Que se passe-t-il dans la tête de celui (ou celle) qui veut devenir Chef à la place du Chef ?

A vrai dire, je n’en sais rien mais je les observe depuis plus de 50 ans dans les multiples associations, partis, syndicats… auxquels j’ai appartenu et continue d’appartenir. Tous ces petits chefs ne sont pas stupides. Certains méritent de devenir Chefs, parce qu’ils parlent bien, ont une vision globale des enjeux, savent mobiliser les énergies.
Mais ce qui m’intéresse, ce sont les autres, chez qui l’on sent assez rapidement apparaitre le désir de sortir de leur condition de bénévole ou de militant de base.
Ils arrivent, timides, modestes ne demandant qu’à apprendre.
Puis, ils s’affirment, pensent qu’il faut plus de réunions, plus de responsables, plus de comptes-rendus, plus de secrétaires, de président , de vice ou co-président. Ils sont de toutes les réunions régionales, nationales. L’ennui ne semble jamais les guetter au cours de ces heures passées à ne pas s’écouter.
Ils (elles) marchent vers leur but, inconsciemment ou pas, : être vus, entendus non pas des bénéficiaires de l’Association mais des différents échelons de pouvoir.
Sont-ils nés avec ce goût du pouvoir (même dérisoire!) ? Estiment-ils qu’ils feront mieux que les autres pour faire avancer telle ou telle cause ?
Je suis incapable de répondre à cette question. Ce que je crois , c’est que beaucoup d’entre eux, participent d’une bureaucratisation handicapante de nombre d’associations.
Tenter de les combattre, c’est s’exposer à des remarques sur votre éventuelle jalousie envers des personnalités si brillantes, c’est risquer des critiques sur votre déni de la démocratie.
Alors, il ne reste qu’une solution pour les fuir, partir et les laisser entre eux.

Les commentaires sont fermés.