Archive pour février 1989

LE PARISIEN LIBERE, 21 février 1989

  A L’AFFICHE

MARIA CASARES PREND ENCORE DES RISQUES

     D’Euripide à Michel Diaz, un auteur tout neuf, professeur de lettres à Tours; c’est toujours avec cette dévorante passion du théâtre qu’on découvre Maria Casarès sur la scène du Tourtour dans “Le Dépôt des locomotives”, entourée notamment de François Perrot, dans une mise en scène de Georges Vitaly. Une Maria Casarès toujours très émouvante et qui sert ce texte avec perfection… [...] Nous découvrons ici une langue particulière, tout autant dramatique que poétique (ce n’est plus si courant!), ce qu’en parlant littérature on nomme une “langue d’auteur”… 

     Agnès Dalbard

LE FIGARO, 21 février 1989

     Maria Casarès

l’ensorceleuse

Elle a le charme des monstres quand ils sont sacrés.

Dans “Le Dépôt des locomotives”, une pièce du jeune poète Michel Diaz,

elle est une fois de plus… la locomotive.

     [...]

     “Le théâtre, c’est un creuset de sorcellerie, on y déverse ses démons. Il n’y a pas d’un côté le diseur et de l’autre le voyeur. Pour qu’il y ait théâtre au sens où je l’entends, il faut qu’il y ait risque. Mais si les spectateurs sont avec vous, ils peuvent vous donner du génie.”

     Maria Casarès tient de la fée et de la sorcière. Elle a conservé intact son pouvoir d’envoûtement. Intactes sa foi, sa force, sa générosité, son rire, sa vitalité, sa vertu de ne jamais être là où on l’attend, monstre sacré, étouffé par les honneurs, mais éternelle comédienne en quête de passion.

     Elle crée vendredi au Théâtre Mouffetard Le Dépôt des locomotives de Michel Diaz avec François Perrot, sous la direction de Georges Vitaly.

     “La pièce annonce un jeune poète de théâtre. C’est un très beau texte sensible et fort à la fois, traversé d’images fulgurantes. J’ai été touchée par son univers onirique et picaresque, sa langue littéraire, recherchée, et dans le même temps, écrite comme en se jouant, à la diable, dérapant vers des expressions populaires.  Une langue qu’on a plaisir à se mettre en bouche et totalement théâtrale dans sa facture.”

     Michel diaz, poète (Le Miroir de sable) est en poste à Tours où il est professeur. Pour la première fois, il est joué à Paris. Le Dépôt des locomotives, c’est l’histoire d’un couple qui achève ses jours dans une maison de retraite. Il décide de quitter cet endroit qui les étouffe. Et c’est le départ vers la mer, la traversée du désert, l’arrivée sur la terre promise. “Mais s’enfuit-il? interroge Maria Casarès. N’est-ce pas dans l’imagination du couple qu’a véritablement lieu cette cavale? Finalement la pièce tente de répondre à une question clé: quelle route peut-on prendre pour aller à la mort sans abandonner l’idée de vivre jusqu’au bout?… C’est, après tout, une question essentielle.”

     [...]

     Marion Thébaud

     

LE QUOTIDIEN DE PARIS, 20 février 1989

     THEATRE MOUFFETARD

LE DEPOT DES LOCOMOTIVES

DE MICHEL DIAZ

CASARES DEFEND UN JEUNE AUTEUR

     C’est au Rond-Point qu’on la retrouve. C’est là qu’elle répète. Chez les Renaud-Barrault. Sa grande famille de théâtre. [...]

     “C’est si délicat, une écriture nouvelle”, Maria Casarès se confie à Armelle Héliot pour le Quotidien de Paris… Toute énergie bandée, impétueuse, toujours éclatante d’intelligence, de jeunesse, de joie mystérieuse, Maria Casarès, belle infiniment et simple, majestueusement. Souveraine à la recherche d’un paquet de cigarettes. Il faut bien que l’angoisse parte en fumée! Elle rit et c’est plus de quarante ans de la grande histoire du théâtre et du cinéma qui est là, offerte. Oh! ne comptez pas sur elle pour effacer de son parcours les premières stations. “Deirdre des douleurs”, c’était 1942-1943, et son premier spectacle avec Georges Vitaly, c’était en 1946: Les Epiphanies de Pichette, poète que certains cuistres faiseurs de dictionnaires oublient, mais qui est bien là, dans les plis d’une langue magnifique.

     C’est Vitaly que Maria Casarès retrouve aujourd’hui donc, pour encore une fois créer un auteur, un jeune auteur, un écrivain tout neuf.

     “C’est Georges, en effet, explique-t-elle, qui a reçu cette pièce et, l’ayant lue, m’a appelée. Il y a déjà un certain temps. Mais j’avais d’autres engagements… Pourtant, je tenais particulièrement à jouer ce texte que je trouve d’une vitalité extraordinaire, insensée! Il y a une virtuosité d’écriture tout à fait fascinante, quelque chose qui ne peut que mettre en appétit un acteur!”

     Michel Diaz, l’auteur, est professeur de lettres à Tours. Une de ses pièces a été diffusée par France-Culture en 1985: L’Insurrection. Sujet: l’Algérie. Il a écrit des recueils de poèmes (Le Miroir de sable) et d’autres pièces que ce Dépôt des locomotives que Vitaly crée aujourd’hui. Le metteur en scène signale d’ailleurs à l’attention d’autres textes: Tangos et Trois impromptus pour clarinette seule.

     “Ce qui me plaît, dit Maria Casarès, c’est de plonger dans un univers de notre temps, cela procure  un sentiment de virginité… Mais créer la pièce d’un auteur nouveau, cela fait trembler aussi… On prend un risque, on fait courir un risque à l’écrivain…”

     Deux personnages, Michael, que joue François Perrot, et Nina. Fin de vie dans une maison de retraite tenue par des soeurs. “Ils ne peuvent plus supporter d’être là et souhaitent aller au bout d’un chemin: ils réinventent leur vie… Ils traversent cauchemars, rêves, paysages… Une histoire de couple. Un homme, une femme. Avec tout ce que cela peut comporter de malentendus parfois… Ils ne se ressemblent pas; lui, ce sont les mots, la création, les images… Elle, ce sont la terre, les relations plus sensuelles aux choses, plus sentimentales aussi…”

     Casarès en parle bien de cette pièce, avec toujours cette gourmandise de ton et cette flamme magnifique dans l’oeil qui brille…

     La pièce, qui s’ouvre sur une scène avec deux autres comédiennes (Valentine Varela et Nadine Servan), s’appuie tout entière sur ce rêve à deux: “J’aime beaucoup ces textes à deux personnages, dit Maria Casarès. J’ai joué déjà ainsi dans Cher menteur avec Pierre Brasseur et dans Le borgne est roi avec Sami Frey… C’est très fatigant, mais très passionnant…”


LE NOUVEL OBSERVATEUR, 16 février 1989


LE DEPOT DES LOCOMOTIVES

de MICHEL DIAZ

LA DERNIERE NUIT

     Un jeune auteur, professeur à Tours, qui, pour ses débuts, a la chance d’être joué par Maria Casarès, cela ne se voit pas tous les jours! C’est ce qui arrive à Michel Diaz pour son “Dépôt des locomotives”, qui affronte les feux de la rampe au théâtre Mouffetard le 21 février. Loin de jouer les divas, la grande Casarès se fait toute petite: “J’ai une peur bleue de le trahir!, dit-elle de sa voix célèbre, c’est pire que Shakespeare! Toutes les pièces posent des questions, mais avec les classiques, on a déjà des césames, de vieilles familiarités, même si les acteurs doivent être toujours neufs, vierges. Ici, il s’agit d’entrer: mais par où, comment? La pièce est un mélange de tragédie et de cocasserie, elle peut se prêter à plusieurs lectures. François Perrot et moi incarnons un couple très âgé qui est dans un hospice. Il va passer sa dernière nuit: comment inventer encore de la vie pour aller jusqu’au bout? C’est une nuit onirique, un voyage à travers des déserts, des océans, mais un périble immobile, un rêve ou cauchemar cocasse. La pièce me fait penser à certaines histoires juives: nous parlons beaucoup de la Bible, nous revivons l’histoire du monde. Peut-être suis-je Eve? Le monde est montré comme un ennemi souvent atroce. Un autre thème est celui des mots, de la culture, de la création. Nina, mon personnage, est la femme terrienne, viscérale, sensuelle. Dans leur affrontement, Nina et Michael se butent et s’entraident, toujours comme si, entre eux, ils poursuivaient un jeu ininterrompu.”

     Comme metteur en scène, Maria Casarès retrouve Georges Vitaly, qui ne l’avait pas dirigée depuis… 1946! “C’était pour Les Epiphanies de Pichette avec Gérard Philipe… Georges possède à la fois la douceur et l’humour. Il a aussi une peur, celle de gêner l’imagination des acteurs dans leur cheminement. Il faut un directeur, un chef d’orchestre, mais on propose et on prend des deux côtés. Les comédiens, je les aime tout nus, en train de travailler: quand ils n’ont pas encore sur le visage le masque de leur personnage. Voilà ce qui me porte le plus loin.”

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                Bruno Villien