Archive pour mai 2017

“Fallait demander”: Du rapport des hommes/mâles à la mort dans la dignité

C’est le titre d’une BD d’Emma sur l’ énorme supériorité de la charge mentale des femmes en matière de tâches ménagères.

BD d'EMMA

La militante que je suis à l‘Association pour le droit de mourir dans la dignité, a établi rapidement une relation entre la charge mentale des femmes dans les tâches ménagères et l’implication des femmes dans cette lutte pour le droit à mourir dans la dignité. il y a un constat (qui concerne bien d’autres lieux). Dans les réunions de l’ADMD les hommes sont à la tribune et les femmes constituent 98% du public.
Même vis à vis de la mort et surtout de la dépendance, il semble que les hommes soient moins inquiets que les femmes.
Je me suis souvent demandé pourquoi. Et je pense que la plupart d’entre eux estiment plus ou moins consciemment qu’il y aura forcément une femme qui prendra soin d’eux : épouse, fille, infirmière…
Les femmes pour la plupart d’entre elles considèrent qu’elles ne peuvent compter que sur elles mêmes à tort ou à raison. Mais , pour beaucoup d’entre elles, c’est un mécanisme de prise de responsabilité acquis très tôt.
Et une fois mortes de manière digne ou indigne, il sera trop tard Messieurs pour dire à votre , mère, épouse ou autre :”Fallait demander”
je ne tire aucune conclusion définitive de ce constat. C’est une question au sujet de laquelle j’émets une hypothèse.

Appel aux vieux : La Poste veut recycler son personnel pour s’occuper de nous!

Pendant que j’attendais depuis une demi-heure à la poste pour retirer un peu d’argent d’un compte épargne moribond, j’ai vu une affiche vantant les mérites des postiers pour s’occuper des vieux solitaires.
Au secours! Je n’ai jamais vu la tête de mon facteur puisque chaque fois qu’il y a une lettre recommandée il laisse un charmant petit mot disant qu’il n’y a personne chez nous et qu’en conséquence, il faudra aller à la poste chercher le courrier en question…
Et pourtant il y a toujours quelqu’un et il y a même un ascenseur qui le conduirait gentiment au 2° étage.
Rebellons-nous camarades vieux
Refusons que des fantômes viennent (ne pas) nous visiter.

A propos de la parité, attention au féminisme comptable

Je me souviens avoir participé dans les années 80 à un petit ouvrage intitulé :”Les pièges de la parité”.
Nous étions quelques femmes féministes à nous interroger sur l’obligation de la parité et ses risques.
Nous pensions que les lois ne peuvent pas trop précéder l’évolution des moeurs et des rôles dans les sociétés humaines.
Quelques années plus tard, j’ai reconnu que j’avais eu tort et que dans ce cas précis la loi sur la parité a permis des avancées.
Mais ces avancées sont subordonnées certes à la limitation des appétits masculins mais aussi aux changements dans le partage des tâches entre hommes et femmes, à la montée de la gourmandise des femmes pour le pouvoir, à leurs intérêts prioritaires.
Attaquer Macron sur le fait que son respect de la parité est purement arithmétique mais ne change rien aux rapports de pouvoir me parait excessif.
Comment départager la quantité de pouvoir ? Le faire sans analyse et sans donner sa chance à ce gouvernement “révolutionnaire”(à sa manière) me parait relever d’un féminisme démodé et d’étranges jugements de valeur sur les portefeuilles en question. En d’autres termes, la culture, le travail, les armées, les universités, la santé, le sport, les transports et l’Europe seraient moins importants que l’économie par exemple!
Le féminisme ne doit pas devenir une idéologie.

Interrogations sur le fil ténu ?????

fil ténu entre le gentil et le méchant ?

Dans l’article qui précède j’ai reparlé du fil ténu qui relie nos comportements impolis, malhonnêtes, mesquins au quotidien et le mal absolu, la barbarie.
Il ne s’agit pas de démontrer scientifiquement l’existence d’une continuité qui conduirait de nos envies, de nos saloperies individuelles ou simplement de nos désirs de faire le mal aux violences, aux racismes, à la volonté de pouvoir, à la guerre.
Ce serait excessif de penser ainsi. Heureusement, il y a entre nos vilaines pensées et la barbarie une solution de continuité.
Mais comme, pour la plupart d’entre nous, nous ne pouvons rien faire contre la violence, les génocides, la bestialité humaine, la guerre, bref l’inhumanité à grande échelle, je me dis que peut-être si nous parvenions à combattre notre grossièreté, à reconnaitre l’autre et à se mettre à sa place, pourrions-nous commencer un processus de pacification banal, ordinaire à notre petit niveau .Ce serait toujours ça de gagné.
C’est pourquoi, je continuerai à parler de la quotidienneté des incivilités, avec le plaisir de me dire qu’elles auront au moins servi à …mon blog!

De quelques impolitesses au quotidien

Je me suis installée au premier étage du Café de Flore pour déjeuner tranquillement.
Je mange mon omelette en lisant le journal.
Je suis bien.
Deux jeunes gens arrivent, jeunes cadres, costard, cravate.
Ils s’approchent de mon coin désirable et décident que c’est le bon puisqu’il n’y a personne et pas de bruit.
Je passe sur le “personne”. J’ai l’habitude. On ne voit pas les vieux.
Alors commence un dialogue de sourds : d’abord seule une surdité naissante peut vous inciter à hurler très fort et ensuite parce que l’un n’écoute pas l’autre qui tente de s’infiltrer dans les interstices du monologue de l’un.
Je plie mon journal et je paye.
Je ne suis plus bien.

Je suis avec une très vieille amie.
Elle me propose de venir avec elle dans un magasin chic pour lui dire si la robe qu’elle a repéré lui va bien
J’accepte tout en insistant sur le fait que je dois être à un rendez-vous important une heure plus tard
Bon, la robe lui va pas mal.
Elle me propose de prendre un café
Son teléphone sonne. Elle répond.
J’avance vers le bar , attend, me retourne et ne la voyant pas, je retourne là où son téléphone a sonné. Elle est toujours en communication.
Quand elle raccroche enfin, je lui demande s’il y a quelque chose de grave
Non-dit-elle- il y avait quelque chose que je ne comprenais pas sur mes relevés bancaires!”
je la salue et m’en vais.
Elle s’excuse vaguement

Ces gens sont supposés être bien élevés.
C’est pas de la parano, c’est juste une sensibilité à la politesse contractée depuis plus de trente ans
C’est le rapport entre ces comportements banals et la barbarie (le fil ténu) que je ne parviens pas à analyser.

Rectificatif sur les représentants du personnel dans les TPE

Dans l’article qui précède je disais qu’il n’y avait pas de représentants du personnel dans les entreprises de moins de dix salariés. Ce n’est plus tout à fait vrai: en effet la Loi Rebsamen a créé les CPRI ( Commissions paritaires régionales interprofessionnelles). Elles seront mises en place le 17 Juillet 2017. Elles seront chargées de représenter les salariés des TPE (moins de 11 salariés) qui ne le sont pas à ce jour.
Elles seront composées de 20 membres soit dix représentants des Syndicats patronaux représentatifs et dix représentants des syndicats de travailleurs représentatifs. Ces représentants devront être issus des établissements de moins de 11 salariés.
La parité entre hommes et femmes doit y être respectée.
Les candidats sont protégés contre le licenciement.
Ces commissions conseillent, informent et donnent des avis sur tous les aspects du droit du travail.
Elles facilitent la résolution des conflits individuels et collectifs…etc
Les élections qui ont eu lieu du 30 décembre 2016 au 13 janvier 2017 ont placé la CFDT en tête avec 26, 37% des suffrages, puis la CGT avec 24, 85% , FO avec 15, 59%, la CFE-CGC avec 10, 67% et la CFTC avec 9,49%.
Reste à voir sur le terrain si ces commissions vont aider les salariés des TPE ou ajouter à l’usine à gaz qu’est le droit du travail ?
A suivre

A propos de la réforme du Code du travail : Macron doit être TRES pédagogue

La Loi El Khomri a suscité des oppositions virulentes des travailleurs. Il n’y a pas de raison pour qu’elles ne se reproduisent pas.
Il n’y aura pas de miracle Macron.
Le droit du travail trouve ses fondements dans la subordination des travailleurs vis à vis des employeurs. Il permet à force de textes, de décrets, de jurisprudence, de conventions collectives …d’empêcher que la situation sociale des travailleurs ( c’est une formule générique qui ne veut pas dire que les employeurs petits ou grands ne travaillent pas) ne s’érode peu à peu au profit des actionnaires, de ceux qui possèdent l’argent (dont personne ne peut nier l’importance ).
Merci Monsieur Macron de nous avoir évité Le Pen et Mélenchon mais vous devez comprendre que la richesse d’un pays dépend certes de ses investissements mais aussi et surtout du travail souvent dur de millions de travailleurs, y compris de ceux qui fabriquent des robots.
Ce n’est certes pas à vous, libéral et fier de l’être, d’expliquer que la révolution socialiste n’est pas à l’ordre du jour.
Les obstacles sont nombreux : il faudrait que cette révolution soit mondiale. Il faudrait que ceux qui possèdent l’argent se sacrifient sans se battre (la lutte des classes n’a pas disparu), Il faudrait que les êtres humains soient parfaits, altruistes, solidaires, prêts à partager… pour que ne se renouvellent pas les errements fascisants des soi -disant révolutions socialistes du XX° siècle.
Alors il faut faire avec le capitalisme triomphant qui n’a que faire des échecs et de la misère de ceux qui ne parviennent pas à y rentrer.
Sur le papier, les accords d’entreprise paraissent démocratiques, les referendums même à l’initiative des employeurs aussi, mais il faut connaitre le monde des entreprises pour savoir que les patrons de TPE et PME peuvent faire de la discrimination syndicale, ne sont pas obligés d’accepter des représentants syndicaux à moins de dix salariés, et s’engouffreront pour la plupart d’entre eux dans toutes les “réformes ” qui leur permettront plus de souplesse. C’est leur intérêt après tout.
Il faut le dire clairement : il ne s’agit pas d’une réforme du droit du travail mais d’une régression ( temporaire? ) qui sera peut-être utile à terme pour l’emploi, à condition d’être acceptée ,même sans enthousiasme, par toutes les parties en présence.
C’est à vos équipes de faire preuve de modération dans les réformes, et de pédagogie dans vos justifications : plus de souplesse permettra aux entreprises de s’adapter au marché et donc de créer des emplois. Certes ces emplois seront souvent précaires mais il sera plus facile d’en changer à condition que la formation suive. En cela le Compte personnel d’activité et de formation peut être un bon outil s’il est bien utilisé.
Certains syndicats refusent de suivre la modernité pensez vous : certes mais c’est comme ça, c’est l’histoire de ce pays. Jamais une loi n’a aboli la réalité.
Nous sommes nombreux à miser sur vous, sur votre capacité à rassembler une droite modérée et une gauche social-démocrate.
Mais faites attention. Avec vos ordonnances, vous pouvez perdre ce capital de confiance et enclencher la colère des forces vives de ce pays qui à juste titre pensent que seul le travail crée de la richesse et qu’à ce titre il ne doit pas être dévalorisé ou sous-estimé.
N’oubliez jamais qu’un droit peut être écrit sans être appliqué: c’est le cas du droit du travail ou moins de 5% des infractions relevées par PV par les inspecteurs du travail font finalement l’objet d’un jugement voire d’une condamnation. etc…
Bon courage Mr Macron