Petit dialogue conjugal autour de Dieu

Régine : Est-ce que tu peux m’expliquer ce qu’est le Pari pascalien ?
Guy : Pour Pascal, il sert à prouver l’existence de Dieu. Selon lui, le monde est parfait et cette perfection ne peut venir que de Dieu. Face à la misère de l’homme sans Dieu, il est compréhensible que l’on mise sur Dieu. Non seulement, il nous promet le paradis après la mort mais ici et maintenant il élève notre coeur et notre esprit au dessus des contingences humaines.
Régine : Comment as-tu interprété ce pari ?
Guy : A dix huit ans, en réponse à un camarade j’ai réfléchi à mon rapport à Dieu, à partir de Pascal : Dieu dans sa grandeur ne me demande pas de l’adorer. Il me demande juste d’être humain. Si Dieu existe et que je me comporte honorablement, humainement, il n’y a pas de problème.
Régine : A mon tour de parler de mon rapport à Dieu : Dieu n’existe pas. S’il existait, il n’aurait pas permis les génocides, l’esclavage, le crime etc…Dans la vision religieuse, Dieu est bon mais on pourrait dire qu’il ne peut rien contre la méchanceté humaine.
Dieu ne me sert à rien, ne sert à rien. Il a été inventé par les hommes pour relativiser leur responsabilité.
Le concept même de Dieu me gêne. Je ne crois qu’en une chose : Notre responsabilité dans la construction d’un monde plus juste et notre implication simplement humaine dans les crimes contre l’Humanité. S’il se passe des choses positives, c’est uniquement grâce à nos efforts.
Par ailleurs la croyance en Dieu -surtout depuis l’apparition des monothéismes-crée des conflits, des guerres . Les religions au lieu de pacifier fabriquent la guerre.
Mais paradoxalement, ma vision étroitement matérialiste du monde m’ennuie. J’envie un peu les mystiques. Je voudrais connaitre une forme de transcendance. Comment vois-tu la transcendance sans Dieu ?
Guy : Ce qui compte c’est ce que l’on fait concrètement et non des hypothèses métaphysiques. Ce qui compte c’est la transcendance immanente, prise dans le monde des phénomènes. Par exemple, les oeuvres d’art nous incitent à nous dépasser nous mêmes, à sortir de notre monde le plus quotidien. Mais on pourrait aussi évoquer Spinoza pour qui Dieu est tout mais nous sommes une partie du Tout.

Les commentaires sont fermés.