Articles avec le tag ‘antisémitisme’

Pittsburgh : je sais pourquoi je me sentirai juive jusqu’au bout du chemin

Dans un article précédent, je me demandais pourquoi je me sentais juive, alors même que je n’ai pas été élevée dans la religion juive, que je ne parle pas le yidish ni le ladino…, que je ne suis pas sioniste (mais…), que je me suis battue depuis toujours pour deux Etats en Palestine…etc
Les 11 morts de Pittsburgh et la lecture d’une magnifique nouvelle de Stefan Zweig :”Le chandelier enterré” ont mis en lumière (blafarde) ma volonté de m’affirmer juive, de reprendre le nom maudit/magique- Cohen- que mon père avait souhaité changer pour nous épargner les malheurs qu’il avait subis tout au long de sa vie.
S’affirmer comme juif n’a rien à voir pour moi avec le communautarisme, que je refuse totalement.
S’affirmer comme juive, c’est être solidaire, c’est ne pas trahir tous ces êtres humains qui ont souffert depuis l’aube des temps et continuent de mourir parce qu’ils sont juifs.
Ce n’est pas seulement le regard d’autrui qui me fait juive. C’est la fidélité à un lien que je ne veux pas trahir tant que l’antisémitisme existera.
“Tout le mal du monde, ils le savaient, se transformerait inéluctablement en un mal pour eux, et ils savaient aussi depuis longtemps qu’il n’y avait pas de rébellion possible contre leur destin.”….” Et ils savaient que cette souffrance et cette plainte liée au fait d’avoir été rejetés ensemble constituait leur seule unité sur cette terre.” (Stefan Zweig, Le chandelier enterré, Ed Payot, 2018, pages 48 et 109)

La haine antisémite : extraits de Cioran


Le juif n’est pas notre semblable, et quelle que soit l’intimité que nous nous autorisons avec lui, un abîme nous en sépare, qu’on le veuille ou non. C’est comme si les juifs provenaient d’une autre espèce de singes que la nôtre et avaient été initialement condamnés à une tragédie stérile, à des espoirs toujours inaccomplis. Humainement, nous ne pouvons pas nous rapprocher d’eux, parce que le juif est d’abord un juif, et seulement ensuite, un homme.” (cité par Lionel Duroy dans son livre EUGENIA- Extrait de “Transfiguration de la Roumanie” paru en 1936, traduit et expurgé des passages antisémites en français en 1990)
Cioran toujours :” Dans toutes les défaites nationales, les seuls qui ne perdent pas la tête, ce sont les juifs. la défaite de l’Allemagne dans la guerre a tant coûté aux Allemands que le désespoir les a jetés dans le vice et la décomposition. Pendant ce temps, les juifs accumulaient des fortunes et occupaient des positions de direction. Si vraiment, ils sentaient plus profondément qu’ils ont le droit de participer à la vie d’une nation, ils n’accepteraient pas avec tant de cynisme les persécutions et l’exil. Ne se sentant nulle part chez eux, ils ignorent la tragédie de l’aliénation. Les juifs constituent le seul peuple qui ne se sente pas lié au paysage. Aucune partie du monde ne leur a modelé l’esprit : c’est pourquoi, ils sont les mêmes dans n’importe quel pays”
:

On a là à mon avis les racines profondes de l’antisémitisme. Peu importe que Cioran ait renié ou non ces idées. Cela a été écrit et est toujours pensé par certains antisémites avec plus ou moins de clarté.
Comment s’étonner que certains juifs soient à ce point attachés aux paysages d’Israël ?
Il n’y a pas de bons et de mauvais racismes : ils se ressemblent tous et peuvent se résumer ainsi : Vous n’êtes pas chez vous ici !

J’ai fait un rêve….

Mireille Knoll

[caption="Malala"][/caption]

Martin Luther King

En me rendant à la marche blanche le 28 Mars 2018 en mémoire de Mireille Knoll assassinée parce que juive, j’ai rêvé que des milliers d’autres victimes du racisme nous rejoindraient.
Bien sûr il y avait des Français blancs et non juifs. Mais Combien d’Arabo-Musulmans français ou pas, combien de Noirs …?
Alors j’ai su avec certitude que ces tueries ne s’arrêteraient jamais, que l’enfermement communautaire, religieux, nationaliste, régionaliste… conduiraient de nouveau à des crimes et à des guerres.
En passant devant le métro Charonne, je me suis souvenue des coups de matraque reçus en 1962, lors de l’une des multiples manifestations contre la guerre d’Algérie, dont celle contre le massacre des Algériens à Paris par la police de Papon en Octobre 1961.
Sur le Boulevard Voltaire, un homme m’a regardé et m’a dit à deux reprises :”Rentrez chez vous!” Je n’ai rien trouvé à répondre.
La fille de Fatima Charribi tuée lors de l’attentat de Nice a rapporté les propos racistes entendus à Nice après l’attentat qui a fait 84 morts dont 1 sur 3 étaient musulmans : ” On ne veut plus de vous chez nous.” ” Votre mère est morte, Tant mieux, ça en fait un de moins!”
Le lendemain de la manifestation, lorsque j’ai demandé à un bénévole de la Cimade, pourquoi il n’était pas venu, il m’a répondu :”Je ne me sens pas concerné. Je trouve que l’antisémitisme des Arabes peut se justifier parce qu’ils s’assimilent aux Palestiniens.” (sans commentaires)
Je ne me sens pas appartenir à LA prétendue communauté juive qui n’existe pas. Il se trouve que les hasards de l’Histoire m’ont faite juive née en 1940. J’ai passé 50 ans de ma vie à militer contre le racisme quel qu’il soit.
Ce 28 Mars 2018, j’ ai décidé de ne plus jamais rêver.