Archive pour août 2014

Le procès de Viviane Amsalem, un film de Ronit et Shlomi Elkabetz

Ce film est sorti fin juin sur les écrans français.
En Août, il devenait difficile de le voir à Paris.
C’est dommage.

Ce film est merveilleusement intelligent. Il décrit avec froideur et humour les efforts d’une femme et de son avocat pour obtenir le guet ( le divorce) de son mari.

Dans ces scènes qui se déroulent toutes dans le même tribunal rabbinique, à plusieurs mois d’intervalles, Viviane Amsalem jouée par la magnifique Ronit Elkabetz se bat pour obtenir le guet mais aussi pour exister, pour être écoutée par ces hommes englués dans leurs préjugés.
Simon Abkarian campe un mari honnête, non violent mais rigide, ennuyeux, enfermé dans ses certitudes.

Les regards et les quelques phrases échangés suffisent à décrire l’impossibilité pour Viviane, mère et épouse exemplaire pendant quinze ans de vivre avec cet homme pieux, jaloux, qui ne lui laisse aucune liberté aussi minuscule soit-elle.

Le décor de cet enfer est une pièce minuscule et triste où siègent en hauteur trois vieux rabbins à la fois fatigués par l’obstination du mari, mais aussi dans l’impossibilité de vraiment comprendre la volonté de liberté de la femme;

En quelques scènes, Ronit et Shlomi Elkabetz nous montrent la violence de la religion ( en l’occurrence juive), ses archaismes, son mépris des femmes.

Juifs religieux, musulmans radicaux à quelque branche qu’ils appartiennent , hindouistes extrémistes , chrétiens intégristes ont tous en commun une idéologie : l’impureté de la femme et sa nécessaire domination par les hommes.

La démocratisation de la culture : une éclosion de talents dans tous les domaines

Quand j’étais jeune, il y avait les génies littéraires, musicaux, les peintres incontournables.
Quand on aimait la musique atonale, le jazz et les chansons de Brel, on s’estimait très moderne et on était considéré avec un vague mépris par les tenants de la “Grande Culture”, pour la plupart issus de la grande bourgeoisie.
Il y avait sûrement des créateurs dans l’ombre qui n’arrivaient pas à se montrer, à se faire éditer ou écouter.
Comment avoir le culot d’écrire après Flaubert, de peindre après Cézanne, de composer après Mozart !

Tout a explosé avec internet. On peut écrire, auto-éditer, faire connaître, montrer ses toiles, faire écouter sa musique
On a osé créer des sites, ou des blogs, écrire des romans, exposer ses tableaux, ses photos, ses poêmes.

C’est une révolution formidable. Sur ce point au moins le monde a changé.
Il y a juste un petit bémol : Cette révolution culturelle s’est accompagnée d’une explosion narcissique.
Chacun lit et relit SES écritures, contemple SES tableaux, écoute SA musique et n’a plus ni le courage, ni le temps de faire connaissance avec les créations de parfaits inconnus.

Les auteurs se consolent en pensant que peut-être un jour, quelqu’un dans le monde sera touché par sa création.

Les seuils d’effectifs en Droit du travail

Une “amie” me faisait remarquer qu’elle avait essayé d’aller sur mon blog mais qu’elle était “tombée” sur un article parlant de droit du travail !!
Quelques belles âmes qui par le passé se sont prétendues d’extrême gauche ont décidé que le sort des travailleurs ne les intéressait plus.
Je leur dis poliment d’aller voir ailleurs si j’y suis et je persiste dans l’erreur qui consiste à ennuyer mes lecteurs putatifs et héroîques.

Les discussions sur la simplification du Code du travail, l’éventuelle modification des seuils d’effectifs…etc, reprendront très prochainement.

Je rappelle pour les ignorants que les entreprises doivent organiser des élections de délégués du personnel à partir de dix salariés, des élections de Comités d’entreprise et de CHST (Comités d’hygiène , de sécurité et de conditions de travail) à partir de 50 salariés. Certaines entreprises semblent hésiter à embaucher une dixième personne ou une 50 ième, évitant ainsi la création de ces institutions représentatives du personnel. Pas de panique cependant : il y a belle lurette que des entreprises avaient trouvé des moyens de contourner la loi : recours à des sous-traitants, à des intérimaires…etc
Il est probable que les discussions en cours vont aboutir à une ènième usine à gaz qui mécontentera tout le monde sur le fond mais permettra aux partenaires sociaux de sortir de ces négociations en conservant leurs logiciels traditionnels.

Je propose donc la réforme suivante : suppression des seuils d’effectifs et obligation pour les entreprises y compris les TPE de négocier (avec empathie) une représentation du personnel adaptée à leur taille et à leurs risques. En l’absence de négociation, obligation sera faite aux entreprises d’accepter une représentation du personnel qu’elle soit le fait des salariés non syndiqués ou des syndiqués dans l’une des organisations reconnues comme représentatives.
Certes,cette formulation demande à être précisée pour ne pas aboutir à un immense fouillis.
Certes, on ne voit pas comment le MEDEF et les cinq syndicats représentatifs, pourraient accepter une telle réforme qui risquerait de remettre en cause leur “pouvoir”.

La question est : comment simplifier le droit existant afin qu’il ne soit pas ingérable notamment pour les PME tout en assurant une réelle négociation entre Directions et travailleurs des TPE aux Grands groupes.

A suivre

Salut sorroral aux féministes de LA BARBE

Le tract qui suit est reproduit sans l’autorisation des copines de La Barbe. mais l’humour est trop rare pour le garder pour soi. Bravo

Les psychanalystes et le machisme

La piscine de la co-propriété

Je coule des jours tranquilles à Cabourg
Marcel P. écrivait que la situation du Grand Hôtel de Balbec sur la digue lui permettait enfin de sortir de chez lui sans craindre de tomber malade.
La mer nous entoure. Elle passe du bleu ciel, au vert puis au noir. Elle se confond parfois avec le ciel. Le soleil s’y couche en couleur
Cela ressemble au bonheur.

Heureusement, il y a les habitants estivaux de la résidence qui nous empêchent de prétendre à une béatitude stupide et ennuyeuse.Le coeur du conflit se focalise autour de la petite piscine chauffée.Elle aiguise les inimitiés entre les co-propriétaires et les locataires, voire les amis de ces derniers.
Untel habite-t-il notre résidence ? A-t-il le droit de pénétrer dans nos eaux territoriales et de s’y ébattre sans retenue ?
Les baigneurs s’observent. Ce môme qui trône sur une bouée géante et s’avance dangereusement vers mes brasses laborieuses, sans même me prêter attention, doit être un co-propriétaire en puissance. Cet autre perché sur un dauphin bleu de belle dimension n’est que locataire. En effet, sa mère le morigène et s’excuse auprès des vieilles dames qui font “leurs longueurs’ car c’est interdit par le règlement lui dit-elle.
Dans la résidence d’en face, quelques prolétaires à qui il ne reste que la mer regardent avec envie nos 40m2 d’eau chaude. “Il y en a en face qui viennent de temps en temps” me murmure en colère l’une des gardiennes co-propriétaire du temple.

Et puis chacun trouve ses marques, ses heures. La guerre de la piscine n’aura pas lieu, pas encore.

La propriété c’est le vol, la co-propriété c’est le vol en bande organisée.