Articles avec le tag ‘Contradiction principale etc’

De la lutte finale et de ses contradictions principale et secondaires (JF)


Ce texte m’a été envoyé par mon amie JF, pionnière de FMA( Féminin masculin avenir ) et du MLF.
C’est une base de réflexion

Contradiction principale, contradiction secondaire
C’est au nom de cette théorie, qui subordonnait le “problème des femmes” à celui du prolétariat, que les idéologues marxisants de mai 68 nous écartaient de la légitimité militante.
Or, en examinant la situation présente de notre société capitaliste, j’y vois le schéma suivant :
La compétition mondiale industrielle et technique est de plus en plus exacerbée. Elle relève évidemment d’une logique psychique de combat, autrement dit, d’une logique que l’on peut qualifier de “masculine”, pour ne plus dire, “virile”.
Un “progrès” réel réside dans le fait que cette bataille ne tue pas directement autant que les batailles d’antan. Mais elle cause beaucoup de souffrances psychiques (outre la pauvreté économique, pour de nombreux peuples). C’est pourquoi le terme nouveau de “souffrance au travail” a remplacé, chez nous, celui de “lutte des classes” du temps de ma jeunesse.
D’où le besoin du développement de cet autre versant de la société moderne, le “monde psy”, et l’idée de “care”, attitude d’humanité et de soins, s’opposant tout à fait à l’esprit guerrier de la compétition, et venant réparer ses dégâts.
C’est le rôle habituel dévolu aux femmes.
On voit que l’évolution moderne exacerbe l’opposition entre le “masculin” et le “féminin” (“idéaux-types”, selon le terme de Weber, qui existent en chacun de nous, mais qui, sociologiquement et psychologiquement, continuent à être représentés par l’un ou l’autre sexe).
Il en résulte que c’est là que se trouve la contradiction principale du capitalisme moderne : les attitudes de compétition, versus celles du care. Autrement dit, du masculin et du féminin.
Ha ha ! (1)
D’ailleurs, Marx et surtout Engels, qui étaient loin d’être bêtes, avaient écrit, en passant, il est vrai, que le rapport humain fondamental était le rapport entre l’homme et la femme.
Nous y voilà arrivés ! Ha ha ha
La lutte finale,
qui nous faisait vibrer jadis au son de l’Internationale, et était supposée concerner avant tout le prolétariat: en se libérant, il allait libérer tout le monde.
Ce que nous disions au MLF, c’est que l’oppression d’un sexe sur l’autre, étant pluri-millénaire, est l’oppression la plus ancienne, la plus profondément ancrée dans les mœurs,les esprits et les coeurs. S’il y a une oppression prioritaire c’est bien celle-ci.
Oh, oh (2)

Et pourtant
J’avais oublié l’autre phénomène important et nouveau de notre temps : la mondialisation effective, totale, que nous vivons aujourd’hui. Elle existe certes depuis les temps modernes, bien nommés, mais en était restée au stade préparatoire : conquêtes coloniales, science universelle, droits de l’homme (=êtres humains)
Et là encore, quel est le premier marqueur de la démocratie, pour toutes ces sociétés qui n’ont d’autres choix que de rejoindre cette modernité ? La condition faite aux femmes.
Oh, oh, Que ceci est simple et fort. j’en suis confuse

(1) Ce ricanement est une revanche vis à vis des esprits masculins qui se voulaient supérieurs aux nôtres, et s’efforçaient de nous impressionner par leur charabia théorique.
(2) Cet autre ricanement est une marque de surprise : j’arrive à une description des sociétés humaines très shèmatique, binaire. Il y a de quoi s’inquiéter un peu, ou du moins de la considérer avec perplexité, car le réductionnisme n’est pas une bonne méthode.
Et pourtant…