Archive pour septembre 2016

La “parano”


J’entame un cycle de courtes nouvelles sur le thème des petits abus de pouvoir et du fil ténu qui les relie aux GRANDS abus de pouvoir ( Cf “Chroniques des petits abus de pouvoir” par Régine Dhoquois et Anne Zelensky, Ed L’Harmattan, 2010)


Isabelle a publié un roman, proche de l’auto-fiction, comme on dit maintenant avec un brin de mépris. Isabelle a passé la soixantaine et elle sait bien que des milliers de livres sont publiés chaque année et que le sien n’a rien d’extraordinaire.
Mais Isabelle sait qu’elle y a mis tout son coeur, sa sensibilité d’écorchée vive et chaque fois qu’elle en relit des passages, elle est émue.
Elle ne s’attend pas à des critiques dithyrambiques dans la presse , mais elle se prend à rêver qu’ au moins un journaliste se laissera séduire par son histoire et en parlera.
Bref Isabelle est comme tous les auteurs. Elle serait si heureuse d’avoir une petite reconnaissance.
Alors, elle dépense une fortune à l’envoyer un peu partout et ne reçoit aucune réponse.
Un jour elle déjeune avec des amies proches. Elle est passée chez l’éditeur en acheter trois exemplaires.
Elle propose à ses amies de leur donner mais, enthousiastes, celles-ci insistent pour l’acheter, à prix d’auteur.
Un an plus tard, à une fête d’anniversaire, elle rencontre Rosalie, l’une des trois.
Elle ne lui dit pas qu’elle attend depuis des mois un petit mot, une réaction, un avis peut-être.
Elle dit seulement :” Rosalie, as-tu-eu le temps de parcourir mon livre ?”
Quel livre ma chérie ?” répond Rosalie puis ” Oh, excuse-moi je n’ai pas eu une seconde à moi!”
Isabelle sent les larmes lui monter aux yeux.
Rosalie s’exclame en riant :” C’est bien notre Isabelle ! toujours parano…”

Fin provisoire du cycle “Emotions”. Eloge de la modération.

Au cours de cet été qui s’achève, j’ai connu des émotions fortes face à la mer, aux couchers de soleil, au contact de l’eau, à la joliesse de certains enfants…J’ai connu aussi la peur et la colère face aux attentats terroristes, la fatigue face au racisme ambiant, la rage contre un gauchisme imbécile qui semble trouver sa voie dans le communautarisme, au détriment des valeurs républicaines et égalitaires notamment entre hommes et femmes.
Chacun a droit à ses émotions et à ses passions (fussent-elles dangereuses) à partir du moment où elles ne nuisent pas à autrui.Cette société qui nous abreuve d’interdictions de fumer, de boire, de consommer telle ou telle chose m’ennuie profondément. Je m’occupe de ma santé, de ma vie, de ma mort comme je l’entends.
Par contre, s’il s’agit de gouverner, un village, une ville, un pays ou de porter des jugements publics sur les Autres, les passions, les émotions ne sont plus de mise.
La négociation, y compris la négociation avec nous mêmes sur nos émotions, s’impose. Elle ne peut aboutir qu’à des compromis qui n’auront le plus souvent rien de passionnant.
La modération peut être ennuyeuse. Elle a le mérite de ne pas mettre en danger la vie humaine, cette petite vie quotidienne banale que des millions d’individus dans des pays pauvres ou en guerre ne connaitront peut-être jamais.
Je termine donc ce cycle sur un éloge de la banalité, de ma propre banalité, de notre banalité d’êtres humains.
Heureusement, il y a la fiction qui peut nous permettre de vivre par procuration la passion, les excès, le crime…