Archive pour mai 2016

Dialogue entre ma “gauche” et ma “droite”

Ma gauche : Le Droit du travail repose sur le lien de subordination entre les patrons et les salariés. Ce droit est fondé sur la défense des faibles. L’article 2 de la Loi El Khomri remet en cause cet équilibre en inversant la hiérarchie des normes. Ainsi dans les entreprises sans représentants du personnel, le patron pourra faire n’importe quoi.
Ma droite : L’économie politique de nos sociétés est en train de changer : concurrence accrue des bas salaires grâce à la mondialisation, individualisme croissant, “Uberisation” des entreprises …. Nous devons nous adapter ou mourir. Et en cela l’article 2 permet à de petits établissements de négocier des changements en souplesse.
Ma gauche : Ce que tu appelles la souplesse ne peut jouer que contre les plus faibles, les précaires, les salariés des petites entreprises, les boîtes où il y a de la répression syndicale. Je souhaitais ardemment la construction européenne et le développement des pays “émergents” mais ces deux évolutions se sont faites dans l’intérêt du libéralisme sans garde-fous.
Ma droite : C’est une phase indispensable. Penses-tu comme l’extrême droite et une certaine extrême gauche qu’il faille refuser cette Europe, alors qu’elle nous permet des espoirs de paix ! Et dans les pays émergents, petit à petit les salaires augmentent, les revendications sociales se font entendre. C’est mieux que rien.
Ma gauche: Si les syndicats étaient forts et réformateurs, on pourrait parier sur des accords d’entreprise pas trop défavorables aux salariés mais ce n’est pas le cas en France. C’est un fait historique que l’on ne peut pas changer d’un coup de baguette .
Ma droite: Justement, au lieu de faire semblant d’être forts en mettant en avant les vieilles fédérations, la CGT devrait se poser la question du chèque syndical ou du prélèvement à la source de l’adhésion à un syndicat. Un syndicalisme qui représenterait plus de 6 à 8% des travailleurs aurait la possibilité de négocier de bons Accords d’entreprise, tout en tenant compte avec réalisme de la situation économique de l’entreprise.
Etc, Etc ….
Comme dirait Maître Yoda, “La sagesse tu dois chercher et des vieilles structures de pensée, tu dois sortir”

Les (vieilles) reines du shopping

Comment s’habiller, se maquiller, se coiffer, quand on a dépassé 70 ans ?
L’importance de ce problème n’échappera à aucune vieille dame quels que soient ses revenus.
Aujourd’hui, je vous propose quelques uns de mes choix.
1/ Garder ses cheveux blancs et ne pas les recouvrir d’une couleur improbable qui ne correspond pas au visage
2/ Ne pas se maquiller. Tout maquillage fait ressortir les défauts, les creux et les bosses. Une touche de rouge à lèvres discrète suffit
3/ Ne pas porter de hauts talons, qui empêchent toute marche normale.
4/ Porter des vestes ou manteaux avec des poches qui permettent d’éviter le sac que l’on serre bêtement contre soi dans le métro
5/ Porter des jupes ou des robes s’il fait chaud et oublier vos trous, bosses, veines sur vos vieilles jambes. Après tout, ce sont uniquement les autres qui les voient!
6/ Plus généralement, porter des pantalons noirs ou des jeans pas serrés (29euros99 à Monoprix)
7/ Colorer la tenue avec des hauts colorés. Voici trois échantillons de mes sweat-shirts (autour de 10 euros sur Internet et chez HetM)

Ceci est un essai de blog sur la mode pour diversifier mon lectorat.
Je ne suis pas sûre que ça va marcher !

Dialogue de sourds

Machin : Ce gouvernement est nul. Hollande devrait démissionner. C’est un imbécile, un bureaucrate, un énarque coupé du monde…
Truc : Tu exagères peut-être un peu…
Machin : Tout le monde est d’accord avec moi
Truc : Pour moi, il y a une question de fond : comment faire basculer la France dans une autre étape de l’histoire…
Machin : Ah oui, je vois, tu es du côté des mondialisateurs/moralisateurs! Bravo
Truc : Je comprends mal la haine à l’égard de Hollande
Machin : Tu es bien la seule
Truc : Et tu vas voter pour qui ?
Machin : j’hésite…Juppé sans doute
etc, etc

Ce doit être encore la vieillesse : Je ne comprends rien à ces manifs

Couverture de notre livre :”Le militant contradictoire” publié en 2004.

Déja en 2004, comme le montre ce dessin, certaines manifs dont je voyais la fin Place de la Nation me laissaient pour le moins dubitative
Mais les dernières manifs contre la loi El Khomri m’énervent carrément.
Est-ce l’amertume de la vieillesse ? Ou y-a-t’il une raison à cette indifférence coléreuse ?
Certes je comprends que les jeunes aient besoin de se révolter, que la CGT et FO aient à reconquérir un électorat fuyant etc
Je comprends aussi que l’absence de pédagogie, de dialogue de la part du gouvernement suscite une révolte (méritée) contre la classe politique en général.
Mais quand j’entends des manifestants dire :” Avec cette loi, les patrons pourront faire des accords d’entreprise au détriment des salariés et sans tenir compte des conventions collectives”, je ne sais plus à quel Droit du travail me vouer.
Un accord d’entreprise se négocie au niveau de l’entreprise entre patrons et syndicats représentatifs. Bien sûr cela nécessite des syndicats, avec des adhérents et un patron qui acceptent de trouver un accord, qui sera peut-être un recul, (le terme réforme n’est pas adapté ) mais permettra à l’entreprise, de passer un cap.
Ce doit être la vieillesse…à moins que la langue de bois ne soit pas l’apanage de la seule classe politique.

Migrants : nouvelles des préfectures

C’est une petite sous-préfecture de l’Ile de France.
C’est un jeune homme venu d’Afrique non francophone qui est arrivé en France à l’âge de 14 ans et y a fait toute sa scolarité.
Depuis quatre ans, il demande une carte de séjour.
Entré en France avant seize ans, pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance, ayant suivi un cursus scolaire, parlant parfaitement le français, Il a droit à cette carte selon le Code des étrangers
Mais voila, depuis quatre ans, on lui réclame un passeport et les preuves de dix ans de présence
Je l’accompagne. Il y a deux femmes à l’accueil : celle qui nous reçoit réclame le passeport, les preuves etc… Il n’a ni l’un ni l’autre
Elle dit : sans cela vous ne pouvez pas avoir de carte
Je lui lis l’article qui donne le droit à ce jeune homme d’avoir sa carte, de pouvoir travailler, et de ne pas être expulsable. Elle reste fermement campée sur ses positions.
Au moment où nous commençons à désespérer, sa voisine lui dit qu’elle va s’occuper de nous.
Elle a écouté. Elle a compris que depuis quatre ans ce jeune homme correspondait à un mauvais code et qu’il fallait le changer de code; Elle s’en occupe. il va avoir sa carte après quatre ans de galère.
A quoi tient une vie de migrant ?

Une après-midi à Nuit Debout

Il faisait beau et chaud ce vendredi 6 mai place de la République à Paris
J’avais quelques légers préjugés négatifs en y arrivant. Blabla, sectarisme, ignorance, petits chefs etc
Il y avait bien l’inévitable hystérique qui réclame le micro en hurlant que les “flics” veulent reprendre la place de la République, le prof d’Economie qui ne peut plus s’arrêter de parler et qui se la pète, le sidéen enturbanné et voilé qui parle de vagins(!), les représentants syndicaux qui appellent à la grève générale à la poste…dans les Hauts de Seine, les féministes et LGBTQPAI…(?) un peu parano et bien sûr le drapeau palestinien…
Mais il y a aussi et c’est l’essentiel, cette gaieté, cet enthousiasme, cette organisation mal foutue, ces cours de boxe pour les femmes, une égalité hommes/femmes, cette jeune fille qui en rigolant explique qu’elle est responsable des tracts mais qu’elle en a marre de rédiger des trucs que personne ne lit, cette autre jeune femme qui rappelle au début de l’Assemblée générale les gestes à faire quand on est d’accord, pas d’accord, que l’on s’ennuie, que certains propos sont sexistes ou racistes ou homophobes et qui évoque le respect de l’autre et la civilité comme des conditions indispensables au dialogue
Alors, peu importe ce qui en sortira ou pas
L’important, ce sont ces gens qui se parlent, toutes générations confondues et qui n’ont pas renoncé à rêver.

Non, la vieillesse n’est pas une maladie, dont on peut guérir…

Régulièrement, on nous annonce que des recherches scientifiques permettent de concevoir une “guérison” de la vieillesse, qui ne serait qu’une maladie comme une autre!
Vision étrange que celle de millions de vieux, desarthrosés, lissés, virevoltant parmi les jeunes !
Dans cette obsession de la “guérison” est à l’oeuvre l’ horreur de la vieillesse que nous rencontrons si souvent autour de nous.
On imagine les mouvements de colère des jeunes contre la prolifération des (faux) vieux , inutiles, crevant le budget de la sécurité sociale !
Les rides, les cheveux blancs, la fatigue, les rhumatismes, les pertes de mémoire mais aussi une forme de sagesse, d’observation du monde, de patience, et dans le meilleur des cas d’humour font partie des “privilèges” de cette étape de la vie.
On ne guérit pas de la vieillesse
Il faut vivre le mieux possible en sa compagnie
Et quand elle devient trop lourde à porter pour soi ou son entourage pouvoir y mettre fin sans violence .

La vieillesse pour les nuls (10/11) : Eloge de la vieillesse, Citations de Hermann Hesse

[/caption]
Depuis des dizaines d’années, j’éprouve de la répugnance vis à vis de l’adoration que certains vouent de plus en plus à la jeunesse et aux adolescents. Mais plus encore c’est l’élévation de cette jeunesse au rang de condition sociale, de classe, de “mouvement”, qui me déplaît profondément”

La vieillesse représente une étape de notre existence, et comme toutes les autres étapes, elle a son propre visage…Nous qui portons des cheveux blancs, nous sommes comme nos frères humains plus jeunes: nous avons une mission qui donne sens à notre vie(…) Un homme âgé qui abhorre et craint la vieilesse, les cheveux blancs et la proximité de la mort, ne représente pas dignement l’étape de l’existence qu’il a atteinte, tout comme un jeune homme vigoureux qui déteste son métier et cherche à y échapper. En résumé : pour accomplir sa destinée d’homme âgé et remplir convenablement sa mission, il faut accepter la vieillesse et tout ce qu’elle implique. Sans ce consentement, sans cette soumission à toutes les exigences de la nature, notre vie perd son sens et sa valeur, et que nous soyons jeunes ou vieux, nous commettons une trahison.”

Evacuez les vieux et les banques : Emmanuel Todd a trouvé la solution pour imaginer une nouvelle société !

Cher Emmanuel Todd,
Dans un entretien avec le talentueux François Ruffin,réalisateur de “Merci Patron” et rédacteur de “Fakir, Le journal fâché avec tout le monde ou presque”, vous déclarez à propos de NUIT DEBOUT : “Un territoire libéré des vieux et des banques, çà ne me déplait pas!”
Je vous remercie pour cette fine analyse politique qui bouscule toutes les idéologies existantes et permet d’y voir plus clair…
Si je vous suis bien, les vieux et les banques feraient partie d’une catégorie qu’il faudrait d’après vous “mettre à mort”, afin que la jeunesse se réapproprie …le pouvoir.. En quoi le pouvoir changerait-il de nature dans cette nouvelle configuration, vous vous gardez bien de nous le dire.
En réfléchissant, on ne vous a pas connu vraiment mieux inspiré : Dans votre livre, “Qui est Charlie, Sociologie d’une crise religieuse”, vous dénonciez les manifestants du 11 janvier 2015, les qualifiez d’imposteurs, représentants d’une France blanche, vieillissante (encore), bourgeoise , catholique, islamophobe et pourquoi pas antisémite etc…
La vieille que je suis, juive, bénévole à la CIMADE, féministe… n’a que trois mots à vous dire : Mort aux cons, qu’ils soient jeunes , vieux, musulmans, juifs, catholiques, protestants,maigres, gros, banlieusards, paysans ou soi disant intellos.
Veuillez agréer Monsieur l’assurance de mon indifférence.
Bonjour à votre vieux père, pour lequel j’ai beaucoup de respect malgré son grand âge