février 2018
L Ma Me J V S D
« jan    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728  
Commentaires récents
    Catégories

    Archive pour la catégorie ‘Poésie’

    A plein chant

    Que fait l’oiseau

    De son désir pensant

    En attendant l’arbre ?


    Le cœur à découvert

    Il porte l’espoir

    De la rencontre

    Entre ses ailes

    Dans l’orbe du ressenti


    Et prend le vent

    Dès l’aube en invoquant

    A plein chant

    De mystérieuses litanies


    De loin leur clé

    Nous est inaccessible

    Mais de près

    Nous comprenons

    Que ce que nous prenons

    Pour une complainte

    Est en fait

    Un dessein prescrit

    Maria Zaki (Extrait du nouveau recueil de poèmes “Le chant de l’aimance”, Préface de Hassan Wahbi, éd. L’Harmattan, 2018).

    Dans le leurre de l’oubli

    Dans le leurre de l’oubli

    Des échos

    Des parfums

    Des impressions

    Reviennent avec

    Plus d’obsession


    Des fragments

    De vie ou de mort

    Se profilent

    Ici et ailleurs

    Dans l’espace en nous

    Aménagé

    Pour le présent


    Le balancier

    Des sauvages régions

    Revient toujours


    Rien d’intentionnel

    Ne coupe

    Le fil responsable

    D’un tel mouvement

    Maria Zaki (Extrait de “Et un ciel dans un pétale de rose”, 2013).

    Imperturbable

    Quand les oiseaux

    Paisibles planent

    Comme des nuages blancs

    Dans un ciel de printemps

    Et qu’ils se posent

    Sur ses arbres radieux

    Et quand l’hiver

    Règne en maître

    Incontesté

    Quand les oiseaux

    Ont migré

    Vers d’autres cieux

    La forêt demeure

    Imperturbable

    Elle a ses secrets

    Pour déchiffrer

    Les signes portés

    Par chaque saison

    Et prolonger le regard

    Pour percevoir

    Le cycle entier

    Et se fonder

    Sa propre vision

    Maria Zaki (Inédit, 2017).

    L’heure de la floraison

    Quand le temps

    Et l’espace

    Dans un même souffle

    Profèrent

    L’heure de la floraison

    Tu n’en doutes pas


    Lors du réciproque aveu

    Ton esprit recouvre

    Ses meilleurs atours

    Dans une alliance

    Sans détour


    Puis de saison en saison

    De siècle en siècle

    Tu conserves les traces

    De ton aimance

    Qui n’existe pas

    En tant que telle


    Quand ton âme

    Mûrira-t-elle

    Comme un fruit

    Que le destin

    Portera en offrande

    Aux lèvres de l’univers ?

    Maria Zaki (Extrait du recueil “Le chant de l’aimance” à paraître en 2018).

    En étreinte de mots

    Image : Dessin de Maria Zaki

    Dessin de Maria Zaki

    Loin de l’envers

    Déchaîné du silence

    Où toutes les voix

    Se mêlent et se ressemblent

    Ils se rencontrent


    Le cœur débridé au vent

    En étreinte de mots

    Transcendant

    Leurs propres limites

    Et déclinant l’art de l’alliance

    Sous toutes ses nuances


    Du rouge au vert

    Le mouvement et la quête

    Du jaune au bleu

    L’inspiration et le geste

    Sans s’approprier

    Ni les choses ni les êtres

    Maria Zaki (Extrait du recueil “Le chant de l’aimance” à paraître en 2018).

    Ô prunelle, t’en souviens-tu ?

    Ô prunelle, t’en souviens-tu ?

    Quand tu étais perdue

    Au-delà du présent

    Quand la paupière

    Tremblait sur le qui-vive

    Et la poussière ricanait

    Au tournant des cils


    Ô prunelle, t’en souviens-tu ?

    Quand tu contemplais

    En silence et sans témoin

    Les traces de l’éternel

    C’était à la frontière

    Entre l’invisible et l’entrevu

    Le manifeste et le disparu


    Ô prunelle, t’en souviens-tu ?

    Je sais que tu es fatiguée

    De tout ce que tu as vu

    À ne plus savoir

    De quelles larmes couler

    Entre le meilleur et le pire

    Ni quelle ligne du cœur suivre

    Mais le regard demeure à vivre


    Maria Zaki (Sillages, 2014).

    Dans les bras du silence

    Dans les bras du silence

    Un bras tendre

    Et un bras de fer

    Elle s’est assoupie


    Une main a ouvert

    La boite bleue

    De ses rêves avant

    La tombée de la nuit


    Ces rêves se couvrant

    De couleurs éphémères

    Protègent son âme

    De ce qui semble acquis

    Maria Zaki (Inédit, 2017).

    La science éclaire l’homme

    Considérer tout comme faux

    Là commence le vrai

    C’est en forme d’interrogation

    Qu’on pose la première objectivité


    La science éclaire l’homme

    Et l’arrache à l’obscur qui l’exalte

    Elle le mène à tester et à contester

    Ses limites et ses possibilités


    Alors chacun de ses pas

    Devient le premier

    Pour déjouer les pièges

    Qui réclament son retour

    Aux illusions personnelles

    Ou aux délires en comité


    Nous disons ce que nous disons

    Pour que l’ignorance

    N’ait pas le dernier mot

    Pour qu’apparence et croyance

    Ne l’emportent pas sur la vérité

    Maria Zaki (Inédit, 2017).

    Danser dans le noir

    Danser dans le noir

    En vieille habituée

    Peu avant l’aube

    Bien avant la délivrance


    Risquer quelques pas

    Entre deux peurs

    En gestes repères

    Pour baliser le ciel

    Quand les étoiles

    Jouent l’indifférence


    Puis suivre un rayon

    De lumière

    Fragile et incertain

    Sur le courant

    Bleuté de la terre

    Sans perdre la cadence

    Maria Zaki (Inédit, 2017).

    Quand les montagnes

    Quand les montagnes

    Deviennent fluides

    Nage

    Dans leurs vagues

    Jusqu’à moi


    Respire très fort

    Avec l’envie

    De suivre le mouvement

    Sur le versant invisible

    De l’existence


    Celui où l’imaginaire

    Se plaît

    Mais que le réel

    N’effraie pas


    Reprends-toi

    Avant que les vagues

    Ne se refigent

    En montagnes


    Mesure ton émoi

    Incarné par les signes

    Et demeure-moi

    D’une aimance commune

    Maria Zaki (Extrait du recueil “Le chant de l’aimance” à paraître en 2018).