Archive pour la catégorie ‘racisme’

De Hyères au Lavandou : petite réflexion sur la racisme

Ce matin, à l’hôtel où je dors, à Hyères, j’ai demandé à un employé quel autobus je peux prendre pour me rendre au Lavandou.
La première réaction du grand escogriffe qui est au bureau ce matin là est la stupéfaction genre :”Comment voulez-vous que je le sache!”
Puis il farfouille sur l’ordinateur tout en poursuivant une conversation avec un mec qui passe en évitant soigneusement de regarder la vieille bonne femme qui lui pose de telles questions.
J’attends quelques minutes et en le regardant mieux, germe dans mon cerveau la certitude des origines maghrébines de ce connard.
Je sens monter en moi la colère et quelque chose comme de la haine.
Alors qu’il parade sans jeter un oeil sur moi, j’explose : “Monsieur, vous êtes non seulement incompétent mais en plus désagréable etc…”
La réponse ne se fait pas attendre. Cette fois il m’a vu :” Pourquoi dites-vous cela ? Dénoncez moi si vous n’êtes pas contente ! Je fais mon boulot. Ce que vous dites est faux etc…”
En le regardant se mettre en colère, j’ai une sorte de “remontée raciste”. J’aurais détesté toute personne qui m’aurait traité ainsi, mais lui je le déteste encore plus. Grand moment de solitude quand l’anti-raciste militante s’aperçoit qu’elle est…raciste comme tout le monde…
Quelques heures plus tard, n’ayant toujours pas trouvé l’autobus, je monte dans le seul taxi visible en ce dimanche pluvieux.
Le chauffeur est du genre bavard. Il commence à m’énumérer les forêts détruites par le feu et dénonce avec force “ces gens là”
Je lui demande s’il vise par ces termes les “immigrés”.
Bien sûr dit-il et il ajoute : “Ces gens là, il faudrait les faire brûler vifs!”
Nous sommes tous racistes : envers les gros, les étrangers, les allemands, les vieux, les jeunes, les juifs, les blancs, les noirs, les arabes… et les coiffeurs.
La seule protection contre ce fléau est de “s’empêcher”, comme disait le père de Camus, de savoir que c’est stupide et criminel et de ne laisser rien passer de nos pensées scandaleuses.
C’est peu mais c’est ce qui fait toute la différence.

La haine antisémite : extraits de Cioran


Le juif n’est pas notre semblable, et quelle que soit l’intimité que nous nous autorisons avec lui, un abîme nous en sépare, qu’on le veuille ou non. C’est comme si les juifs provenaient d’une autre espèce de singes que la nôtre et avaient été initialement condamnés à une tragédie stérile, à des espoirs toujours inaccomplis. Humainement, nous ne pouvons pas nous rapprocher d’eux, parce que le juif est d’abord un juif, et seulement ensuite, un homme.” (cité par Lionel Duroy dans son livre EUGENIA- Extrait de “Transfiguration de la Roumanie” paru en 1936, traduit et expurgé des passages antisémites en français en 1990)
Cioran toujours :” Dans toutes les défaites nationales, les seuls qui ne perdent pas la tête, ce sont les juifs. la défaite de l’Allemagne dans la guerre a tant coûté aux Allemands que le désespoir les a jetés dans le vice et la décomposition. Pendant ce temps, les juifs accumulaient des fortunes et occupaient des positions de direction. Si vraiment, ils sentaient plus profondément qu’ils ont le droit de participer à la vie d’une nation, ils n’accepteraient pas avec tant de cynisme les persécutions et l’exil. Ne se sentant nulle part chez eux, ils ignorent la tragédie de l’aliénation. Les juifs constituent le seul peuple qui ne se sente pas lié au paysage. Aucune partie du monde ne leur a modelé l’esprit : c’est pourquoi, ils sont les mêmes dans n’importe quel pays”
:

On a là à mon avis les racines profondes de l’antisémitisme. Peu importe que Cioran ait renié ou non ces idées. Cela a été écrit et est toujours pensé par certains antisémites avec plus ou moins de clarté.
Comment s’étonner que certains juifs soient à ce point attachés aux paysages d’Israël ?
Il n’y a pas de bons et de mauvais racismes : ils se ressemblent tous et peuvent se résumer ainsi : Vous n’êtes pas chez vous ici !

Hommes et bêtes


Sur cette photo, il y a deux chats, l’un est noir, l’autre est…européen, l’un a 9 ans, l’autre 15 ans, le noir est l’invité sur le territoire de l’Européen. Tous les ingrédients sont réunis pour qu’ils s’arrachent les yeux.
Et bien , pas tout à fait : regardez-les : ils se respirent, se touchent . L’invité s’efface pour laisser manger le territorial le premier.
De temps en temps, l’occupant des lieux râle et pousse des cris affreux. Mettez-vous à sa place.
Mais pas d’injures racistes, pas de coups méchants, juste des petits coups de pattes.
Au mieux ils cohabitent. Au pire ils se supportent plus ou moins bien.
Est-ce si difficile à faire pour les êtres humains ?

J’ai fait un rêve….

Mireille Knoll

[caption="Malala"][/caption]

Martin Luther King

En me rendant à la marche blanche le 28 Mars 2018 en mémoire de Mireille Knoll assassinée parce que juive, j’ai rêvé que des milliers d’autres victimes du racisme nous rejoindraient.
Bien sûr il y avait des Français blancs et non juifs. Mais Combien d’Arabo-Musulmans français ou pas, combien de Noirs …?
Alors j’ai su avec certitude que ces tueries ne s’arrêteraient jamais, que l’enfermement communautaire, religieux, nationaliste, régionaliste… conduiraient de nouveau à des crimes et à des guerres.
En passant devant le métro Charonne, je me suis souvenue des coups de matraque reçus en 1962, lors de l’une des multiples manifestations contre la guerre d’Algérie, dont celle contre le massacre des Algériens à Paris par la police de Papon en Octobre 1961.
Sur le Boulevard Voltaire, un homme m’a regardé et m’a dit à deux reprises :”Rentrez chez vous!” Je n’ai rien trouvé à répondre.
La fille de Fatima Charribi tuée lors de l’attentat de Nice a rapporté les propos racistes entendus à Nice après l’attentat qui a fait 84 morts dont 1 sur 3 étaient musulmans : ” On ne veut plus de vous chez nous.” ” Votre mère est morte, Tant mieux, ça en fait un de moins!”
Le lendemain de la manifestation, lorsque j’ai demandé à un bénévole de la Cimade, pourquoi il n’était pas venu, il m’a répondu :”Je ne me sens pas concerné. Je trouve que l’antisémitisme des Arabes peut se justifier parce qu’ils s’assimilent aux Palestiniens.” (sans commentaires)
Je ne me sens pas appartenir à LA prétendue communauté juive qui n’existe pas. Il se trouve que les hasards de l’Histoire m’ont faite juive née en 1940. J’ai passé 50 ans de ma vie à militer contre le racisme quel qu’il soit.
Ce 28 Mars 2018, j’ ai décidé de ne plus jamais rêver.