avril 2013
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  
Commentaires récents
    Catégories

    Archive pour avril 2013

    Hâte-toi !

    Toi qui as choisi

    Le dur chemin

    De ceux qui montent

    Vers leur fin


    Lune après lune

    Trace après trace

    Leur legs t’attend

    Au loin


    Tout ce que

    L’homme n’atteint

    Qu’en le quittant


    Tout ce qu’il donne

    Et retrouve aussitôt

    Dans le creux de la main


    Quel poids terrestre

    Traînes-tu encore ?


    Quel mal

    Quel bien ?


    Quel est ce pas

    Lent et incertain ?


    Hâte-toi !

    Toute chose est passée

    Ou passera

    Maria Zaki – Extrait de : Et un ciel dans un pétale de rose, Poèmes entrecroisés, coécrit avec Jacques Herman. (Vient de paraître aux éditions  L’Harmattan). Cet ouvrage résulte de l’entrecroisement de deux regards à la fois semblables et différents. C’est un livre assez particulier où  les poèmes ont été entrecroisés sans signature et où le lecteur peut procéder à l’identification des auteurs en consultant le sommaire. Il s’agit d’une expérience littéraire nouvelle.

    Voyage au cœur des mots entre deux poètes contemporains. Deux regards sur le monde, féminin, masculin, africain, européen. L’exercice peut paraître funambule, « ici Monsieur c’est la révolution », deux fenêtres s’ouvrent, métaphores du réel, et conversent poétiquement sur le jeu et les enjeux d’être au monde.

    L’exercice est stimulant, car tout a été dit, mais assis sur la vague ou au bord des rêves, les poètes inventent un nouveau dire complice, nomment les traversées du quotidien et de l’éternel, interrogent les muses, redessinent l’usage des mots.

    Et la clarté lisible de la beauté se voit dans son renversement de pluie ou au soleil.

    Nicole Barrière.

    Commentaires :

    Maria Zaki dit :

    20 avril 2013 à 17:03

    Merci infiniment à tous pour vos commentaires et vos félicitations.
    Amitiés,
    Maria.

    Écrire une réponse

    Houria dit :

    17 avril 2013 à 16:36

    Bravo chère Maria pour ce nouveau recueil de poèmes, à quatre mains !!! J’aime beaucoup ta peinture aussi.
    Je t’embrasse
    Houria

    Écrire une réponse

    bahia dit :

    16 avril 2013 à 15:04

    Bonjour Maria,
    Ah !!! enfin vient au monde le remarquable travail et la magnifique synergie d’écriture de deux grands poètes… Félicitation à vous deux et en attendant et espérant le lire, je vous remercie du fond du cœur d`avoir partagé avec nous votre art.
    bisous

    Écrire une réponse

    Lotfi dit :

    16 avril 2013 à 12:43

    Félicitation chère Maria pour ce nouveau recueil et cette nouvelle expérience de poèmes entrecroisés avec ceux d’un autre poète émérite.
    Ce beau poème donne envie de lire le reste du livre. Bravo !

    Le petit poisson et la lune

    Dans leur jeu

    Des partages éphémères

    Des angelots

    Murmurent le mystère

    De la lune à l’étang


    Des mots

    Accoutrés de vent

    S’échappent

    Et tombent dans

    L’oreille

    D’un petit  poisson


    À moi la lune !


    Se dit-il

    Conquérant

    En remontant

    À la surface de l’eau

    De tout son élan


    Il cherche encore

    Avec passion

    L’astre luisant

    Là où il n’y a que le vide


    Comme si Dieu

    Le persécutait

    Sur les lieux

    D’un non-lieu

    Maria Zaki (Inédit, 2013).

    Commentaires :

    Lotfi dit :

    9 avril 2013 à 13:29

    J’aime beaucoup les poèmes de Maria car on y ressent effectivement combien la poésie est une question d’émotion avant tout.

    Écrire une réponse

    Jacques Herman dit :

    7 avril 2013 à 23:45

    J’adore ces poèmes courts au chant simple qui contournent les lois de la nature pour en offrir une plus belle encore qui nous émeut. Ce n’est que par cette émotion qu’une poésie vit en nous. Pissions-nous la communiquer à ceux que nous aimons.

    Écrire une réponse

    Houria dit :

    5 avril 2013 à 18:05

    Une belle évocation de la lune mais le petit poisson doit faire attention pour ne pas se brûler les ailes (ou les nageoires  ) comme un papillon.