Articles avec le tag ‘Internet et le droit des étrangers’

Nouvelles des migrants : l’administration dématérialise…..” La bureaucratie infertile” (Ahmed, Soudanais)

MrZ essaye depuis bientôt trois mois de prendre rendez-vous à Sarcelles par internet. Il a tenté de se connecter une centaine de fois : pas de rendez-vous disponibles. Il est venu en France pour assister sa maman, résidente permanente en France, gravement malade.
MrB après 15 ans passés en France a eu un avis favorable de la Commission du Titre de séjour pour être régularisé : Depuis le mois de mars, il attend la décision du Préfet qui a le dernier mot. Aucune nouvelle. Aucun moyen d’avoir des informations (Paris)
Melle A a déménagé de Fontainebleau vers Melun. La S/P de F. affirme avoir envoyé son dossier à Melun depuis plus de deux mois. Melun affirme n’avoir rien reçu.
Mme H a quitté son travail en Algérie pour épouser un Français d’origine algérienne qu’elle a connu dans son village. Mariée, elle a subi un harcèlement psychologique incessant. Courageuse et aidée par des Associations diverses, elle a quitté le domicile conjugal, demandé le divorce et trouvé du travail. Elle souhaiterait que son titre de séjour au titre de conjointe de Français soit transformé en carte mention “salariée” comme le prévoit la loi pour les femmes victimes de violences…. MAIS L’Accord franco-algérien ne prévoit pas ce cas de figure. Elle est bloquée dans son intégration…
On pourrait multiplier ces exemples affligeants de l’indigence, voulue ou pas, de l’Administration en charge des étrangers.
Ces exemples parlent d’eux mêmes. Il s’agit de cas isolés, faciles à résoudre, que la réponse soit Oui ou Non, mais qui traînent pendant des années.
Certes la nouvelle loi sur les réfugiés est une honte pour la France, mais il ne faut pas oublier ces petites hontes quotidiennes qui font d’êtres humains, des mendiants, parfois au bord de la folie.
Dans un remarquable reportage du journal Le Monde (21/22 Mai 2018), l’un des soudanais qui après quatre ans de galère commence à s’en sortir parle de “BUREAUCRATIE INFERTILE“. Admirable constat. Et après…