Archive pour mai 2013

Ma transcendance

Accueil des migrants dans les préfectures: Nanterre et Bobigny

Bobigny le 17 mai 2013. J’accompagne en qualité de bénévole à la CIMADE , Mr K., algérien, titulaire d’un récépissé de trois mois à renouveler. Il est marié à une française et est en situation régulière. Conformément à l’Accord franco-algérien il a droit à une carte de résident. Ses récépissés renouvelables tous les trois mois ne lui donnent pas la possibilité de trouver un emploi. Il commence la queue à 7h45. Je le rejoins à 9h15. Son ticket porte la mention :”295 personnes devant vous.”
Nous allons attendre 6 heures dans cette salle . Tous les gens présents sont en situation régulière et viennent simplement renouveler un récépissé.
A 15h, soit une heure avant la fermeture, nous parvenons au guichet. L’employée lui annonce qu’il va avoir sa carte de dix ans d’ici trois semaines. Sur tous les murs de cette salle étouffante sont placardées des affichettes ainsi libellées :
“NOUVEAU : Votre carte est prête. On vous avertit par SMS.”. A notre connaissance, personne n’a jamais reçu un SMS.

Nanterre le 3 mai 2013 : J’accompagne Mr N, congolais pour déposer un dossier de régularisation sur la base de ses dix ans de présence. Son dossier est bon. Il garde les séquelles très graves d’une polyo contractée au Congo. Cela ne l’empêche pas de faire partie des entraineurs de handisport en basket dans sa commune.
Trois heures d’attente. Puis réception par une jeune femme très énervée qui lui dit que puisqu’il n’a pas de fiches de
paye pour les 24 derniers mois, son dossier ne peut pas être pris. Or le texte sur les dix ans de présence ne prévoit en aucun cas cela. Je lui fais remarquer que sur le plan juridique son argumentation est fausse. “Ce sont nos ordres dit-elle, vous pouvez revenir à 14h mais je serai au guichet et je refuserai le dossier.”
Encore deux ou trois heures d’attente. Mr N est de plus en plus nerveux. Enfin, vers 15h, nous retrouvons cette personne au guichet. Elle demande des papiers. Mr N est obligé de s’asseoir par terre pour chercher ses papiers. C’est à pleurer. Puis elle recommence son discours. je lui dis que dans ce cas là, je vais faire un recours pour refus de guichet. Elle donne alors un rendez-vous pour le 18 juillet. il est 16h. Nous sommes là depuis 9h du matin.

A défaut du choc de simplification, un choc d’humanité et pourquoi pas un choc de nouvelles technologies pour simplifier tout cela. Tout le monde aurait à y gagner y compris le personnel submergé.

Mr Hollande, n’oubliez pas votre promesse de “belle mort”

Monsieur le Président, je vous fais cette lettre que vous lirez peut-être …

Monsieur le Président, je sais qu’un sujet comme le droit de mourir dans la dignité risque de mobiliser des milliers de gens dans les rues de nos villes. Je sais que votre gouvernement soumis a des critiques parfois injustes n’a peut être pas le courage de susciter encore la hire des empêcheurs de vivre et de mourir librement.

Faire la loi afin qu’elle n’empêche ni la liberté individuelle ni le vivre ensemble n’est pas facile.

Votre 21ie engagement était ainsi rédigé :” Je proposerai que toute personne majeure en phase avancée ou terminale d’une maladie incurable, provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable, et qui ne peut être apaisée, puisse demander, dans des conditions précises et strictes, à bénéficier d’une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité.” Le rapport Sicard laissait esperer a ceux qui se battent depuis des dizaines d’années pour le droit de mourir dans la dignité que vous alliez enfin prendre en considération l’un de leur souhait les plus chers : ne plus avoir peur de la dépendance, des humiliations qu’elle implique, mourir quand on l’a decidé, entouré des gens qui vous aiment, sans craindre pour eux des poursuites pénales, sans leur avoir imposé pendant des années le poids d’une interminable agonie.

C’est un choix individuel qui n’entraine aucun prosélytisme. Chacun est libre de choisir sa mort. Certes on a le droit de se suicider. Mais partir sans violence est une demande raisonnable.

Le mot ” euthanasie” , même s’il signifie “belle mort” déchaine des réactions horrifiées . Alors, bannissons le. Disons simplement que les personnes atteintes d’une maladie incurable et qui ont demandé a mourir et réitèré leur demande de ne pas souffrir inutilement doivent pouvoir se procurer la pillule qui leur permettra de s’endormir doucement. De même certains vieillards après 80ans qui voient arriver des jours et des jours de souffrance dont la seule issue est la mort (car quoi de plus incurable que la vieillesse dépendante?) seraient rassurés de savoir que le jour venu ils pourront mettre un terme digne a leur vie.

Les médecins n’ont pas a être prescripteurs en la matière. Ils ont montre leur incapacité collective a le faire et on peut comprendre leurs réticences. L’application affligeante de la loi Leonetti en est la démonstration ( voir le livre de Philippe Bataille : A la vie, à la mort, Ed Autrement, Paris, 2012)

Si j’ai écrit des directives claires, réitérées, disant mon refus de terminer ma vie dans des conditions que J’ESTIME humiliantes et sans intérêt , personne ne doit pouvoir décider a ma place .

Votre 21ieme proposition a été un espoir de changement pour des milliers de gens. En plus, elle ne coûte rien.Alors Monsieur le President, ne faites pas payer a ceux qui attendent une réforme très vite, les conséquences des agitations d’une droite sans objectifs alliée a une extrême droite qui a fait une démonstration de force lors des manifestations contre le mariage pour tous.

Gouverner c’est choisir. Jusque là, vous avez respecté les engagements qui dépendent de vous. Vous aviez évoqué un débat en Juin. D’après les sondages une majorité de Français attend cette réforme. Il ne reste plus qu’à la faire.

Monsieur le President, nous sommes nombreux a souhaiter vivre nos dernières années paisiblement en sachant que nous ne serons pas un poids pour nos proches et que athées, agnostiques ou croyants nous aurons une fin digne et sans souffrances inutiles.