Archive pour janvier 2013

Psychanalyse

amour propre et mauvaise honte, deux états d'âme à fuir

Présentation de l’auteure

Je suis née en 1940. J’ai grandi à Toulouse puis à Paris. J’ai fait des études de droit et passé le concours de l’Inspection du Travail. J’ai exercé ce métier à Paris pendant quatre ans.

J’ai ensuite soutenu une thése sur l’Inspection du Travail. Puis je suis rentrée à l’Université Paris Diderot comme Maitresse de conférences dans les années 70. J’y ai enseigné le Droit notamment le Droit du travail et le droit de la propriété littéraire et artistique. J’ai enseigné également au sein des Etudes féministes.

Je milite depuis l’âge de 18 ans : PSA, PSU, PC, MLF, Revue “Actes, Les cahiers d’Action juridique”, Revue “Confluences-Méditerranée” et depuis ma retraite je suis bénévole dans une permanence migrants de la CIMADE.

Je suis depuis 52 ans la femme de Guy Dhoquois, Historien. Nous avons écrit ensemble :”Le militant contradictoire” (Paris, l’Harmattan, 2004). Vous trouverez notre site en cliquant sur “contradictions militantes” sur Google (Voir les liens)

Je souhaite publier dans ce Blog des Coups de gueule, des Nouvelles qui s’efforcent à l’humour sur les incidents drolatiques et énervants qui émaillent la vie quotidienne, des Articles plus sérieux sur ce qui me passionne depuis toujours, le fossé entre le Droit et son application en m’appuyant sur des exemples concrets.

J’y parlerai de cette expérience sinistre et passionnante du vieillissement.La réflexion sur la fin de vie choisie en fait partie

A bientôt

Je me présente

Regine Dhoquois-Cohen

La crise de parano

a                                             La  crise de parano.

Mon gros chat a encore fait caca sur le beau tapis marocain. C’est sa manière de se venger quand il estime que sa caisse est dégoutante.

Il faut que je descende lui acheter de la litière.

Au lieu d’y aller lentement en regardant les arbres de la Place de la nation devenir roux, je cours. Le supermarché fait partie des choses vulgaires qu’il faut faire en se pressant. Pourquoi ? Je n’en sais rien. Dans les profondeurs de mon subconscient je dois penser que ce n’est pas une occupation digne d’une féministe un peu intello.

J’entre, je prends la litière et je me coule dans l’une des queues qui caractérisent cette vénérable institution contemporaine.

Je sens mon corps douloureux, cette fichue arthrose que les médecins traitent avec mépris : « ça madame, c’est l’âge. Vous avez essayé la gymnastique ? ».

Derrière moi, une fausse blonde, la cinquantaine déprimée parle dans sa barbe et observe ses co-queuteurs avec mépris.

Bon sang, j’ai oublié les bonbons qui sont censés empêcher mon-mari de fumer.

Je demande à la Blonde si elle veut bien me conserver ma place pendant un court instant. Elle fait la gueule et murmure un truc qui est peut-être « oui, bien sûr » ou « vas y vieille bique ».

Je me faufile entre les clients, me penche sur les têtes de gondoles. Pas un Tic Tac à l’horizon. Les gens commencent à me regarder d’un sale œil, comme si j’avais trouvé une nouvelle tactique pour leur piquer leur place                                            Je passe près d’un monsieur d’origine maghrébine, me prend les pieds dans l’un de ces fichus caddies à roulettes, manque bousculer le monsieur en question et m’excuse en souriant.

Je rejoins ma place dans la queue. La Blonde et moi grimaçons de concert.

Perdue dans des pensées profondes du  genre : « pourquoi, ne trouve-t-on plus de Tic tac nulle part ? », je perçois des cris tout près de moi. Dans la queue d’à côté, le monsieur sur qui j’ai failli tomber brandit l’une des cinq bières qu’il tient dans ses bras et m’invective en termes gracieux : « Vieille salope, sale pute ! Refais moi çà et je t’en colle une… etc ».

Autour de moi, la tension monte. Je souris bêtement et tente de lui transmettre un message subliminal : « Je ne suis pas raciste. Je n’ai rien fait. Je vous trouve plutôt beau mais là, vous êtes bourré. Je bosse à la CIMADE pour les sans papiers… »

La tension est à son maximum. La plupart des gens regardent leurs pieds ou se perdent dans la contemplation de la date de péremption de leurs yaourts.

C’est alors que la Blonde décide d’assurer ma défense. « Monsieur, quoiqu’ai fait cette dame, on doit traiter les vieilles personnes avec respect. »

L’homme enfermé dans sa colère lui hurle : « Pute, salope, vas te faire baiser, enculer…etc »

Mon avocate reprend : « Dis moi mon pote, dans ce pays, la France, on respecte les vieux. C’est comme çà et si ça te plait pas, t’as qu’à rentrer dans ton pays. »

J’ai vieilli de vingt ans en quelques secondes. Ça me fait 92 ans. J’aurais du me faire teindre les cheveux en bleu ou en roux. Et en plus mon seul soutien est raciste.

Je remercie la Blonde, lui dit que l’homme est saoul ou fou et qu’il vaut mieux cesser de lui répondre.

Elle me toise du haut de ses cinquante ans et m’assène : « Si vous prenez parti pour les étrangers qui vous insultent, alors débrouillez-vous et s’il vous attend à la sortie, ne comptez pas sur moi. » C’est le moment que choisit un homme respectable dans la queue pour se tourner vers moi et m’intimer l’ordre de me taire « parce qu’avec ces gens là, il vaut mieux ne pas répondre.

Je paye ma litière à une hôtesse de caisse glaciale à qui je souhaite intérieurement de faire partie du prochain plan social et je sors.

Et là sous le crachin, elle me tombe dessus, la parano. Les larmes me montent aux yeux. J’évoque cette scène de mauvaise comédie et je me demande pourquoi cet homme m’a insultée, qu’est ce que je lui ai fait, pourquoi personne n’a pris ma défense gentiment. Et la colère s’insinue. Et s’ils avaient vu que j’étais juive. Et si tous ces gens immobiles et lâches s’étaient trouvé soixante ans plus tôt face à une rafle de juifs  et pourquoi veut-on m’exclure de cette société parce que j’ai des cheveux blancs…

Les cheveux en question sont trempés et c’est dans un état second que je raconte cette histoire à mon-mari qui rigole, le salaud.

Son rire me fait redescendre sur terre. J’ai évité la grosse crise de parano. Mais elle est là tapie, elle attend ce que j’appelle le fil ténu entre nos comportements quotidiens et les crimes les plus funestes, pour jaillir et me plonger dans l’angoisse et le sentiment d’exclusion.

Ce fil ténu m’obsède. Il parait que c’est l’une des manifestations de la paranoia.

Bref je suis parano mais j’ai des raisons

Ce fil ténu entre l’incompétence du guichetier et celle de certains grands soi-disant serviteurs de l’Etat, ce fil ténu entre la passivité de certaines foules et l’impossibilité de construire une société plus juste, celui qui va de la méchanceté mesquine des amis qui nous trahissent aux grands échecs historiques.

C’est de cela dont je vais vous parler dans ce blog.

J’enrage

A Jean-Louis Fournier pour ses « agacements »

Comme des millions de gens, je fulmine quotidiennement contre la bêtise humaine, celle des autres bien entendu. J’ai 72 ans. J’ai commencé à m’indigner peu après ma naissance en 1940 parce qu’un fou dangereux avait décidé qu’il fallait tuer plein de gens dont les juifs. Si je compte bien, cela fait 26280 jours que je me fous en rogne contre une condition humaine qui ne progresse guère.

Je sais que mes révoltes de simple citoyenne inconnue du « grand public » n’intéressent pas grand-monde. Bêtement, j’en conviens, il m’arrive de penser que les remarques parfois judicieuses de simples quidams sur le fonctionnement de tel ou tel Service après vente ou Service public pourraient peut-être servir à les améliorer, plutôt que de valoir aux quidams en question des remarques courroucées de la part des responsables concernés.

Etre vieux, avoir comme seul horizon la dépendance ou la mort, cela risque d’aigrir le caractère le mieux trempé ou le plus dopé aux antidépresseurs. Je déteste l’idée d’être amère et j’ai décidé de continuer à enrager contre tout ce qui me paraît aller mal dans nos sociétés et qui pourrait changer pour peu que l’on s’en préoccupe, ce qui implique la prise en considération de l’avis des usagers et l’écoute.

J’ai été militante de base depuis l’âge de 19 ans au PSA, au PSU, au PC, à la CGT, à la CFDT, aux « Jeunes inspecteurs du travail en colère » en 1968, au MLF et dans d’innombrables autant que malheureusement inutiles « Associations pour la paix au moyen Orient ». Bon petit soldat, j’allais dans les manifs, les réunions interminables, les congrès, les séminaires, les colloques écouter des tribuns qui de manière générale ne semblaient pas intéressés par ce que les militants de base avaient à dire.

J’ai le vertige en pensant à ces milliers d’heures ennuyeuses passées à écouter les chefs et les magouilleurs de tous bords. Certes l’Algérie est devenue indépendante et quelques hommes font la vaisselle mais cela valait-il le coup de perdre tant de temps ?

En y réfléchissant bien, je n’ai pas complètement perdu mon temps : j’ai observé les ancêtres des Copé/Fillon , Aubry/Royal se disputer des postes, des lambeaux de pouvoir. J’en ai tiré quelques nouvelles plus ou moins drôles. Il n’y a rien de mieux que de se taire pour écouter ceux qui ne vous écoutent pas.

Que mon lecteur éventuel ne se méprenne pas. Tout n’était pas négatif dans les actions menées et le XX° siècle a vu autant d’horreurs que de progrès sur tous les fronts. Je dois reconnaître aussi que j’ai aimé la chaleur de certaines manifs, adoré les débuts du MLF, rencontré des gens loyaux et honnêtes. Bref, comme disait ma mère, ça m’a occupé.

Certes, les résultats ne sont pas à la hauteur de mes rêves. Mais qui à part Dieu auquel je ne crois pas, pourrait agir contre les aspects narcissiques, mesquins et parfois criminels de notre condition humaine ? Ceux qui pourront résoudre cette question gagneront un paradis avec plein de chocolats.

Il fallait sans doute que je quitte ces groupes étouffants pour savoir qui j’étais réellement et rester fidèle à ma sentence prononcée à Alger en 1965, alors que les Pieds rouges dont j’étais fêtaient en meute ce qu’ils pensaient être leur contribution à la révolution socialiste algérienne : « Le groupe c’est la mort. »

Je le pense toujours mais je sais aussi qu’il est difficile d’agir seul.

C’est l’un des rares privilèges de la vieillesse que de très bien vivre en dehors des groupes ou à côté d’eux, sans avoir à supporter les batailles d’Egos, parce que l’on a enfin compris que l’on ne pouvait pas rivaliser avec les amoureux des pouvoirs aussi médiocres soient-ils.

Maintenant que j’ai souscrit mon contrat Obsèques, adhéré à Dignitas en Suisse pour essayer de ne pas mourir dans la déchéance dans la France des droits de l’Homme, il me reste à lancer une bouteille dans l’océan du Web sur les raisons de mes impatiences et les possibles réformes pratiques sur les thèmes que je connais un peu.

Ah oui, j’allais oublier. Vous connaissez la fameuse histoire du parano qui regarde une mêlée de rugby et dit à son copain : « Regardes, ils parlent de moi. ». Et bien je dois reconnaître que je suis un peu parano comme en témoigne la nouvelle qui suit.

C’est à cause de ma parano que je me mets dans des états d’énervement déplorables, exaspérants pour mes proches, mais c’est peut-être grâce à elle que malgré mon grand âge je continue à enrager.