Politiques migratoires : l’Algérie sur la mauvaise pente

(Ces informations sont extraites du Journal de la Cimade)
Depuis Aout 2017, 17000 personnes de nationalité nigérienne, parmi lesquelles des femmes et des enfants, ont été reconduites à la frontière avec le Niger, en dehors de toute garantie du droit des personnes.
Il y avait eu quelques signes positifs sur un recensement des étrangers en situation irrégulière afin de leur délivrer un permis de séjour mais ces signes ont été démentis par les propos virulents du Chef de Cabinet de la Présidence qui a déclaré :”Ces étrangers en séjour irrégulier sont source de crime, de drogue et de plusieurs autres fléaux.” En parallèle, une campagne raciste de grande ampleur a débuté sur les réseaux sociaux avec l’#NonauxafricainsenAlgérie
Depuis le 22 Septembre 2017, 3000 personnes originaires de Guinée, du Burkina Faso, du Mali, du Liberia, du Bénin, du Sénégal, du Cameroun, de Côte d’Ivoire, du Sierra Leone ont été reconduites a Agadez au Niger, sans aucun examen des situations individuelles contrairement à la Convention internationale des migrants, dont l’Algérie est signataire.

Ni l’Europe ni l’Amérique n’ont le monopole de la xénophobie. Tout est complexe et contradictoire.

Les commentaires sont fermés.