janvier 2013
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  
Commentaires récents
    Catégories

    Archive pour janvier 2013

    Il est des vies

    Il est des vies

    Comme des plantes

    Qui cherchent leurs ailes

    Sur le versant désirant

    Du temps


    Dans les airs paisibles

    Ou dans les vents coupants

    Elles vivent au nom

    Des rêves qui changent

    De saison en saison


    Quand elles croisent

    En silence la lune

    Elles resplendissent

    Comme les blessures

    Qui se sont tues

    Aux fenêtres du ciel


    Mais quand elles

    Se laissent

    Guider par l’éclair

    Hurlent les branches

    Et voltigent les feuilles !

    Maria Zaki (Inédit, 2013).

    Commentaires :

    Jacques Herman dit :

    30 janvier 2013 à 15:47

    On ne peut mieux dire la puissance fulgurante de l’éclair ni le silence des blessures sous les rayons lunaires, ni mieux chanter le versant désirant du temps qu’avec cette musique-là. C’est de la poésie qui se laisse respirer.


    Astrée

    A sa droite

    Une plume bleue

    De l’oiseau des îles

    Aérienne

    De toute élégance


    A sa gauche

    Les ailes géantes

    De l’albatros

    Considérable poids

    Dans la balance


    De son œil naît

    Astrée

    Ultime fleur

    Avant la déchéance


    Dans le ciel

    Tigre et taureau

    Colombes et agneaux

    Errent


    Le taureau mugit

    La lune s’éloigne

    A jamais vierge

    Dans les airs !

    Maria Zaki (Inédit, 2013).

    Commentaires :

    Jacques Herman dit :

    4 février 2013 à 13:20

    De belles images et un rythme aérien qui colle parfaitement au contenu du texte!

    Écrire une réponse

    Houria dit :

    23 janvier 2013 à 15:36

    J’aime bien ce poème. La justice n’existe pas sur terre, en revanche il y a pléthore de juges !!!


    Antigone

    Se tenant aux antipodes

    De la violence

    Elle transgresse l’interdit

    Et tente de faire

    Entendre sa voix


    Il y a en elle

    Une immense croyance

    Jamais enseignée

    Ni permise par la loi :


    Élire la justice du cœur !


    Suis-je née Antigone

    Ou bien ai-je le choix ?

    Maria Zaki (Inédit, 2013).



    Le Tartare

    Même les enfers

    Tremblent

    Quand s’ouvre

    Le Tartare

    Avant de franchir

    L’air

    Dans un hurlement

    Violent

    Tout n’est que

    Tonnerre

    Foudre

    Et éclair

    L’horrible œil

    Sur le front

    Regardant sans voir

    Les victimes d’hier

    Aujourd’hui converties

    En exécuteurs

    Ne transigent guère !

    Maria Zaki (Inédit, 2013).

    Commentaires :

    Jacques Herman dit :

    4 février 2013 à 13:22

    Que les dieux de l’Olympe saluent l’élégance de ta plume, c’est ce que je te souhaite!

    Écrire une réponse

    El Alaoui Saïd dit :

    16 janvier 2013 à 13:39

    Très beaux poèmes inspirés de la Mythologie grecque. A mon avis, on devrait les lire sans trop vouloir les interpréter, juste pour le plaisir de voir comment la poétesse s’est inspirée de la Mythologie.


    Vanité

    Au moment de

    La morsure inévitable

    La chasse s’est arrêtée

    Et en même temps

    La vanité


    Après le geste

    Regrettable

    Des vides sidéraux

    Se sont avancés

    Des frontières

    Glaciales

    Et des silences

    A traverser


    Il ne pouvait

    En être autrement

    Pour Orion

    Bien des destins

    L’ont attesté !

    Maria Zaki (Inédit, 2013).


    Aphrodite

    Sous l’instance

    De la négation

    De l’autre en soi

    Même Aphrodite

    Fut séparée

    D’elle-même

    L’identité féminine

    Entière fut divisée

    La ravissante immortelle

    Fut soumise

    A la constitution duelle

    Amour mystique

    Amour érotique

    Qui depuis

    Au-delà des frontières

    De la bienséance

    Se combinent

    Fusionnent

    Et meurent

    Dans l’épreuve

    De la distance !

    Maria Zaki (Inédit, 2013).

    Commentaires :

    Luc dit :

    13 janvier 2013 à 15:25

    En débattre est une bonne idée. Malgré tout ce que certains prétendent pour des raisons souvent d’hypocrisie, tant que l’Amour est un pouvoir sacré, Aphrodite ne fera qu’Une.

    Écrire une réponse

    Houria dit :

    10 janvier 2013 à 16:49

    Quel beau poème ma chère Maria mais il est difficile à commenter ou plutôt il nous faudrait des heures et des heures pour en débattre.