Archive pour la catégorie ‘contradictions’

Des contradictions principales et secondaires et de la lutte finale (JF)


Ce texte m’a été envoyé par mon amie JF, pionnière de FMA et du MLF.
Je ne suis pas entièrement d’accord : la lutte des classes me parait toujours aussi fondamentale, mais c’est une base de discussion.
13 mai
Contradiction principale, contradiction secondaire
C’est au nom de cette théorie, qui subordonnait le “problème des femmes” à celui du prolétariat, que les idéologues marxisants de mai 68 nous écartaient de la légitimité militante.
Or, en examinant la situation présente de notre société capitaliste, j’y vois le schéma suivant :
La compétition mondiale industrielle et technique est de plus en plus exacerbée. Elle relève évidemment d’une logique psychique de combat, autrement dit, d’une logique que l’on peut qualifier de “masculine”, pour ne plus dire, “virile”.
Un “progrès” réel réside dans le fait que cette bataille ne tue pas directement autant que les batailles d’antan. Mais elle cause beaucoup de souffrances psychiques (outre la pauvreté économique, pour de nombreux peuples). C’est pourquoi le terme nouveau de “souffrance au travail” a remplacé, chez nous, celui de “lutte des classes” du temps de ma jeunesse.
D’où le besoin du développement de cet autre versant de la société moderne, le “monde psy”, et l’idée de “care”, attitude d’humanité et de soins, s’opposant tout à fait à l’esprit guerrier de la compétition, et venant réparer ses dégâts.
C’est le rôle habituel dévolu aux femmes.
On voit que l’évolution moderne exacerbe l’opposition entre le “masculin” et le “féminin” (“idéaux-types”, selon le terme de Weber, qui existent en chacun de nous, mais qui, sociologiquement et psychologiquement, continuent à être représentés par l’un ou l’autre sexe).
Il en résulte que c’est là que se trouve la contradiction principale du capitalisme moderne : les attitudes de compétition, versus celles du care. Autrement dit, du masculin et du féminin.
Ha ha !
D’ailleurs, Marx et surtout Engels, qui étaient loin d’être bêtes, avaient écrit, en passant, il est vrai, que le rapport humain fondamental était le rapport entre l’homme et la femme.
Nous y voilà arrivés !

17 mai
La lutte finale,
qui nous faisait vibrer jadis au son de l’Internationale, et était supposée concerner avant tout le prolétariat.
Nous le disions au MLF, l’oppression d’un sexe sur l’autre, étant pluri-millénaire, est l’oppression la plus ancienne, la plus profondément ancrée dans les mœurs, la plus répandue. Elle est (peut-être) la “mère” de toutes les oppressions.

Dialogue entre un nazi et Dieu (extrait de “Le nazi et le barbier”) d’Edgar Hilsenrath

Je vous recommande ce livre paru en 1971 aux Etats-Unis et seulement en 1977 en Allemagne puis en 2010 en France.
C’est l’histoire burlesque d’un aryen pure souche, génocidaire nazi, reconverti en juif pour sauver sa peau.
J’ai eu envie de reproduire des extrait de la fin, le moment de son dialogue jubilatoire et terrible avec Dieu :
Debout devant mon juge. debout devant lui, l’Unique et l’Eternel.
Et l’Unique et l’Eternel demande : “Es-tu le génocidaire Max Schulz ?
…..je suis réellement le génocidaire Mas Schulz
“Coupable ?”
Et je dis : j’ai suivi le courant. Comme d’autres. A l’époque, c’était légal.
C’est ta seule excuse ?
Ma seule excuse
Coupable ?
Coupable
Veux-tu que justice soit faite ?
Oui, Moi, Max Schulz, j’attends la juste sentence d’un Juste
Et l’Unique et l’Eternel proclame d’une voix de stentor :”Ainsi, je te condamne!”
“Mais moi, je dis :”Minute ! Faut d’abord que je te demande un truc : t’étais où à l’époque…Tu dormais?
“Je ne dors jamais ! J’étais ici.
Et l’Unique et l’Eternel dit :”J’ai été spectateur, c’est tout
“Alors ta faute est plus grande que la mienne, je dis. Et s’il en est ainsi, tu ne peux pas être mon juge.
Très juste, dit l’Unique et l’Eternel”

Et l’Unique et l’Eternel descendit de sa chaise de juge et se plaça à mes côtés.

Nous attendons tous les deux. La juste sentence. Mais qui pourrait la prononcer ?

J’espère vous avoir donné envie de lire ce livre et cet auteur

“Lâchez tout” : Hommage à Annie Lebrun


A propos des luttes féministes actuelles et d’un certain désarroi dû à mes contradictions, j’ai retrouvé sur Internet cet entretien réalisé vers 2000 avec Annie Lebrun qui comble ma part individualiste au détriment (ou au profit) de ma part militante. Ces propos rejoignent une préoccupation que, même à l’approche de mes 80 ans j’ai du mal à résoudre : mes apories, mes inconséquences et plus particulièrement cette incapacité à exister dans un groupe, à être moi avec les autres, sans humilité ou sans agressivité, alors même que j’ai besoin de me battre(donc d’appartenir à un groupe) pour la liberté, la justice, contre l’exclusion etc… Je ne suis pas la seule à ressentir cette dualité et c’est pourquoi j’ai eu envie de publier des extraits de cet entretien.
Dans son ouvrage “Lâchez tout” paru en 1977, elle prenait à partie les groupes féministes en montrant que le désir de pouvoir avait été le moteur de leur engagement. En 1990 dans Vagit-prop, elle dénonçait dans le courant néo-féministe une même logique identitaire et de pouvoir. Voici ce qu’elle en dit vers l’année 2000 :
Il s’agit toujours du discours du même, où l’identité est affirmée au détriment de l’individualité, de sorte que le groupe doit prévaloir sur toute autre forme d’existence…J’ai admiré chez les premières féministes (Louise Michel, Flora Tristan…) leur refus d’une obligation d’être, leur désertion du rôle. Et je ne peux qu’être pour semblable “affirmation négative” combattant toute identité imposée qui bride l’individu. Ce que je déplore aujourd’hui dans tous les mouvements identitaires mais surtout chez les féministes, c’est une attitude inverse. Comme si, à un moment le refus d’obligation d’être devait se transformer en une nouvelle identité qui devient une autre obligation d’être…Quant à la liberté des femmes, elle n’a aucun sens si elle n’est pas posée dans la perspective de la liberté de tous…C’est très inconfortable de déserter les rôles…Il est réconfortant de se reconnaitre au sein d’un groupe. Tous les groupes sont une protection contre le reste du monde…”

Sur la servitude volontaire
: “Un des principes du monde qui nous est imposé est l’inclusion. Cette nouvelle forme de servitude volontaire est ce que j’appelle “la différence intégrée”. Vous êtes différent, parfait. on vous reconnait comme tel. mais cette reconnaissance équivaut à la mise en place d’un cordon de sécurité, puisqu’elle suppose la suspension de toute critique. ”

L’individuel et le groupe: ” Cette question est fondamentale…Le fait est qu’à l’exception de certaines expériences libertaires la plupart des groupes révolutionnaires se sont constitués au détriment de l’individualité de leurs membres…Et l’histoire du XX° siècle nous a assez montré jusqu’à quelles extrémités criminelles cela pouvait aller. En fait, c’est seulement dans une perspective qui reconnait la dimension sensible que le sacrifice de l’individualité peut être évité. car enfin au nom de quelle rationalité allez-vous justifier l’aberration de l’individualité ? Tout fonctionnement collectif qui nie le monde sensible devient irrecevable.”
(inventim.lautre.net/livres/Annie-Lebrun-Entretiens.pdf)

Annie Lebrun pose des problèmes essentiels pour moi dans ce texte : comment militer en refusant la dictature du groupe ? Comment conserver sa part de sensibilité dans une action collective ? Comment l’inclusion (et sa corollaire l’exclusion) qui m’obsède depuis toujours peut-elle alimenter l’obéissance (parfois criminelle) à la majorité.?
Il faut vivre avec ces contradictions. Ce n’est pas simple. C’est parfois douloureux de se sentir Autre, exclue mais c’est le prix à payer pour éviter les possibles monstruosités de la servitude volontaire.

Ca m’énerve!!!!!!!! (Extraits)


Dessin de Goya

Dans le désordre :
- Les journalistes qui pensent qu’interrompre leurs interlocuteurs est une preuve de leur liberté de penser.
- La Ministre de la santé qui murmure dans le micro à propos du droit de mourir dans la dignité :”C’est un sujet délicat”! Et la vie (l’avis) d’un vieux dépendant et qui ne souhaite pas l’être, c’est pas délicat ?
- Les gens qui prétendent ne pas haïr les terroristes qui ont tué leurs proches et leur pardonner !
- Les nantis qui nous gouvernent, pour qui la notion de responsabilité personnelle semble être un absolu et non un concept à géométrie variable selon les origines sociales, les accidents de la vie, le parcours scolaire. “Selon que vous serez puissant ou misérable…”
- Les gens qui ignorent le sens et l’importance du concept juridique de responsabilité personnelle, quelle que soit leur situation, même s’il leur est difficile de la mettre en oeuvre.
- Les gens qui sont sûrs ” de faire le bien” et font passer leur cause avant toute réflexion plus globale sur les limites du Vivre-ensemble, sur la nécessité d’un Droit forcément fondé sur des compromis.
- Les gens qui dès qu’ils arrivent dans un groupe, une association, prennent le pouvoir (dérisoire) et pour ce faire instaurent le règne du blabla interminable.
- Certains agents de certaines administrations (notamment celles en charge des étrangers) qui en interprétant le droit de manière restrictive et punitive remettent en cause l’état de droit et favorisent ainsi les discours extrémistes dans les deux sens.
- Les gens qui ne doutent jamais.
- Tous ceux qui pensent que le monde est noir ou blanc et qui ne comprennent pas cette phrase de Camus dans “Les Justes” : l Il est plus facile de mourir de ses contradictions que de les vivre.”
- Le gauchisme, le “remède” dangereux et inutile à la maladie sénile du capitalisme. (clin d’oeil à Daniel Cohn-Bendit)

A suivre et à développer…

On se définit par ceux que l’on exclue : une réflexion intéressante de Virginie Despentes (Vernon Subutex 3)

Sur le fond, tout le monde est d’accord : exclure les impurs, les impropres, les empêcher de s’exprimer. créer une catégorie de massacrables. les frontières varient, mais le jeu des gardes-douanes reste le même. C’est :toi, dehors. Je ne veux pas de çà chez moi. Le seul critère véritable, c’est qui on met dans les camps. Qui est torturable, charnièrable. Qui mérite d’être exclu. Il y en a qui ne veulent pas vivre avec les patrons, et d’autres c’est les Camerounais. il y en a qui ne veulent plus supporter les machos, et d’autres c’est les Gitans….On est tous du côté du pur. la seule chose qui nous intéresse c’est de légitimer la violence. Il faut que ce soit pour la bonne cause. parce qu’on veut bien avoir du sang sur les mains, mais en gardant bonne conscience. C’est la seule différence entre le sociopathe et le militant politique- le sociopathe se contrefout d’être dans le camp des justes. il tue sans préliminaires, c’est à dire sans perdre de temps à construire sa victime comme un monstre. Les Militants, eux font ça correctement : d’abord la propagande, et ensuite seulement le massacre.” (page 139 dans la bouche de Xavier, scénariste sans succès, aime les chiens)

C’est excessif mais ça donne à réfléchir sur ce thème qui m’est cher : l’exclusion

Comment aider aux changement sociaux … sans faire partie d’un groupe ?????


( Installation de Jane Alexander , sud-africaine (La meute) à la Fondation Vuitton, Juillet 2017)

Je me souviens de ma déclaration péremptoire, il y a environ 50 ans :”Le groupe c’est la mort”
Dans l’article qui précède, je cite Annie Le Brun qui représente pour moi la subversion sympathique, parce que- tout en partageant les mêmes idéaux que les membres de certains groupes (féministe, anti-capitaliste..)- , elle refuse l’idéalisme collectif.
Au PSU, au PC, à la CGT, à la CFDT, à la LDH etc, après m’être sentie très mal à l’aise, j’ai fini par démissionner parce que je ne supportais pas le mode de désignation des chefs, parce que prendre la parole et être écoutée paraissait de l’ordre de l’impossible, parce que la majorité est souvent lâche pour se faire bien voir des chefs ou pour d’autres raisons qui me sont inconnues.
A LA question qui figure dans le titre…je n’ai pas de réponse.
Ou alors une réponse pour rire : Fonder un groupe ….dont je serai la chef…

“Le Tao ne pose aucune question et ne donne aucune réponse”

Guy (Dhoquois) se passionne depuis plusieurs mois pour le Tao en écrivant des poèmes adaptés d’auteurs taoistes dans son blog ( auteurs.harmattan.fr/guy.dhoquois. )
Moi, la pragmatique, la matérialiste un peu simpliste, la révoltée qui pousse son caillou depuis plus de 70 ans, sans arriver à grand chose, s’est sentie obligée de s’intéresser à cette philosophie chinoise dont l’un des textes principaux est le Tao te Ching attribué à Lao tseu et qui aurait été écrit vers le IV° siècle avant JC.
Je ne le regrette pas. Cette plongée dans une vision du monde totalement différente de la mienne, et que j’ai illustré par ce magnifique coquillage trouvé sur la plage, m’a permis de sortir (dans la mesure du possible) de ma petite philosophie de combattante contre les injustices.
On lit dans Wikipedia : ” La recherche de la sagesse en Chine se fonde principalement sur l’harmonie. L’harmonie se trouve en plaçant son coeur et son esprit dans le Tao (la voie), c’est à dire dans la même voie que la nature. En retournant à l’authenticité primordiale et naturelle, en imitant la passivité féconde de la nature, l’homme peut se libérer des contraintes et son esprit peut “chevaucher les nuages”.
Voici l’un des poèmes de Guy publié le 29 juillet 2017 :
Le maître est un disciple
Qui ne cherche pas le succès
Et n’évite pas l’échec
Il n’essaie surtout pas de suivre le Tao
Silencieux il parle
S’il parle il ne dit rien
Il reste pur
Dans la poussière du monde

Le maître pense avoir raison
Au-delà du soleil
Il glisse l’univers sous son bras
Il laisse les confus rester confus
Dans la profusion chaotique des opinions
Il se satisfait de l’ignorance
Ne prend pas au sérieux les diverses distinctions
Il voit le monde constamment se disloquer
Il reste centré dans le tout
Il voit le monde changer sans fin
Il ne veut pas le voir différent

Je ne renoncerai ni à ma colère, ni à ma révolte, ni à mes combats, ni à mon matérialisme un peu étroit.
Mais cette rencontre avec le Tao m’a apporté une respiration, une ouverture, que je refusais jusqu’à présent.
Le privilège de l’âge ?

Aux prises avec mes contradictions Place de la Nation.

La place de la nation : projet vert

La mairie de Paris a décidé de transformer la place de la Nation en grand jardin et d’y réduire de 57% la circulation automobile.
Des blocs de ciment blancs et moches ferment les avenues et réduisent les files de voitures sur la place.
Mon premier réflexe en tant qu’habitante de ce quartier,propriétaire d’une petite voiture qui dort dehors, c’est de me révolter contre ces abrutis d’écolos et leur cheftaine.
Vais-je pouvoir continuer à me garer dans la rue dans un quartier sans parkings ? Pourquoi ajouter des jardins alors qu’il y en a déjà ? N’y avait-il pas plus urgent, par exemple loger correctement les demandeurs d’asile et fournir des abris aux SDF ? etc …
Pour moi qui y suis née et y ait vécu depuis plus de 70 ans, Paris est une ville avec des voitures,des embouteillages, une ville sale, un foutoir où ça bouge, ça fait du bruit. C’est le contraire de la campagne.
J’engueule une jeune femme qui s’émerveille devant les barbouillages (verts) de ses enfants sur les blocs de ciment.
Je manque de me faire écraser par un mec en vélo qui prend une rue à contresens sans aucune mauvaise conscience en plus
J’évoque ces minutes interminables passées à tenter de me garer pas trop loin de chez moi depuis plus de 30 ans que j’habite ce quartier. Et ça va être pire.
Bon sang, je suis vieille, fatiguée. Ma petite voiture est un havre de paix. Qu’a donc ce petit Hidalgo contre les voitures ?
Et pourtant j’ai fait des efforts : je fais comme si je n’avais pas peur de me faire renverser par une trottinette, un skate, un vélo sur le trottoir. Je m’efforce de marcher droit …
Quelque chose en moi me dit que je deviens vraiment vieille à vitupérer ainsi. Quid de la pollution, de la disparition des petits oiseaux, des jeunes qui ne jurent que par leur téléphone et les trucs à roulette ?
J’ai lu que la mairie va nous distribuer des plantes pour que nous puissions jardiner. C’est une bonne idée de jardiner “tous ensemble”. On va peut-être même réussir à se parler et participer à notre petit niveau à la lutte contre le réchauffement de la planète (sic). Enfin les autres, parce que moi, je ne peux plus me baisser.
Puis ma colère revient, contre les marches dans le métro qui excluent les handicapés et les vieux, l’absence de prévisions pour les parkings, les jardins pour les bobos et les blocs de pierre pour les migrants…
Qui a raison ? qui a tort ?
Gouverner c’est tenter de concilier l’intérêt général et les intérêts des uns et des autres…en même temps., dans la mesure du possible.
Je veux bien coopérer mais je ne capitulerai pas sur un point : J’ai besoin de ma voiture quand je suis trop fatiguée, quand je pars en vacances.Dusse-je faire cent fois le tour de cette place pour me garer.
En écrivant ce petit article, je voulais juste donner un petit exemple de la difficulté de gérer les conflits, les contradictions présentes dans toutes les sociétés humaines.
Chacun doit tenter de raisonner dans l’intérêt général mais celui qui tranche ne doit pas le faire sans avoir pris la mesure des besoins légitimes de tous ses citoyens.
Il n’y pas d’alternative si nous voulons rester en démocratie.

De quelle catégorie relève ce blog ?????

Il ne relève d’aucune catégorie.
Les catégorisations sont indispensables pour les sciences exactes. Elles prennent le risque d”être caricaturales quand il s’agit d’un être humain.
Je suis femme, militante, féministe, juive, athée, libertaire, réformiste, sociologue, juriste, petite, vieille…etc
Un trouble dans l’identification -comme dirait Judith Butler (sic)*-m’habite et c’est finalement plutôt sympa.
Les éventuels lecteurs ne trouveront aucune recette, aucune certitude et mon blog ne sera jamais suivi par Treize millions de personnes , sniff.
En fait j’écris ce blog pour y voir plus clair dans mon cerveau en désordre. Je devrais peut-être l’intituler comme cela.
Que se passe-t-il quand un cerveau en désordre rencontre le désordre politico-social et les contradictions humaines ?
Cela peut donner le pire, le fascisme par exemple, comme le meilleur, un essai de réflexion sur les contradictions.

* Allusion à “Trouble dans le genre”