Les Reines du shopping : Eloge de la superficialité

Il y a cinq femmes, des grandes, des petites, des minces, des pulpeuses, des jeunes, des vieilles, des belles, des moches…
Ces femmes doivent acheter une “tenue”, des accessoires et se faire faire une beauté en 3 heures.
A la fin la grande prêtresse télévisuelle (Cristina Cordula,) décide qui est la gagnante.
C’est divertissant, pas prise de tête. (S’il vous plaît, ne dites pas à mes collègues et amis que je regarde cette émission.)
Ce qui est sympa c’est que les femmes sont des femmes normales, de celles que l’on rencontre dans la rue.
Le choix des vêtements est un marqueur important de nos sociétés de classe (ça, c’est pour les intellos qui par erreur liraient ce blog)

Bref, on s’amuse des vacheries qu’elles s’envoient entre elles, des rapports avec les vendeuses, de la voix off qui ne manque pas d’humour et puis on note quelques adresses de boutiques au passage.

Au travers de cette diversité, on voit s’exprimer des sensibilités, des gouts, des références, des choix différents.
Difficile, car la Prêtresse assène que telle tenue “n’est pas moderne”, les participantes se déclarent choquées par l’absence de sac ou de bijoux (“si je sortais sans sac ou sans maquillage, j’aurais l’impression d’être nue” dit l’une d’entre elles ou encore “on ne peut pas être élégante sans talons d’au moins 14 cm” etc)

Qu’est-ce que l’élégance ? Qu’est-ce qu’être sexy ? Qu’est-ce qu’être moderne ?, Que signifie” être dans l’air du temps” ?
Qui peut le dire ? Est-ce qu’une femme sans bijoux est comme un poisson sans bicyclette.
Ces graves problèmes ne seront pas résolus. Et peut-être tant mieux.
Ce qui me plait dans ces émissions, c’est la revendication du superficiel. Ces femmes passionnées par le shopping sont émouvantes.

Il m’arrive de penser que les femmes qui assument leur coquetterie sont protégées (en partie) de la violence et du désir guerrier, par leur désir de (se) plaire, d’être avenantes. Qui plus est “comme la mode est une forme de laideur si intolérable qu’il faut en changer tous les six mois.” (Oscar Wilde), la quête des petites jupes n’a pas de fin.

Quand on cherche des citations sur l’apparence ou la coquetterie, on trouve des banalités du genre :la véritable beauté est celle du coeur. Certes mais pourquoi, l’une exclurait l’autre ?

Je vais me cacher derrière Nietzsche pour conclure : “Quiconque a sondé le fond des choses devine sans peine quelle sagesse il y a à rester superficiel.”

A méditer

Les commentaires sont fermés.