Archive pour la catégorie ‘Nouvelles’

FÊLURE (2016)

Partage des eaux -Nouvelles

PARTAGE DES EAUX

Editions N & B (2015)

Le Petit train des gueules cassées -Nouvelles

LE PETIT TRAIN DES GUEULES CASSEES

Editions de L’Ours Blanc (2016)

Le Gardien du silence – Nouvelles

LE GARDIEN DU SILENCE

Editions L’Amourier (2014)

LA VOIX DU BASILIC ; N°41

A DEUX DOIGTS DU PARADIS

Blog non à jour

A DEUX DOIGTS DU PARADIS

Editions L’Amourier, février 2012.

4ème de couverture:

[texte à recopier]


Blog non à jour

voir

www.michel-diaz.com


Le titre initial du recueil, Passages, a été changé.

Le préambule au recueil explicitait le titre du recueil, bâti à partir de la thématique du “passage”:

Si les caprices impénétrables du Hasard -ou l’aiguillon de la curiosité- vous ont conduit(e) jusqu’à ce livre, vous vous demanderez (peut-être), à propos de son titre: mais qu’est-ce donc, ici, que ce(s)… passage(s)?…

Hé bien oui, qu’est-ce? je vous dirai, en vous questionnant à mon tour: un de ces ponts de cordes, plus ou moins incertains, suspendus au-dessus du vide, qui nous invitent à nous risquer sur d’autres rives de nous-mêmes? Un de ces gués sournois qui se présentent sous nos pas pour nous ouvrir à d’autres espérances? Un de ces moments de nos vies où, brusquement, une fracture se produit, dans laquelle nous basculons, comme une palissade cède, contre laquelle nous nous adossions?… Mais dans ce cas aussi, nous voilà quelque part ailleurs de la route que nous suivions (et souvent sans possible retour)… Alors qui et où maintenant?… On croyait juste faire… rien que… ou aller de l’avant, juste ça… afin de mieux agir dans la suite des choses… et voilà qu’en un rien de temps… Comment cela s’est-il produit?… Mais on n’a rien fait pour cela, n’est-ce pas?… En vérité, si peu… ou en pensant… Ce serait aussi ça le… passage?… Une fraction de temps qui, soudain, grinçant sur ses gonds, s’entrebâille comme une porte (rien n’interdit, dans ma comparaison, de placer une porte au milieu de la palissade), nous introduit à la “révélation”?… Peut-être cette porte que la femme de Barbe bleue, rongée par la curiosité, ne peut se retenir d’ouvrir: “elle prit donc la petite clé, et ouvrit en tremblant la porte du cabinet. D’abord, elle ne vit rien, parce que les fenêtres étaient fermées; après quelques moments elle commença à voir que le plancher était tout couvert de sang caillé, et que dans ce sang se miraient les corps de plusieurs femmes mortes et attachées le long des murs (…). Elle pensa mourir de peur, et la clé du cabinet qu’elle venait de retirer de la serrure lui tomba de la main.”

Pour elle aussi, il est déjà trop tard. La bouleversante évidence s’est imposée, avec la soudaineté d’un orage. Pour nous aussi, parfois, un éclair fuse, qui nous éclaire autant qu’il peut brûler nos yeux. Alors les mots, pendant un temps, ne sont plus qu’un fracas de silence…

SEPARATIONS

      

       SEPARATIONS, nouvelles, Editions L’Harmattan (septembre 2009), ISBN: 978-2-296-09048-4,  20 euros

      Introduction au recueil:

      “Nous ne vivons que de séparations.

       Comme autant de mutilations successives. Même salutaires. D’amputations.

       De quelqu’un, de quelque être, ou de quelque chose, qui a fait partie de nous-mêmes, s’est détaché de nous… de quelque chose qui, peut-être bien, n’a jamais été là…

       Et chaque fois, plus rien ne sera jamais comme avant. Il nous faut tout recommencer – ou presque. Réapprendre à durer dans un temps où l’absence et ses cicatrices impulsent dans nos souvenirs leur lancinement de membres fantômes.

       D’ailleurs, quelque chose manque, toujours, à tout ce que nous essayons de vivre, de dire, d’écrire…

       Quelque chose qui nous maintient, perpétuellement, aux limites du désespoir, tandis que tout s’en va, que la vie glisse, indifférente, et s’éloigne de nous.

       Quelque chose qui est de la nuit dans la nuit de la blessure d’être. Une absence dont rien, jamais, ne peut nous consoler. Mais un espace en creux d’où convergent tous les chemins qui s’offrent à notre salut pour nous permettre d’avancer, un peu plus loin, vers ce que nous avons à vivre, à dire, ou à écrire… Un peu plus loin, toujours, vers le plus secret de nous-mêmes…

       Et que nous n’atteignons que quand nous sommes séparés de tout.”

       M. D.

 

       Quatrième de couverture:

      Treize nouvelles, écrites à Tours, et dont la plupart évoquent la ville en arrière-plan, déclinent, chaque fois différente, une situation de séparation, de rupture: couples en déliquescence, amants en mal de mots, mère et fils en souffrance… Explorant ces situations a priori banales, mais qui basculent peu à peu dans l”inattendu, ces textes disent l’amertume du bonheur, les amours blessées, les sanglots sans larmes, la difficulté d’être qui fait tout l’être… “Nous ne vivons que de séparations”, écrit l’auteur dans sa préface, posant sa phrase comme un postulat.

       Séparations autour desquelles cependant nous nous (re)construisons. Car il nous faut continuer à vivre. Malgré tout. Enfin, l’humour diffus qui imprègne cette écriture, noir aussi quelquefois, ou même burlesque, la dédramatisant souvent, y ajoute la justesse d’une émotion qu’elle distille avec pudeur.

  

         Extraits de texte:

         (Au cours d’une randonnée, le narrateur vient de traverser, avec son chien Léo, un village abandonné de Lozère, aux trois-quarts ruiné) 

         ”… Après tout, je pourrais acheter une de ces ruines, je lui ai dit. La retaper sommairement. L’aménager avec une paillasse, une vieille table, une chaise, une planche où poser des livres… Qu’est-ce que tu en penses?… Un village fantôme, où vivent des fantômes qui ne semblent rien avoir de bien terrifiant. Sont peut-être même accueillants. Là, sans doute, est la paix. Et l’oubli sans remords. Mais on s’installerait là. Je ne ferais plus rien. Ce serait mon nouveau métier: ne rien faire. C’est un métier très difficile. Il y a très très peu de gens qui savent l’exercer. Nous irions, toi et moi, tous les deux, tous seuls, marcher sur les chemins. Ce serait comme ça, tous les jours. Un humain me demanderait parfois qui je suis, d’où je viens… Je dirais que je ne sais pas, que j’ai tout oublié le long des chemins, que j’ai perdu la tête, que j’ai perdu mon nom, que j’ai perdu mon ombre. Je rirais à la barbe du questionneur, et nous retournerions, le soir, à Chanteloube où je mettrais à mijoter une soupe aux orties, à bouillir une ou deux poignées de châtaignes, dans l’âtre que j’aurais rafistolé. Et la nuit, on regarderait les étoiles. Je n’aurais pas de mal à passer du monde des vivants à celui des esprits, de même pour en revenir, et pour y retourner encore, comme ça, tous les jours, parce que toi tu sais t’y prendre. Tu connais les passages pour aller d’un royaume dans l’autre, et c’est toi qui serais mon guide. Il n’y a que les chiens pour savoir des choses pareilles…

          [...]

         … Me retirer à Chanteloube, c’était juste une histoire que j’avais inventée pour Léo. Et pour moi aussi. Parce que, dans la solitude, il vous en passe des choses par la tête! Des choses qui permettent d’alléger un peu la souffrance. De la détourner quelque temps, et de s’en distraire. Il n’en restait pas moins qu’après m’être beaucoup agité, pendant ces quelque trois semaines, m’être engourdi d’activités physiques, j’éprouvais maintenant le désir, très réel, quasi impérieux, de m’abandonner à la somnolence de ne rien faire. Rien écrire, rien lire, mais rien dire non plus – et être presque rien. Oui, travailler à ETRE presque RIEN. Désir ivre, besoin aspirant, entrevu comme salutaire, de m’effacer aux yeux des autres, afin de n’être plus qu’une simple présence au monde, assourdie, transparente, presque évanouie. “Ce serait non pas m’effacer, je pensais, dans le creux de l’absence où le désespoir s’annihile, où toute douleur disparaît, mais plutôt renoncer à l’absurde nécessité de faire quelque chose, sombrer dans le repos de l’âme comme on se confie au vertige du rien, pour être seulement vacant, libérer son esprit et ses yeux, accueillir ces instants où l’on sent battre dans ses veines le coeur subtil du temps, cultiver cet état limite, mince ligne de crête entre ennui et pure joie d’être. Cet état où le simple fait de regarder le ciel, le feuillage d’un arbre, un oiseau marchant sur le toit, nous apporte la preuve que tout nous est donné à tout instant, et que vraiment rien d’autre ne nous est désormais nécessaire…”

                                                                                                                                                                                                                                  Partir sur les chemins, in Séparations

 

 

          Il est possible de lire l’intégralité d’une nouvelle de ce recueil, et d’autres extraits, en tapant DIAZ Michel sur Wikipédia, puis ce nom sur Amazon.

 

          Pour commander cet ouvrage:

         * s’adresser aux Editions L’Harmattan, 5-7 rue de l’Ecole Polytechnique, 75005 Paris

                                                                       ou   diffusion.harmattan@wanadoo.fr

        * ou le commander directement en librairie