De Hyères au Lavandou : petite réflexion sur la racisme

Ce matin, à l’hôtel où je dors, à Hyères, j’ai demandé à un employé quel autobus je peux prendre pour me rendre au Lavandou.
La première réaction du grand escogriffe qui est au bureau ce matin là est la stupéfaction genre :”Comment voulez-vous que je le sache!”
Puis il farfouille sur l’ordinateur tout en poursuivant une conversation avec un mec qui passe en évitant soigneusement de regarder la vieille bonne femme qui lui pose de telles questions.
J’attends quelques minutes et en le regardant mieux, germe dans mon cerveau la certitude des origines maghrébines de ce connard.
Je sens monter en moi la colère et quelque chose comme de la haine.
Alors qu’il parade sans jeter un oeil sur moi, j’explose : “Monsieur, vous êtes non seulement incompétent mais en plus désagréable etc…”
La réponse ne se fait pas attendre. Cette fois il m’a vu :” Pourquoi dites-vous cela ? Dénoncez moi si vous n’êtes pas contente ! Je fais mon boulot. Ce que vous dites est faux etc…”
En le regardant se mettre en colère, j’ai une sorte de “remontée raciste”. J’aurais détesté toute personne qui m’aurait traité ainsi, mais lui je le déteste encore plus. Grand moment de solitude quand l’anti-raciste militante s’aperçoit qu’elle est…raciste comme tout le monde…
Quelques heures plus tard, n’ayant toujours pas trouvé l’autobus, je monte dans le seul taxi visible en ce dimanche pluvieux.
Le chauffeur est du genre bavard. Il commence à m’énumérer les forêts détruites par le feu et dénonce avec force “ces gens là”
Je lui demande s’il vise par ces termes les “immigrés”.
Bien sûr dit-il et il ajoute : “Ces gens là, il faudrait les faire brûler vifs!”
Nous sommes tous racistes : envers les gros, les étrangers, les allemands, les vieux, les jeunes, les juifs, les blancs, les noirs, les arabes… et les coiffeurs.
La seule protection contre ce fléau est de “s’empêcher”, comme disait le père de Camus, de savoir que c’est stupide et criminel et de ne laisser rien passer de nos pensées scandaleuses.
C’est peu mais c’est ce qui fait toute la différence.

Nouvelles des migrants : l’administration dématérialise…..” La bureaucratie infertile” (Ahmed, Soudanais)

MrZ essaye depuis bientôt trois mois de prendre rendez-vous à Sarcelles par internet. Il a tenté de se connecter une centaine de fois : pas de rendez-vous disponibles. Il est venu en France pour assister sa maman, résidente permanente en France, gravement malade.
MrB après 15 ans passés en France a eu un avis favorable de la Commission du Titre de séjour pour être régularisé : Depuis le mois de mars, il attend la décision du Préfet qui a le dernier mot. Aucune nouvelle. Aucun moyen d’avoir des informations (Paris)
Melle A a déménagé de Fontainebleau vers Melun. La S/P de F. affirme avoir envoyé son dossier à Melun depuis plus de deux mois. Melun affirme n’avoir rien reçu.
Mme H a quitté son travail en Algérie pour épouser un Français d’origine algérienne qu’elle a connu dans son village. Mariée, elle a subi un harcèlement psychologique incessant. Courageuse et aidée par des Associations diverses, elle a quitté le domicile conjugal, demandé le divorce et trouvé du travail. Elle souhaiterait que son titre de séjour au titre de conjointe de Français soit transformé en carte mention “salariée” comme le prévoit la loi pour les femmes victimes de violences…. MAIS L’Accord franco-algérien ne prévoit pas ce cas de figure. Elle est bloquée dans son intégration…
On pourrait multiplier ces exemples affligeants de l’indigence, voulue ou pas, de l’Administration en charge des étrangers.
Ces exemples parlent d’eux mêmes. Il s’agit de cas isolés, faciles à résoudre, que la réponse soit Oui ou Non, mais qui traînent pendant des années.
Certes la nouvelle loi sur les réfugiés est une honte pour la France, mais il ne faut pas oublier ces petites hontes quotidiennes qui font d’êtres humains, des mendiants, parfois au bord de la folie.
Dans un remarquable reportage du journal Le Monde (21/22 Mai 2018), l’un des soudanais qui après quatre ans de galère commence à s’en sortir parle de “BUREAUCRATIE INFERTILE“. Admirable constat. Et après…

Des contradictions principales et secondaires et de la lutte finale (JF)


Ce texte m’a été envoyé par mon amie JF, pionnière de FMA et du MLF.
Je ne suis pas entièrement d’accord : la lutte des classes me parait toujours aussi fondamentale, mais c’est une base de discussion.
13 mai
Contradiction principale, contradiction secondaire
C’est au nom de cette théorie, qui subordonnait le “problème des femmes” à celui du prolétariat, que les idéologues marxisants de mai 68 nous écartaient de la légitimité militante.
Or, en examinant la situation présente de notre société capitaliste, j’y vois le schéma suivant :
La compétition mondiale industrielle et technique est de plus en plus exacerbée. Elle relève évidemment d’une logique psychique de combat, autrement dit, d’une logique que l’on peut qualifier de “masculine”, pour ne plus dire, “virile”.
Un “progrès” réel réside dans le fait que cette bataille ne tue pas directement autant que les batailles d’antan. Mais elle cause beaucoup de souffrances psychiques (outre la pauvreté économique, pour de nombreux peuples). C’est pourquoi le terme nouveau de “souffrance au travail” a remplacé, chez nous, celui de “lutte des classes” du temps de ma jeunesse.
D’où le besoin du développement de cet autre versant de la société moderne, le “monde psy”, et l’idée de “care”, attitude d’humanité et de soins, s’opposant tout à fait à l’esprit guerrier de la compétition, et venant réparer ses dégâts.
C’est le rôle habituel dévolu aux femmes.
On voit que l’évolution moderne exacerbe l’opposition entre le “masculin” et le “féminin” (“idéaux-types”, selon le terme de Weber, qui existent en chacun de nous, mais qui, sociologiquement et psychologiquement, continuent à être représentés par l’un ou l’autre sexe).
Il en résulte que c’est là que se trouve la contradiction principale du capitalisme moderne : les attitudes de compétition, versus celles du care. Autrement dit, du masculin et du féminin.
Ha ha !
D’ailleurs, Marx et surtout Engels, qui étaient loin d’être bêtes, avaient écrit, en passant, il est vrai, que le rapport humain fondamental était le rapport entre l’homme et la femme.
Nous y voilà arrivés !

17 mai
La lutte finale,
qui nous faisait vibrer jadis au son de l’Internationale, et était supposée concerner avant tout le prolétariat.
Nous le disions au MLF, l’oppression d’un sexe sur l’autre, étant pluri-millénaire, est l’oppression la plus ancienne, la plus profondément ancrée dans les mœurs, la plus répandue. Elle est (peut-être) la “mère” de toutes les oppressions.

Les médias, les manifs,les black Bloc …et le Plan Borloo

Je n’aime pas que l’on voue aux gémonies les journalistes. Mais parfois ils le méritent.
La couverture de la manif syndicale du 1er mai a été partiale, partielle et mensongère
En regardant en direct les reportages sur toutes les chaînes d’information continue, le téléspectateur ne voyait que les quelques morceaux de mobilier urbain en feu.
Rien sur la manif syndicale, sur les revendications, sur son déroulement etc..
Quid des 14000 (?) personnes qui semblaient accompagner les anars dans leur cortège ? Qui étaient-ils ? D’où sortaient-ils ? Etaient-ils là par hasard ?
Bizarrement le seul interview intéressant a été celui d’un jeune anar invisible qui a expliqué sa colère avec beaucoup de maitrise.
Il en est de même pour Le Plan Borloo pour les banlieues, essentiel, réclamé par tous les maires de banlieue, indispensable.
Sur la Deux, ASL répétait à l’envi : Mais qui va payer ?…. pendant que d’autres journaleux se moquaient de la recherche du vedettariat par Borloo, de son désir de pouvoir, du fait qu’il avait été reçu par Edouard plutôt que par Jupiter!
Cette information vaguement méprisante est une forme d’insulte à l’égard des gens qui vivent dans les quartiers, à l’égard des syndicats. Elle est indigne d’une démocratie.

La vieille dame et le Wax…

La vieille dame rodait dans l’un de ces magasins africains qui fleurissent dans Paris
Elle avait longtemps rêvé de porter ces vêtements colorés, gais, éclatants
La vendeuse la regardait avec un gentil sourire, lui offrant ses services
Mais la vieille dame avait parcouru le chemin vers l’exil qu’est la vieillesse
Elle caressait ces tissus flamboyants et savait que ce n’était plus pour elle
La nostalgie et une sorte d’amertume montraient leur vilaine bouille
Elle sourit à la vendeuse et lui dit :”C’est magnifique mais ce n’est plus pour moi!”
La gentille vendeuse ne la contredit pas

L’éternelle sagesse du TAO – A la recherche de la sagesse

Pendant que mon matérialisme explose dans ce blog et se concentre sur un quotidien plus ou moins tristounet, Guy Dhoquois transcrit sur son blog depuis plusieurs années des poèmes inspirés par le Taoïme chinois, confirmés par le confucianisme et le Bouddhisme, celui-ci confirmé par la tradition japonaise. Cette recherche de sérénité est apaisante. J’en publie un ci-dessous transcrit le 17 Aout 2017 d’après le joli ouvrage ci-contre, écrit par Tchouang-tseu, sage chinois ( 369-286 av JC) (auteurs.harmattan.fr/guy-dhoquois)

Libères-toi de la réussite
Réjouis-toi de la vie quotidienne
Ta vie est fluide anonyme et sans but
La barrière est proscrite entre l’entraînant et l’entraîné
Seras-tu un maître dans l’art de la paix ?
C’est grâce à nos perspectives limitées que nous avons des projets
Pas de journées sans petites surprises
Le tao de tous les jours
Ne sois pas rationnel au delà du raisonnable
Nous dépendons des regards qu’on nous jette
Tout ne va pas si mal que ça
Paris est une fête
Les nuages sont mortels
Les fruits sont périssables
Nous faisons ce que nous voulons dit-on
Entre grands mensonges et petits mariages
N’en veux pas à la terre entière
La vie est pleine d’obstacles

Clin d’oeil (A tous ceux qui se reconnaitront)

(Ce petit poème a été trouvé dans un cabinet de Kinésithérapie et transmis par ma copine JF)

Le coin de ma rue est deux fois plus loin qu’avant
et ils ont ajouté une montée que je n’avais pas remarquée

J’ai dû cesser de courir après le bus
parce qu’il démarre plus vite qu’avant.

Je crois qu’on fait maintenant les marches d’escaliers
bien plus hautes que dans le temps !

L’hiver, le chauffage est beaucoup moins efficace
qu’autrefois.

Et avez-vous remarqué les petits caractères
que les journaux se sont mis à employer ?

Cela ne sert plus à rien de demander aux gens de parler
clairement
tout le monde parle si bas que l’on ne comprend quasiment
rien !!!

On vous fait maintenant des vêtements si étriqués
surtout à la taille et aux hanches, que cela en devient
désagréable !

Les jeunes gens eux-mêmes ont changé,
ils sont bien plus jeunes que quand j’avais leur âge!!!

Et d’un autre côté, les gens de mon âge
sont bien plus vieux que moi !!!

L’autre jour, je suis tombé sur une vieille connaissance
elle avait tellement vieilli qu’elle ne me reconnaissait même plus !

Je réfléchissais à tout cela en faisant ma toilette ce matin
Eh bien ! Ils ne fabriquent plus d’aussi
bons miroirs qu’il y a dix ans !

Petit dialogue conjugal autour de Dieu

Régine : Est-ce que tu peux m’expliquer ce qu’est le Pari pascalien ?
Guy : Pour Pascal, il sert à prouver l’existence de Dieu. Selon lui, le monde est parfait et cette perfection ne peut venir que de Dieu. Face à la misère de l’homme sans Dieu, il est compréhensible que l’on mise sur Dieu. Non seulement, il nous promet le paradis après la mort mais ici et maintenant il élève notre coeur et notre esprit au dessus des contingences humaines.
Régine : Comment as-tu interprété ce pari ?
Guy : A dix huit ans, en réponse à un camarade j’ai réfléchi à mon rapport à Dieu, à partir de Pascal : Dieu dans sa grandeur ne me demande pas de l’adorer. Il me demande juste d’être humain. Si Dieu existe et que je me comporte honorablement, humainement, il n’y a pas de problème.
Régine : A mon tour de parler de mon rapport à Dieu : Dieu n’existe pas. S’il existait, il n’aurait pas permis les génocides, l’esclavage, le crime etc…Dans la vision religieuse, Dieu est bon mais on pourrait dire qu’il ne peut rien contre la méchanceté humaine.
Dieu ne me sert à rien, ne sert à rien. Il a été inventé par les hommes pour relativiser leur responsabilité.
Le concept même de Dieu me gêne. Je ne crois qu’en une chose : Notre responsabilité dans la construction d’un monde plus juste et notre implication simplement humaine dans les crimes contre l’Humanité. S’il se passe des choses positives, c’est uniquement grâce à nos efforts.
Par ailleurs la croyance en Dieu -surtout depuis l’apparition des monothéismes-crée des conflits, des guerres . Les religions au lieu de pacifier fabriquent la guerre.
Mais paradoxalement, ma vision étroitement matérialiste du monde m’ennuie. J’envie un peu les mystiques. Je voudrais connaitre une forme de transcendance. Comment vois-tu la transcendance sans Dieu ?
Guy : Ce qui compte c’est ce que l’on fait concrètement et non des hypothèses métaphysiques. Ce qui compte c’est la transcendance immanente, prise dans le monde des phénomènes. Par exemple, les oeuvres d’art nous incitent à nous dépasser nous mêmes, à sortir de notre monde le plus quotidien. Mais on pourrait aussi évoquer Spinoza pour qui Dieu est tout mais nous sommes une partie du Tout.

Retour sur l’amitié : “Je n’avais rien fait de mal”


(Cet article est un commentaire de l’article signé jf présenté précedemment
Merci Chère JF de m’avoir donné l’occasion d’évoquer ces choses si douloureuses que sont les ruptures d’amitié soudaines, inattendues et qui font mal.
Moi aussi, je continue à me demander chaque fois que cela m’arrive “Je ne comprends pas, je n’avais rien fait de mal”
J’ai souvent tenté de rationaliser mes sentiments dans ces moments à la fois éprouvants et pitoyables. Je ne supportais pas d’être exclue alors que je ne savais pas ce que j’avais fait de mal. Et cette sensation venait de très loin, de la guerre, de cette enfance juive dans une France antisémite, de ce rejet que je sentais parfois sans pouvoir me l’expliquer.
Et si finalement, ces divorces étaient dus à l’impossibilité pour les êtres humains de supporter les différences, de les gérer, puis de dialoguer.
Et si ces brusques disparitions amicales n’avaient rien à voir avec quelques chose de mal que l’on aurait fait mais plutôt avec quelque chose de bien qui susciterait l’envie.
Il y a sans doute bien d’autres explications à ces désagrégations. Mais les explications ne suffisent parfois pas à guérir la souffrance, de ne plus être aimée.
Et c’est à JF de conclure ce début de réflexion sur ce sujet difficile : “J‘avais un projet avec elles…Puis il y a eu ce “divorce avec celles que j’avais pensé être venues pour m’aider. D’où cet arrêt soudain, où je devais me mettre à repenser la suite et la fin du projet. D’où la question angoissante revenue, chaque matin du sens de la vie.
Heureusement, j’ai entrevu ce matin la nouvelle étape. Me voici rassurée : je sais quoi faire de ma vie.
Mais comment font ceux qui n’ont pas de projet en eux mêmes qui les guide ?
Je crois savoir que certains savent apprécier la vie en toute simplicité.
Il semblerait que ce ne soit qu’exceptionnellement mon cas.
JF

Sur les amitiés déçues : textes d’une amie (JF)

Ne pas être aimée :

Quand cela m’arrivait, enfant, c’était fort désagréable. C’était tellement important d’être acceptée par les petits camarades pour jouer avec eux!
Plus tard, il m’arrivait d’être étonnée que cela soit. Je n’avais rien fait de mal !
Je ne parlerai pas de mes amours déçues, il y en a eu trop, c’est un autre chapitre. Je m’en tiens ici à l’amitié, qu’il m’a toujours semblé savoir mieux manier que l’amour, où la passion et le manque de confiance en moi menaient leur shabbat de sorcières.
J’ai vécu, j’ai “travaillé” sur moi, j’ai choisi cette valeur : tenter de s’améliorer
Et il me semble que c’est ce cheminement même qui conduit aujourd’hui certaines de mes amies à vouloir mettre de la distance avec moi.
Dieu merci., je me suis suffisamment réconciliée avec moi-même pour prendre la chose avec philosophie, distance, voire ironie.

J’ai affaire, avec une certaine douleur et une déception certaine, à l’éloignement à mon égard, de personnes que j’estime, avec qui je croyais être amie.
Je crois comprendre la situation, et les raisons qui les poussent à cet éloignement. Car j’ai beaucoup travaillé à tenter de scruter les embrouillaminis des fragilités qui se heurtent, lors d’une relation humaine.
C’est un des fardeaux à porter lors de notre vie ici-bas, avec notre impuissance, bien plus grande encore à agir sur la société, voire, l’humanité où nous baignons.