Archive pour décembre 2013

En attendant le Messie, signez la pétition pour la légalisation du suicide assisté.

Pétition initiée par Sandrine Rousseau, Porte-parole d’EELV, Conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais
Si vous n’êtes pas fan des pétitions, allez sur Google et comptez le nombre de pétitions CONTRE une modification des textes sur l’euthanasie.

Site : Mesopinions.com

Préfecture de Paris : Echos de guichets

Dialogue entendu entre la personne de l’accueil au Bureau Afrique/Maghreb (X) et une jeune femme étrangère (Z) le lundi 23 Décembre à 11h30 :
Z : Ma carte expire dans quatre mois et je dois la faire renouveler maintenant m’a-t-on dit
X : Oui, en effet. Après il sera trop tard
Z : Mais j’ai essayé de téléphoner pendant des jours, à toutes les heures. Personne ne répond!
X : Oui, il semble que ce soit très dur de nous avoir. Vous avez essayé Internet ?
Z : Bien sûr. J’ai tenté de prendre rendez-vous pendant des jours et des jours. J’ai même essayé la nuit.Il n’y a jamais de rendez-vous disponibles.
X : C’est ce que l’on m’a dit. Le téléphone , c’est mieux.
Z : Mais je viens de vous dire que personne ne décroche !
X : Il faut réessayer. En tous les cas, moi je ne peux pas vous donner de rendez-vous. Il y a une nouvelle organisation qui devrait simplifier les procédures de renouvellement.
Z : Mais puisque je vous dis que depuis un mois j’essaye d’avoir un rendez-vous sans y parvenir!
X : Mais ne vous énervez pas ! Essayez entre 12 h et 15h…Elle crie : “Y-a-t-il une personne avec une convocation ?
Z : Vous pensez qu’entre midi et deux heures ? …Mais j’ai essayé aussi
X : S’il vous plait madame, veuillez dégager le guichet. Joyeux Noêl.

Les obsessions monotones d’Alain Finkielkraut

Papouasie-Nouvelle-Guinée. Carte de voeux de la CIMADE (Ingetje Tadros)


Depuis des années, j’écoute Alain Finkielkrault le samedi matin sur France Culture.
Il y a eu souvent des entretiens intéressants dans cette émission.
Mais depuis quelque temps, j'ai l'impression d'entendre soit une yiddishemama se plaindre pendant une heure à coup de Oich, Oich….soit un amoureux transi, qui quelque soit le sujet, réussit toujours à ramener la conversation sur sa grande histoire d'amour. L'obsession de notre brillant normalien pourrait se résumer à une phrase : la Grande Culture, comble de la civilisation est menacée par des hordes non seulement barbares mais fières d'appartenir à des communautés de barbares.

J’enrage d'entendre ce même pas "Français au carré" ("merveilleuse" nouvelle expression inventée par sa complice Michèle Tribalat pour désigner les français de souche, soit ceux qui ont deux parents nés en France) vanter les vertus de l'intégration à la française, de la GRANDE culture française, etc…
Je me demande d'ailleurs si avec un père né dans l'Algérie française, je suis "Française au carré" ou non ?
Cher Alain F., si vous rejetez à ce point les cultures des immigrés, que venez-vous faire au Centre Communautaire Juif ou à J-Call où vous vous préoccupez à juste titre de la politique israélienne et des excès de la colonisation ?
C'est en tant que juif attaché à Israël que vous le faites. C'est votre droit mais ne tombez-vous pas ainsi dans une forme de communautarisme que vous reprochez à d'autres ?
La communauté ou plus simplement le groupe familial sont souvent indispensables aux nouveaux arrivants dont aucun ne quitte son pays par plaisir. Certes, certains de ces groupes identitaires peuvent se révéler mortifères (l'Islamisme radical notamment) et doivent soit disparaître, soit s'atténuer à long terme. Mais laissez le temps à ces nouveaux exilés ou à ces français de fraiche date d'apprendre, notamment grâce à l'école, la culture de leur nouvelle patrie sans pour autant renier la leur.
Je fais partie des juifs athées, non sionistes, nés au début de la guerre et qui garderont jusqu'à leur dernier souffle le souvenir des peurs et des humiliations. Elles sont une part de mon identité. Mais Je fais aussi partie de ceux qui, sur le tard, ont tenté de sortir de l'identité victimaire pour retrouver des éléments d'une riche culture juive. Allez-vous nous le reprocher ?
Pourquoi ne pas laisser aux immigrés plus récents, venus de pays qui ont subi la colonisation de plein fouet, cette possibilité d'avoir une double culture ?
Les êtres humains peuvent être étroits et mesquins comme ils peuvent être ouverts et généreux. On peut aimer Rembrandt et le Street art, Mozart et la musique électronique, Miles Davis et les griots…
Il faut laisser du temps au temps. Quand on doit s'occuper de sa survie et de celle de ses enfants, quand on doit affronter la bêtise bureaucratique pour renouveler son titre de séjour, il arrive que l'on ne s'intéresse pas à Molière…

Planifier l’avenir : Une necessité

En 1946 était créé un Commissariat général au Plan dont la tâche était de réfléchir sur l’avenir de la société, de l’économie et de faire des propositions. Le Général de Gaulle l’avait rattaché à la Présidence. Jean Monnet en a été le premier président.
En 2006, Dominique de Villepin décidait de le dissoudre et de le remplacer par un Centre d’analyse stratégique, l’un de ces “machins” dont on ne sait trop à quoi il sert.
Louis Gallois dans son rapport sur la compétitivité de l’industrie française proposait de le recréer.
Le navire gouvernemental semble pris dans les turbulences de l’instant. Les citoyens que nous sommes aimeraient avoir une vision de l’avenir au delà du mois prochain.
Quelques questions :
Que fait la Banque d’investissement chargée d’aider les PME ?
Ou en est-on de la baisse des dépenses publiques et où en sera-t-on dans cinq ou dix ans ?
Quelles sont les Directives européennes à mettre en oeuvre, celles à venir, celles que la France accepte, celles que la France conteste ?
Quels sont les projets des entreprises françaises en matière d’échanges commerciaux, en matière de nouvelles technologies ? Combien de créations d’entreprise face aux disparitions ?
Quelle formation donner aux jeunes et aux salariés qui soit en rapport avec les évolutions économiques, technologiques… à l’échelle du Monde ? On attend la Loi Sapin sur la formation, outil primordial de gestion des ressources humaines. Quelle direction Monsieur Sapin donne-t- à sa loi ?
La France peut-elle continuer à avoir la même politique de protection sociale ? Quelles sont les échéances ?

Les plus futés d’entre nous connaissent quelques éléments de réponse à ces questions. Mais la stratégie est floue, les informations partielles, la peur de voir sortir d’autres catégories de manifestants patente.
Gouverner c’est choisir disait Mendès-France. Le peuple a raison de défendre ses intérêts immédiats.Pour accepter de ne pas le faire, il faudrait qu’il soit à même de juger en quoi ses intérêts du moment peuvent nuire à l’intérêt général et donc, à long terme, à ses propres intérêts. La tâche ardue d’un gouvernement est de définir des priorités au risque de déplaire à telle ou telle catégorie à un instant T.
Se battre pour avoir le pouvoir sans être intimement convaincu des contours généraux de la politique que l’on va suivre est irresponsable. Faire des promesses électorales dont on sait qu’on ne pourra pas les tenir l’est aussi.
Certes le Gouvernement n’est pas aidé par la “droite la plus bête du monde” qui ne sait que s’opposer, ni par une extrême gauche que sa “bien-pensance” empêche de penser.
Si les partis politiques qui fondent la démocratie parlementaire oublient l’intérêt général au profit de leurs intérêts particuliers (la réélection par exemple), craignons la prophétie de Tocqueville dans l’introduction à “De la démocratie en Amérique” :”Placés au milieu d’un fleuve rapide, nous fixons obstinément les yeux vers quelques débris qu’on aperçoit encore sur le rivage; tandis que le courant nous entraîne et nous pousse à reculons vers les abîmes.”

La liste de mes incompréhensions

J’ai commencé à m’intéresser à la vie politique et sociale en 1956. J’avais 16 ans. Cela fait 20805 jours que je me pose des questions. Certaines ont été en partie résolues, comme une forme d’égalité entre hommes et femmes (encore insuffisante), la possibilité pour les femmes d’avoir accès à la contraception et à l’IVG, la fin du colonialisme.
La plupart des autres n’ont pas trouvé de réponse. En voici une liste non exhaustive :
– Pourquoi est-il si dur de construire une société socialiste et humaine ou au minimum moins mal foutue ?
– Le monothéisme ou pourquoi croire en quelqu’un que l’on n’a jamais vu ?
– Pourquoi Dieu n’aime-t-il pas les cheveux des femmes ?
– Pourquoi faudrait-il mourir dans la souffrance morale ou physique ?
– Pourquoi détester celui qui n’est pas comme vous ? et éventuellement le massacrer ?
– Pourquoi est-on contents après une rencontre où l’on n’a pas écouté l’autre ?
– Pourquoi certains hommes disent-ils qu’ils ne comprennent rien aux femmes ? Ont-ils saisi la complexité des hommes ?
-Pourquoi la monogamie ?
-Pourquoi les batailles d’Ego y compris dans des groupes où il n’y a pas d’enjeux ?
– Pourquoi vouloir le pouvoir si l’on n’en fait rien de bien ?
– Pourquoi les amitiés se terminent-elles ?
– Pourquoi depuis 60 ans n’arrive-t-on pas à élaborer un plan cohérent de construction d’habitat social ?
– Pourquoi les enfants français parlent-ils toujours aussi mal les langues étrangères ?
– Pourquoi les cartables sont-ils toujours aussi lourds ?
– Pourquoi les fonctionnaires de la DDE ne prennent-ils jamais leur voiture pour vérifier les panneaux de signalisation ?
– Pourquoi tant de médecins sont-ils désagréables et manquent-ils si souvent de psychologie ?
– Pourquoi fait-on tant de lois en France ?
– Pourquoi le syndicalisme français n’est-il pas unifié, plus de vingt ans après la chute du mur de Berlin ?
– Pourquoi y-a-t-il toujours des imbéciles qui gênent les coureurs du Tour de France ?
– Pourquoi ne pas aller au fond de l’autobus quand il est bondé ?
– Et puis quelques questions de détail : Pourquoi la guerre économique, pourquoi les guerres ?

J’en ai marre des “LES”

Milou n'est pas LES chiens

LES femmes, LES hommes, LES handicapés, LES Américains, LES Musulmans, LES juifs, LES politiques, LES journalistes, LES étrangers, LES Français, LES syndicats, LES Chrétiens etc, etc…
Catégoriser les gens selon l’une de leurs caractéristiques et en déduire des conséquences soit laudatives soit insultantes pour lesdites gens est une manie très répandue qui évite de penser.
Certaines personnes utilisent ce “LES” à tort et à travers.
Comment imaginer qu’un être humain se réduise à l’une de ses “identités” : Je me sens femme et homme, juive née dans un pays majoritairement chrétien, laïque,française, parisienne, new-yorkaise, athée, de gauche, parfois de droite, vieille mais jeune, ou jeune mais vieille, …
A part quelques imbéciles (assez nombreux), qui peut dire qu’il n’a qu’une seule identité ? Comment peut-on se réclamer d’une telle étroitesse dans un monde ouvert, grâce à Internet, au cinéma, à la télévision, aux livres, au tourisme, à la musique, au sport…
Comment peut-on s’apitoyer sur sa petite identité malheureuse et chétive ? Une identité plurielle est le seul remède à cette maladie de l’Ego.
Cours camarade, le vieux monde est derrière toi.