Archive pour février 2017

Retour sur le fil ténu

Mélenchon se fout de tout ce qui n’est pas lui, l’avenir de la gauche, une éventuelle victoire de l’extrême droite ou de la droite extrême.
On se demande parfois s’il sait qu’il existe un monde en dehors de sa petite personne…à part bien sûr Monsieur Chavez !
Pour moi il est l’exemple même du repli sur soi, de la difficulté de certains êtres humains à prendre conscience de l’existence des autres, des conséquences de leurs actes ou de leur narcissisme.
Depuis près de 50 ans, je suis passionnée par ce lien (le fil ténu) entre les petits narcissismes quotidiens et la violence sociale.

Sur cette photo, il y a une jeune femme assise sur un strapontin dans le métro. A côté d’elle, debout, il y a une vieille dame de près de 80 ans qui s’efforce de ne pas les faire mais sent dans tous ses membres la douleur de l’arthrose, la fatigue de ses jambes.( c’est moi)
La jeune femme fixe son téléphone. Elle ne fait pas exprès (laissons lui le bénéfice du doute), non, elle ne voit pas la vieille dame. Elle est enfermée dans son monde, son égoïsme et sa forme d’autisme.
C’est comme la vie, à la fois ridicule et tragique.

Melenchon et Hamon sont sur un bateau….

Mélenchon et Hamon sont sur un bateau.
Hamon (le rouge sympa) tombe à l’eau
Mélenchon est heureux…
Il rêve de réceptions, de foules en délire
Il vogue vers le Néant

“Agir près de chez soi”

(Editions de l’Atelier, 2017)

C’est le titre d’un petit livre écrit par Anne Dhoquois, à partir de différentes actions sur le terrain portées par des citoyens et soutenues par la Fédération des Centres sociaux : rucher-école, jardins partagés, triporteurs de mots, cafés associatifs, auto-partage, théatre amateur, bricothèque solidaire, insertion sociale et professionnelle, accompagnement à la scolarité, Initiation au numérique, à la photo, à la vidéo, espace d’expérimentation collaborative (makerspace), vélo solidaire, vestiaires et épiceries solidaires…etc.
On découvre avec bonheur toutes ces initiatives qui contribuent à animer des quartiers moroses, à donner de la reconnaissance sociale, à rendre visibles les retraités, à aider certains à sortir de la précarité, à échapper à la solitude.
Cette enquête qui se déploie sur tous les territoires et notamment ceux qui sont abandonnés est roborative. Certes, ces actions ne sont pas la révolution mais elles participent de l’idée que l’on en a : ne plus s’en remettre seulement au Pouvoir central mais prendre en mains sa vie, se responsabiliser, faire.
C’est aussi à cette responsabilisation que renvoie l’action des “Délinquants solidaires.
Aider les réfugiés, les immigrés sans papiers, les abriter, les accompagner dans leurs démarches administratives, les soigner, les écouter, sont un devoir, même si agir ainsi est contraire à la loi. Il est normal que la loi maintienne un certain ordre. il est aussi normal de désobéir aux lois injustes , quand il ne s’agit que de venir en aide à des êtres humains.
Il y a maintenant à côté du Mémorial de la Shoah un Mur des Justes situé dans l’impasse des Justes.
Les délinquants solidaires ne font que continuer ce combat essentiel et espèrent ainsi sortir quelques migrants de…l’impasse où le repli sur soi, le refus de l’Autre, les ont enfermés.

Chère Pénélope

Quelle charmante discrétion, quelle parfaite femme au foyer, quelle leçon de vieillissement pudique,…..
Prise entre les féministes accrochées à leurs vieilles lunes (voir article précédent sur Roman Polanski) et des femmes comme vous, à quel saint(e) vais-je pouvoir me vouer ?
On se demande parfois si vous avez la possibilité d’exister auprès de cet encombrant et viril Monsieur F.
S’il faut choisir, je préfère encore les vociférations de mes copines. Elles prennent cette parole que certains leur dénient encore (cf JL Benhamias interrompant (sans même s’en rendre compte!) lors d’un débat télévisé, Mme Sylvia Pinel qui eut du mal à retrouver le fil de sa pensée)
Mais Saperlipopette, si vous avez travaillé, dites le, parlez, criez, mentez, mais que l’on entende le son de votre certainement douce voix.
Et pourquoi pas, dites la vérité. Même si nous sommes nombreux à être consternés par ces salaires faramineux, ces indemnités de licenciement fastueuses ( Le droit commun du travail attribue 1/5ième de salaire annuel moyen par année d’ancienneté, ce qui dans votre cas donnerait environ 10000 euros), peu importe! Si cette société était égalitaire, ça se saurait.
Mais ce qui est insupportable c’est votre attitude de bête blessée et silencieuse.
Relevons nos jupes, camarades, nous avons encore du boulot !