Archive pour juin 2018

Aquarius/Exodus : Comparaison politiquement incorrecte ?

A l’issue de la seconde guerre mondiale, de nombreux survivants de la Shoah cherchent un pays d’accueil et décident avec des organisations juives de se rendre en Palestine, alors sous mandat britannique.
Le navire baptisé Président Warfield quitte le port de Sète le 11 juillet 1947 avec 4500 personnes à bord, en ayant pour destination officielle la Colombie. Puis le cap est mis sur la Palestine et le navire rebaptisé EXODUS. La marine britannique arraisonne le navire près des côtes de la Palestine. L’Exodus est envoyé à Chypre et les passagers chargés sur trois navires. Après une escale en France, la marine anglaise renvoie l’Exodus dans la zone sous contrôle britannique en Allemagne. De nombreux passagers entament alors une grève de la faim. Cette errance va durer plusieurs mois.(Ceci est un résumé tiré de Wikipedia qui ne rend pas compte de l’intégralité de l’histoire de l’Exodus)
Dans un article publié dans le JDD du 17 Juin 2018 ,à propos de l’Aquarius, Christiane Taubira cite quatre exemples d’exodes : Janvier 1939, les réfugiés espagnols chassés par le fascisme, en 1975, les Boat people vietnamiens et cambodgiens, en 1962, les pieds noirs et les harkis qui quittent l’Algérie indépendante et enfin 1990, les réfugiés chassés par la guerre des Balkans.
J’ai beaucoup d’admiration pour Christiane Taubira mais cet “oubli” me choque profondément : Ces juifs rescapés de la Shoah, avaient eux aussi besoin d’un lieu pour survivre. Ils ont (malheureusement ?) choisi la Palestine. Fallait-il qu’ils retournent dans les pays où on avait voulu les exterminer ?
Le “politiquement correct” est parfois une insulte à l’Histoire.

J’ai fait un rêve : un droit d’asile féministe

Il existe déjà dans la loi sur le droit d’asile, la protection subsidiaire destinée aux personnes potentiellement persécutées pour des raisons autres que la race, la religion, la nationalité ou l’appartenance à un groupe social et/ou politique.
Ces atteintes graves qui font courir un risque réel sont ainsi définies :
- la peine de mort ou une exécution
- La torture ou des peines ou traitements inhumains ou dégradants
- s’agissant d’un civil, une menace grave ou individuelle contre sa vie ou sa personne en raison d’une violence qui peut s’étendre à des personnes sans considération de leur situation personnelle et résultant d’une situation de conflit armé interne ou international.

Quelques femmes peuvent obtenir cette protection subsidiaire si elles peuvent prouver des traitements dégradants dus à à un conflit armé. Outre la preuve difficile à établir, il est évident que ce texte ne permet pas à la plupart des victimes de viol, de mariages forcés etc d’obtenir ce droit , qui se traduit par une carte de séjour mention “vie privée et familiale” d’une durée d’un an et soumise à réexamen en fonction de la nouvelle situation du pays de départ.
Il faut donc une violence avérée lors d’un conflit armé pour obtenir le droit de vivre un peu moins mal.

Mais si vous êtes une femme qui veut être libre, qui veut exercer le métier qu’elle aime, qui veut vivre sa sexualité comme elle l’entend, qui refuse de porter le voile dans un pays musulman etc… il n’existe aucun droit au séjour, sauf celui lié à la famille : maman d’un enfant scolarisé, conjointe de français , conjointe d’un étranger en situation régulière.
Chaque semaine à la Cimade, je rencontre certaines de ces femmes qui ne vivent pas dans un pays en guerre, qui n’ont pas été violées ou excisées. Elles veulent juste vivre libres et la vie des femmes dans beaucoup de pays (et pas seulement dans les pays musulmans) doit être conforme aux traditions : ne pas faire d’études, se marier, avoir des enfants , obéir à la loi patriarcale.
Alors, oui , j’ai fait un rêve, face à ces jeunes femmes : pouvoir leur dire que l’article XXX va leur permettre de vivre comme elles le souhaitent, célibataires, sans enfants ou avec, avec des amants ou des maitresses, en exerçant le métier de leurs rêves.
Mais à l’époque de l’errance de l’Aquarius, on ne peut pas se permettre de tels rêves.
Et pourtant, c’est aussi par la libération des femmes que passera le développement des pays de départ. C’est ce développement qui mettra un frein à cette immigration massive.
Mais pour cela, il faudrait cesser d’avoir peur et raisonner à long terme.
Alors, je ne pourrai que répondre honteusement à ces jeunes femmes :P atientez cinq ans et fondez une famille avec un homme ad hoc
La boucle est bouclée.