foi !

    Quand l’œil intérieur

    S’ouvre librement

    Et que l’être célèbre

    La moindre connaissance

    Avec ou sans sagesse

    Il tiendra ses promesses !


    Quand l’œil intérieur

    Contraint, se referme

    Et que l’être initié

    Beugle à son tour

    Avec ou sans science

    Il franchira tout

    En aveugle !

    Maria Zaki (Le velours du silence, 2010).

    Commentaires :

    Luc dit :

    29/10/2011 à 11:56

    C’est un poème chargé de bon sens. Je pense aussi que la foi doit être une nécessité intérieure et non une contrainte extérieure…

    Écrire une réponse

    Lotfi dit :

    27/10/2011 à 22:28

    La contrainte peut tuer la foi tout comme elle tue le désir.
    Avec toutes mes amitiés.

    Écrire une réponse

    Hind Salama dit :

    27/10/2011 à 19:07

    J’aime bien ce poème et l’idée qu’il défend.
    En effet la foi est un don que Dieu fait aux croyants, ce don doit être reçu comme un cadeau inestimable mais jamais comme une contrainte.


    Si tu échoues

    Image : Bouteille à la mer

    Si tu échoues

    Désamorce mon message

    Dans le bleu de l’air

    Dis-je à la bouteille

    Que je jette à la mer !


    Malgré les marées

    J’inventerai

    Un passage nocturne

    Pour l’atteindre

    Dès le premier

    Éclat de la lune

    Me dit-elle !


    Quand il aura fini

    Son temps de solitude

    Il me ramassera

    Dans un sourire

    Aussi avéré

    Qu’un beau désir

    Dont tu seras

    La seule à mesurer

    La ferveur !

    Maria Zaki (Inédit, 2011).

    Commentaires :

    Maria Zaki dit :

    22/10/2011 à 9:27

    MERCI

    Écrire une réponse

    Jacques Herman dit :

    20/10/2011 à 9:27

    Excellente idée d’insérer des images à de beaux textes! Bravo!

    Par consentement tacite

    Par consentement tacite

    Nous passons la frontière

    Entre verbe et confidence

    Sur la toile de nos souffles

    Mêlés

    Les contours de nos désirs

    A peine ébauchés

    Résisteront-ils

    A l’attirance de la souffrance

    Dans les brusques déchirures

    Du désert ?

    De nos eaux closes

    Coulent nos poèmes

    Hésite tout ce qui

    N’est pas sûr de son élan

    Tout ce qui expire

    Entre deux interdits !

    Le rêve de liberté

    Se réfugie sous un figuier

    L’exigence filiale

    Enchaîne nos vers

    Au-delà des oasis

    Gorgées de sucre

    Et de parfums

    Les figues glissent

    Hors de l’arbre

    Tout ce qui n’épouse pas

    Le vol de l’oiseau

    Tombe !

    Désir assouvi

    Ou inassouvi

    Fleur de l’extase

    Tourne et tourne

    Derviche dans le vent

    Merveilleuse est l’illusion !

    Maria Zaki (Sur les dunes de l’aimance, 2011).

    Commentaires :

    El Alaoui Saïd dit :

    19/10/2011 à 14:19

    Un poème chargé de sens qui nous rappelle que la poésie permet d’élever les esprits et d’éveiller les cœurs aux mystères de l’univers… Il me semble que je pourrai lire ce beau poème mille fois.
    Amitié.

    Écrire une réponse

    Fadila dit :

    16/10/2011 à 12:58

    Très beau poème truffé de symboles… Même si je ne laisse pas souvent des commentaires sache que je lis régulièrement tes poèmes sur le NET.
    Bien à toi !

    Écrire une réponse

    Marie dit :

    15/10/2011 à 11:11

    Magnifique ! chaque vers nous touche et nous interpelle.
    Je t’embrasse.

    D’une main

    D’une main

    Glisse la caresse

    Qui redresse la branche

    Pour l’oiseau de l’âme


    D’une autre

    S’élève le chant

    Triomphant des cris

    Et des larmes


    Nous avons payé

    L’impôt sur le bonheur

    Comme on paie

    L’impôt sur le revenu


    Rappelez vos lieutenants

    Les poètes

    Sont revenus !

    Maria Zaki (Inédit, 2011).

    Commentaires :

    Hind Salama dit :

    11/10/2011 à 20:07

    Alors bienvenue aux poètes!

    Écrire une réponse

    Luc dit :

    07/10/2011 à 10:46

    Les bonnes choses ne sont pas exempte d’impôt. Curieusement cet “impôt ” ne leur ôte rien, au contraire il les rend plus appréciables.

    Écrire une réponse

    El Alaoui Saïd dit :

    05/10/2011 à 14:06

    “Nous avons payé l’impôt sur le bonheur” J’aime beaucoup!
    Pas étonnant en ces temps où on paie l’impôt sur tout… Il faut tout de même se méfier de l’abus d’impôt.